Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations

Alain Peyraube et Redouane Djamouri
p. 673-674

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Alain Peyraube, directeur d’études avec Redouane Djamouri, chargé de recherche au CNRS

Syntaxe et sémantique historiques du chinois médiéval

1Le séminaire a été consacré à l’étude de l’évolution et du changement des structures syntaxiques et sémantiques de la langue chinoise pré-médiévale (IIe siècle avant J.-C.-IIe siècle) et médiévale (IIIe-XIIe siècles).

2Le problème des classificateurs nominaux a d’abord été abordé. L’hypothèse a été émise que les premiers classificateurs chinois sont apparus dans la langue vers le Ier siècle avant J.-C. Ils occupent alors la position post-nominale : « Nom + Nombre + Classificateur ». Ce n’est que vers le ive siècle de notre ère qu’ils commencent à se trouver devant le nom, comme aujourd’hui, dans la langue contemporaine : « Nombre + Classificateur + Nom ». Il a été montré qu’on avait bien eu affaire à un changement d’ordre des mots, motivé par une réanalyse de la fonction prédicative du syntagme « Nombre + Classificateur » (lorsqu’il est derrière le nom) en fonction de modificateur (lorsqu’il devient pré-nominal).

3Les constructions passives ont ensuite été étudiées. Le verbe bei « recevoir, souffrir, subir » a commencé à être employé sous la dynastie des Han (Ier et IIe siècle de notre ère) dans des constructions verbales en série de la forme « V1 + V2 » (où V1 = bei), par analogie avec la structure « V1 jian + V2 », qui était déjà courante dans la langue bas-archaïque (dès le Ve siècle avant J.-C). À l’instar de jian, bei a alors un statut verbal et V2 est objet de V1. Il y a donc eu un simple remplacement lexical : jian > bei. La forme « bei + agent + verbe » s’est imposée seulement à la fin du haut-médiéval, aux alentours des VIIe-VIIIe siècles. La construction « wei + agent + verbe », répandue dès le pré-médiéval, a servi de modèle. Un phénomène d’analogie a alors joué. Toutefois, il n’y a pas eu, cette fois-ci, de simple remplacement lexical. Un processus de grammaticalisation a eu lieu, qui a transformé le verbe bei en une préposition bei. Ce mécanisme est intervenu dans la construction verbale en série « V1 bei + SN-agent + V2 ».

4Enfin, la dernière partie du séminaire a porté sur l’histoire des verbes auxiliaires modaux de volition. Les changements intervenus dans l’emploi de ces verbes confirment la tendance déjà relevée pour les auxiliaires modaux de possibilité, à savoir une évolution du déontique vers l’épistémique, et d’une subjectivité faible vers une subjectivité plus forte.

5Vers la fin de l’année, la question de la classification des langues d’Asie orientale et d’Asie du Sud-Est en familles et macro-familles a été abordée. Des communications sur ce sujet ont été présentées dans des colloques internationaux, à Rome, à Taiwan, à Pékin.

6Plusieurs conférenciers invités sont aussi intervenus dans le cadre du séminaire : Hilary Chappell (Université La Trobe, Australie), Wu Yunji (Université de Melbourne), Fu Jingqi (Collège St Mary du Maryland).

Publications

  • « Ordre des constituants en chinois archaïque », Cahiers de Linguistique de l’INaLCO, 3, 2000 [2002], p. 99-110.
  • « Le rôle du savoir linguistique dans l’éducation et la société chinoises », dans History of language sciences, sous la dir. de S. Auroux, E. F. K. Koerner et H. J. Niederehe, Berlin, Walter de Gruyter, 2000, p. 55-58.
  • « Qingdai mashi wentong yiqian de yufa zhishi », dans Collected essays in ancient Chinese grammar, sous la dir. de R. Djamouri, Paris, EHESS-CRLAO, 2001, p. 1-9.
  • « Some reflections on the sources of the Mashi wen tong », dans Western knowledge and lexical change in late imperial China, Leiden, Brill, 2001, p. 341-356.
  • « On the modal auxiliaries of volition in classical Chinese », dans Sinitic grammar : synchronic and diachronic perspectives, sous la dir. de H. Chappell, Oxford, Oxford University Press, 2001, p. 172-188.
  • « L’évolution des structures grammaticales », Langages, 146, 2002, p. 46-58.
  • « Origin and evolution of question-words in archaic Chinese : a cognitive approach », dans Language and Cognition, sous la dir. de Yuchau E. Hsiao, Taipei, National Chengchi University, 2002, p. 258-272.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 673-674.

Référence électronique

Alain Peyraube et Redouane Djamouri, « Linguistique chinoise : histoire de la langue et de ses représentations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15901

Haut de page

Auteurs

Alain Peyraube

Articles du même auteur

Redouane Djamouri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals