Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Linguistique, sémantique

Linguistique cognitive

Michel de Fornel
p. 676-677

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Michel de Fornel, directeur d’études

Problèmes de pragmatique cognitive

1Le séminaire a poursuivi cette année l’étude des liens entre conversation, cognition et culture. Selon l’analyse de conversation et la linguistique interactionnelle, les participants à une interaction se rendent mutuellement accessibles le sens de leurs actions et la compréhension qu’ils ont de l’interaction. Ils disposent d’un ensemble de règles procédurales qui permettent de donner sens à ce qui se passe dans l’interaction. Ces règles constituent un ensemble de ressources interprétatives permettant de produire de façon méthodique les interactions et, de façon générale, l’ordre social. Elles permettent d’accomplir et de préserver de façon continue ce que les agents considèrent comme les traits distinctifs d’une interaction donnée. Un enjeu essentiel est alors de déterminer dans quelle mesure ces règles procédurales sont universelles ou varient selon les cultures.

2Le séminaire a réalisé dans un premier temps un bilan systématique des arguments favorables ou défavorables à l’hypothèse d’une variabilité culturelle des organisations conversationnelles. Les travaux de S. Phillips, J. Gumperz, A. Duranti, E. Ochs d’un côté, d’E. Schegloff, J. Bilmes et M. Moerman de l’autre ont été en particulier présentés et discutés. Ce bilan a fait apparaître la nécessité d’un réexamen des fondements anthropologiques de l’analyse de conversation et de la linguistique interactionnelle. Les résultats de cette enquête ont été prolongés sur le plan empirique par la présentation d’une recherche en cours sur les auto-réparations dans différentes langues et dans divers contextes culturels a été présentée.

3La seconde partie du séminaire a été consacrée à un examen des publications récentes des ethnométhodologues M. Lynch et D. Bogen. Ces derniers ont tenté de démontrer que la posture épistémologique et les procédures méthodologiques de l’analyse de conversation et de la linguistique interactionnelle étaient incompatibles avec le programme scientifique de l’ethnométhologie dont elles étaient cependant issues. On a montré que ces critiques devaient être prises au sérieux et proposé les premiers éléments de réponses dans le cadre de la pragmatique cognitive, en s’appuyant sur des matériaux interactionnels recueillis dans la communauté wayuunaiki en Colombie.

4Deux invités nous ont fait part de leurs travaux récents. Eve Danziger, professeur à l’Université de Virginie, a présenté les résultats de ses recherches d’anthropologie linguistique chez les Maya Mopan à Belize. Elle a en particulier traité de l’acquisition des termes de parenté et proposé une analyse originale de la distinction entre noms et verbes en mayan mopan. José Alvarez, de l’Université de la Zulia, Venezuela, a donné une série de séminaires sur divers problèmes de phonologie, de morphologie et de sémantique en Wayuunaiki, Pemon, Karina et Baniva.

Publication

  • « Le destin d’un argument, Le relativisme linguistique de Sapir-Whorf », dans L’argumentation. Preuve et persuasion, sous la dir. de M. de Fornel et J.-C. Passeron, Paris, Éd. de l’EHESS, 2002, p 121-147.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 676-677.

Référence électronique

Michel de Fornel, « Linguistique cognitive », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15903

Haut de page

Auteur

Michel de Fornel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals