Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois

Yves Chevrier et Françoise Sabban
p. 731-733

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité d’Yves Chevrier et Françoise Sabban, directeurs d’études

1Le séminaire a été organisé cette année en trois modules indépendants. De décembre 2001 à février 2002, cinq séances ont été consacrées au fait religieux dans le Monde chinois. La présentation historique et anthropologique de l’islam en Chine, par Élisabeth Allès, a été complétée par une étude comparative des musulmans en situation minoritaire en Chine, en Inde, au Népal et au Tibet (É. Allès, Marc Gaboheau et Aminah Mohamad). Fondées sur des enquêtes de terrain, ces approches ont permis de poser des questions de méthode en même temps qu’elles apportaient une riche moisson de faits. Ce détour volontaire par un islam moins « périphérique » qu’il n’y paraît, puisque son enracinement dans les sociétés et dans les cultures locales ne fait aucun doute, nous a permis de jeter les bases d’une approche locale et culturelle – autant dire anthropologique – du fait religieux dans les différentes régions de Chine. De son côté, John Lagerwey (EPHE-Ve Section) s’est livré à cette analyse générale à partir de ses enquêtes sur les pratiques du taoïsme dans la Chine rurale du Sud-Est, et en faisant la part de l’évolution et des controverses historiographiques.

2Ces religions, que l’on disait autrefois populaires ou syncrétiques, sont avant tout des croyances et des pratiques locales, structurées suivant les linéaments socio-politiques des innombrables territoires qui composent le tissu chinois. Elles ont aussi un rôle structurant qui s’affirme dans la fabrique du lien social et dans l’articulation des communautés les unes aux autres. Par là, tout comme par l’évolution sensible des contenus et des pratiques, elles ne sont en rien des survivances du passé ou des restaurations appauvries d’une tradition malmenée par les régimes politiques, mais l’affirmation au présent de la vitalité des multiples segments de la société chinoise auxquels le pouvoir accorde la faculté d’exister sans reconnaître pour autant une liberté religieuse d’ordre général. En juin 2002, Pittman Potter (University of British Columbia, Vancouver) a complété ces aperçus en donnant une conférence au CECMC sur la régulation juridique des religions dans la Chine d’aujourd’hui.

3Surtout présent dans les « niches » urbaines du territoire, Falungong est un mouvement religieux intimement lié au contexte socio-politique de la Chine populaire. Benoît Vermander (Institut Ricci, Taipei) a analysé ces articulations tout en soulignant les limites et les inconnues d’une analyse qui ne peut s’appuyer sur des enquêtes de terrain suivies. En complément du séminaire, David Palmer (doctorant à lΈΡΗΕ) a montré comment l’expansion de Falungong s’était faite dans le cadre favorable (et favorisé par le pouvoir...) du développement des pratiques gymniques (qigong, wushu, etc.), jusqu’à ce que prévale une orientation religieuse qui a fini par constituer une secte puissante que la réaction du régime a dressée contre lui. Au cours d’une autre conférence parallèle au Séminaire interdisciplinaire (« Religion et modernité dans la préfecture de Liangshan »), B. Vermander a posé la question cruciale : qu’est-ce qu’une religion ? Qu’est-ce qu’une religion en Chine ? à partir de son « terrain » du Sichuan. Enfin (mais il ne peut s’agir que d’un terme provisoire), Jean Lévi (CNRS) a repris la même question – comment interpréter la place du religieux et du sacré en Chine ? – à partir des sources textuelles. Parmi les questions laissées en suspens, figure en bonne place celle de la dimension historique des phénomènes religieux, que nous nous proposons d’aborder ultérieurement.

4En mars 2002, un bilan de la restructuration des entreprises d’État en Chine a constitué le deuxième module du séminaire. En deux séances, Jean-François Huchet (Université de Rennes) a brossé un tableau complet et critique des formes d’organisation, de financement et de propriété, ainsi que des performances et des problèmes d’un secteur qui a perdu son rôle central dans l’économie mais n’en continue pas moins d’employer une proportion considérable des salariés chinois, essentiellement dans les villes. En dehors de ce problème du salariat (et de son corollaire réformiste : le chômage), la question récurrente de l’endettement a compliqué et ralenti la restructuration, en multipliant les formules intermédiaires. Quoi qu’il en soit, il ne saurait s’agir d’une « privatisation », encore que la mutation de l’ancien secteur d’État en secteur public préserve le rôle de l’État et quelques-unes des fonctions sociales de l’entreprise, dans un contexte dont la logique est désormais plus celle de l’économie mondialisée que de la mobilisation politique.

5L’un des objectifs de ce séminaire, depuis sa fondation, est de réfléchir à la diversité – spatiale, historique, anthropologique, sociale, économique, intellectuelle, culturelle, religieuse, etc. – du Monde chinois, en même temps qu’à son unité et à sa spécificité. Nous avons repris ce questionnement en posant, cette année, d’avril à juin 2002, la question des périmètres du Monde chinois, c’est-à-dire tout à la fois des limites et des interactions des composantes du Monde chinois par rapport à un ou des extérieurs. Il a fallu, bien évidemment, sélectionner quelques moments ou épisodes révélateurs. Spécialiste de la conquête et de la colonisation du Xinjiang sous les Qing, James Millward (Georgetown University) a analysé la formation d’une frontière de l’empire aux XVIIIe-XIXe siècles, mais en montrant que cet empire débordait en quelque sorte le cadre historiquement construit de la Chine. À la lumière de la nouvelle histoire des Qing, les conquêtes mandchoues ont ouvert la question de l’identité chinoise avant la confrontation avec l’Occident, en même temps qu’elles construisaient des limites géopolitiques dont les États successeurs de l’empire au XXe siècle sont parvenus à faire, au moins au Xinjiang, des frontières du Monde chinois contemporain. Billy So (Université chinoise, Hong Kong) a posé, lui, la question de l’intégration à l’empire des Song d’une région (le Fujian méridional) dont l’expansion économique était liée à un actif commerce maritime : voici donc encore posée, à une autre époque et sous un autre angle, une limite du Monde chinois qui était en même temps une articulation sur l’extérieur. À l’époque contemporaine, la question des périmètres rejaillit à l’intérieur du Monde chinois, dès lors que sur le continent et à Taïwan se construisent deux États-nation à partir de deux notions différentes de la Chine. Celle qui prévaut à Pékin unit la définition culturelle à l’emprise territoriale ; Taïwan dissocie les deux. Mais si la formation d’un État-nation taïwanais introduit une frontière politique, les périmètres de la culture et de la mémoire ne s’alignent pas sur celle-ci. Françoise Mengin (CERI) souligne, coexistant avec le conflit territorial potentiel, la pluralité et la complémentarité des articulations.

6Faute de pouvoir explorer toutes les articulations du Monde chinois qui se sont construites dans l’histoire, il était logique de poser la question de l’« objet » Chine au miroir de la problématique des aires culturelles, dont un débat en cours au sein de l’EHESS montre qu’elle est une référence qui doit rester ouverte, comme nous souhaitons que toute définition du Monde chinois le soit aussi. Une table ronde a réuni autour de cette question des spécialistes de l’Inde, du Japon et de l’Amérique latine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 731-733.

Référence électronique

Yves Chevrier et Françoise Sabban, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15953

Haut de page

Auteurs

Yves Chevrier

Articles du même auteur

Françoise Sabban

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals