Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire

Irène Tamba
p. 671-673

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Irène Tamba, directeur d’études

La grammaticalisation des rôles interlocutifs et des rapports interpersonnels en japonais et en coréen dans une perspective de linguistique contrastive

1Pour indiquer les rapports interpersonnels en japonais et en coréen, on ne recourt pas à des pronoms personnels et à des variations des personnes verbales comme dans les langues européennes mais à des désignations déictiques combinées à des marques lexicales et grammaticales d’honorification. Ce sont à ces dernières que nous nous sommes intéressé cette année.

2Nous avons d’abord balayé la masse des travaux japonais portant sur les keigo (mots d’honorification). Il est vite apparu que ce terme ne renvoyait pas à une problématique unifiée, mais couvrait tout un champ de phénomènes disparates, dont certains seulement pouvaient constituer des micro-systèmes plus ou moins grammaticalisés. De ce point de vue, le renouveau terminologique qui tend à substituer l’appellation de catégorie de la déférence à celle, antérieure, de formes de politesse ou d’honorification, loin de marquer un changement de conception, ne fait que renforcer l’illusion qu’il est possible de regrouper ces différentes expressions en une catégorie grammaticale unique. Et les études concernant le coréen, tout aussi nombreuses, conduisent à la même conclusion.

3Nous avons ensuite abordé un problème particulier bien circonscrit, celui des verbes de don et de réception, plus précisément dans les constructions de type V1+V2 de don/réception.

4Pour le coréen, S. Couralet, doctorant, a donné un aperçu des différents degrés de politesse et des règles de leur utilisation à l’aide d’un jeu de marionnettes en papier, dotées de différents signes discriminatifs. Il a ainsi bien montré la complexité et la labilité de ces systèmes de relations socio-affectives. Pour le japonais, N. Okubo (Université d’Ibaraki) rattachée au CRLAO pour un an, a exposé les grandes lignes du système des expressions de don et de réception et N. Sato (doctorant) a dégagé les principes généraux du fonctionnement de ce microsystème.

5Tout en mettant au jour les ressemblances et les différences entre l’organisation linguistique des relations d’honorification/politesse en coréen et en japonais, on est ainsi parvenu à la conclusion générale que les V2 de don/réception ajoutent à un procès V1 trois composantes supplémentaires :

  1. une orientation entre donateur et récepteur, comparable à celle apportée par les verbes auxiliaires déictiques aller/venir ;
  2. une indication des relations qui lient donateur et bénéficiaire (hiérarchie sociale, liens de famille, de solidarité, de proximité ou d’extériorité) ;
  3. une modalité bénéfactive portant sur la relation orientée entre donateur et bénéficiaire.

6Après cette vue globale, nous avons enfin étudié plus en détail le couple japonais des verbes de réception itadaku/morau. Comme itadaku est la forme lexicale marquée (trait d’humilité), nous avons préféré commencer par la forme neutre morau. Y. Soga (Université Kansai gakuin), rattaché au centre pour un an, a donné deux exposés qui en ont éclairé le fonctionnement. Le premier a porté sur l’ensemble des emplois du verbe morau et le second a analysé dans le détail la seule construction en V1-te V2, où morau occupe la place auxiliaire de V2. Parmi les observations factuelles neuves, permettant de distinguer les différentes constructions et interprétations de morau, on retiendra tout particulièrement la contrainte sémantique attachée au verbe morau exclusivement dans la construction en V1-te morau. Il s’agit du trait de « modalité bénéfactive », qui entre en opposition paradigmatique avec les formes dites de « passif détrimental ». Le japonais a de la sorte grammaticalisé un système modal à deux valeurs qui spécifie le mode de réception d’un événement par la personne qui le présente comme un bienfait ou un désagrément.

7Par ailleurs, en février, Chang In-Bong (Université de Ewha, Séoul) invitée par l’EHESS, a animé trois séminaires autour de ses conférences sur « Politesse et petite quantité » et « Les noms à polarité négative ». Puis, en mars, F. Dhorne-Kobayashi (Université d’Aoyama, Tokyo) invitée par l’EHESS, a donné trois conférences, concernant la modalité assertive en japonais moderne : « Temporalité et assertion, Assertion et personne », et la modalité exclamative dans une perspective contrastive : « L’exclamation en français et en japonais ».

Publications

  • « Histoires de démographe et de linguiste : le couple population/dépopulation », dans Du sens au sens, en hommage à M. Galmiche, Lynx, 47, 2001.
  • « Autonymie, dénomination et fonction métalinguistique : quelques remarques », publ. Internet <www.cavi.univ-paris3.fr/ilpga/autonyme.html>, 2002.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 671-673.

Référence électronique

Irène Tamba, « Linguistique japonaise et occidentale : problèmes, méthodes et histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15900

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals