Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN)

Jean-Claude Penrad, Alain Gascon et Véronique Lassailly-Jacob
p. 727-729

Texte intégral

Enseignement collectif du Centre d’études africaines, sous la responsabilité de
Jean-Claude Penrad, maître de conférences avec Alain Gascon, maître de conférences à l’IUFM de Créteil et Véronique Lassailly-Jacob, chargée de recherche au CNRS

La recherche africaniste aujourd’hui

1Depuis son origine, la Formation s’adresse en priorité aux étudiants de DEA, ou de niveau équivalent, qui engagent un travail en Afrique subsaharienne. Le projet pluridisciplinaire développé ces dernières années est d’exposer la construction des « savoirs africanistes » et des débats actuels animant les études africaines, sans pour autant établir de rupture épistémologique culturelle ou géographique au sein des disciplines trouvant leur place à l’EHESS. Le recours aux compétences réunies au Centre d’études africaines, aux invités séjournant à l’École et à d’autres contributions extérieures permet d’une année sur l’autre, au-delà de thèmes récurrents, de renouveler continuellement le programme des conférences sans nuire au projet de formation énoncé. Cette année, vingt-trois séances ont été assurées.

2L’introduction animée par les responsables de la FRAN a bénéficié des compétences de Patricia Bleton, bibliothécaire au CEAf, qui a fait une présentation des outils documentaires et des sources variées accessibles notamment dans la région parisienne. Jean Fonkoué (CEAf) a ensuite ouvert le cycle de conférences en abordant la question de la production d’un imaginaire à partir de deux lectures historiques qui font débat en Afrique et outre-Atlantique depuis plusieurs décennies, celles de Cheikh Anta Diop et de Léopold Sedar Senghor. L’actualité de la recherche en Afrique a pu être entrevue au travers des interventions de plusieurs de nos collègues africains invités à l’EHESS. Les méthodes et les sources mises en œuvre pour la construction d’une histoire de la question nationale, largement débattue mais nécessitant souvent une approche moins polémique, plus critique, plus documentée, ont intéressé Pierre Kipré (ENS d’Abidjan). Kwame N’Guessan (Université d’Abidjan) a dressé un bilan d’une décennie d’incertitudes politiques. Les relations entre religions et politique ont été au centre des présentations de Paul Rutayisire (Université du Rwanda), pour ce qui est des liens entre l’Église catholique et le pouvoir au Rwanda, pendant et après la colonisation, et de Gilbert Taguem Fah (Université de Ngaoundéré) qui a dressé un panorama documenté de la dialectique entre islam et pouvoir politique au Cameroun. Également en rapport avec ce thème, signalons la contribution d’un autre invité, António Custódio Gonçalves (Université de Porto), sur les mouvements religieux en Angola ; les réflexions de Jean Copans (Université de Paris-V) sur les constructions historiques et pluridisciplinaires d’un objet en sciences sociales africanistes appliquées à l’un de ses anciens terrains, la confrérie mouride du Sénégal au XXe siècle ; et des considérations de Stéphane Ancel (INaLCO), entre histoire et anthropologie, sur les pratiques religieuses dans l’Église orthodoxe éthiopienne. Il faut remarquer que les terrains d’Éthiopie attirent de nouveau de jeunes chercheurs, aussi avons-nous demandé à Éloi Ficquet de nous présenter une synthèse sur le travail de la langue dans ce pays (apprentissage, interlocution et traduction) et à Sabine Planel (Université de Paris-XII) un résumé de ses recherches sur l’identité d’une région éthiopienne, le Wälayta.

3Comme chaque année les géographes ont pris en charge plusieurs séances. Les villes africaines ont été abordées sous plusieurs angles. Émile Le Bris (IRD) s’est demandé quels sont les territoires pertinents pour passer de l’étude des pouvoirs locaux à la construction municipale en Afrique. Isabel Raposo (CEsAD, ISEG, Lisbonne) a proposé un regard sur les transformations de l’habitat dans les périphéries de Maputo et de Luanda, nourri par une recherche interdisciplinaire. Les notions de territoires fabriqués, d’échelles perçues et d’identités révélées à partir des représentations picturales sur les murs des villes sud-africaines post-apartheid ont été abordées par Benoît Antheaume (IRD) et Élisabeth Derily-Antheaume (IRD). Jean Boutrais (IRD) et Véronique Lassailly-Jacob (CNRS), associée à Alexandra Laclau, ont respectivement traité de l’évolution des recherches sur les sociétés pastorales en Afrique tropicale, et de l’application à la recherche africaniste des cartes et diagrammes considérés à la fois comme outils de travail et comme moyens de communication.

4Des anthropologues sont revenus sur des objets anciens de leur discipline, Laurent Barry, pour la parenté et l’alliance, et Philippe Beaujard (CNRS) à propos des « centres » d’origine et des migrations des plantes cultivées. D’autres, sociologues et anthropologue, ont investi ces nouveaux terrains qui relient l’actualité à l’histoire. Ainsi, Marc Le Pape (CNRS) et Rémy Bazenguissa-Ganga (Université de Lille-I) ont-ils fait une intervention sur la guerre, les cruautés contre les civils et les pratiques humanitaires, tandis que Clemens Zobel (Université de Paris-VIII) a présenté un objet multiforme de la recherche : la politique de décentralisation.

5Enfin, signalons que trois séances ont été réservées à la présentation des travaux d’étudiants. Dix d’entre eux ont souhaité participer à cet exercice : Malvina Balmès, Paul Cary, Perrine Fitremann, Emmanuel Foumbi, Géraldine Guesdon, Vincent Hickmann, Adelard-Diens Kaseshi, Nabila Miloudi, Sonia Mzegakanda Bouketo et Nicolas Pejout. Les sujets abordés concernent l’économie, le commerce et le développement (5), le théâtre et l’identité, la musique, le patrimoine culturel (4) et les Africains en Inde (1).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, Alain Gascon et Véronique Lassailly-Jacob, « Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN) », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 727-729.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, Alain Gascon et Véronique Lassailly-Jacob, « Formation à la recherche en Afrique noire (FRAN) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15950

Haut de page

Auteurs

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Alain Gascon

Articles du même auteur

Véronique Lassailly-Jacob

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals