Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Séminaire interdisciplinaire sur le Monde indien

Denis Matringe
p. 733-736

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité de Denis Matringe, directeur de recherche au CNRS

1Le séminaire collectif sur le Monde indien a pour objectif principal de présenter les recherches en cours dans les équipes-programmes interdisciplinaires du Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud, et d’inviter au débat à partir d’interventions de chercheurs, membres du Centre ou associé à ses travaux.

2Multiculturalisme et création esthétique. Annie Montaut a présenté, avec l’une des œuvres les plus « scriptibles » de la littérature contemporaine hindi (Dusra na koi, de Vaid) un aperçu des techniques stylistiques qui permettent d’élaborer une ré-écriture agnostique de la tradition mystique dévotionnelle (le titre « Il n’y a nul autre » est emprunté, tronqué de sa fin, « que Krishna », à la poétesse médiévale Mira et sert de figure matricielle à l’œuvre). Ce style, de la déconstruction des catégories de la narration et du jugement, coïncide avec l’émergence d’une subjectivité où l’aspiration traditionnelle à la fusion (narcissisme primaire ou tentation du renoncement mystique) est à la fois déconstruite par la farce, l’humour noir ou l’ironie, et exploitée comme subversion des valeurs de contrôle et d’autodétermination du sujet « moderne » autocentré. Les œuvres plus réalistes de l’auteur, et notamment son roman sur la Partition, montrent que cette ambivalence peut contribuer à fonder une acceptation concrète de l’autre en contexte multiculturel.

3Daniel Negers est intervenu à propos de deux genres de la littérature télougou. Le récit traditionnel de type oral peddabobbilirajukadha et le texte narratif théâtralisé du genre burrakatha intitulé bobbiliyuddham s’inspirent des mêmes événements historiques. Les comparant sur la base d’une opposition stylistique entre deux ordres distincts de pratique et de composition narratives, il a montré que les éléments formels qui les constituent révèlent par eux-mêmes un discours idéologique spécifique à chacun. Il a analysé plus précisément comment les éléments de forme et de fond distinguaient l’appartenance au monde hindou de la bhakti du premier de la mise en scène du message communiste du second, mettant en évidence l’opposition entre le style diégétique homogène de l’un, et le type narratif mixte, alterné, et dominé par la perspective mimétique, de l’autre.

4Denis Matringe a présenté un cas d’interprétation communiste de la plus célèbre version littéraire de l’histoire panjabi des amours tragiques de Hir et Ranjha (Hir Varis Shah, 1767) dans une nouvelle écrite par Jasvant Singh Kamval au début des années 1950.

5La question identitaire en Asie du Sud. Les deux interventions de Jean-Luc Racine avaient pour objet de développer le travail collectif publié en 2001 sous le titre La question identitaire en Asie du Sud (Éd. de l’EHESS). La première a abordé la thématique du regard sur soi et sur l’autre – l’autre musulman ou l’autre occidental –, sous le titre : « La question identitaire : Soi, l’Autre et l’Occident », en amplifiant sur ce dernier point la thématique de la conclusion de l’ouvrage précité. La seconde intervention a proposé une lecture plus géopolitique de la question identitaire, sous le titre : « Dans le fracas de l’histoire : Inde et Pakistan après le 11 septembre 2001. Géopolitique, sociétés et représentations du monde ». Le travail de fond du séminaire sur l’identité en Asie du Sud débouchait ainsi sur la plus chaude des actualités globalisées.

6Confessionnalisation des institutions et les conflits religieux aux XIXe-XXe siècles. Aminah Mohammad-Arif a comparé le processus de « confessionnalisation » des manuels d’histoire en Inde et au Pakistan. En dépit du fait que, depuis la décolonisation en 1947, l’Inde et le Pakistan ont suivi des voies politiques différentes (l’Inde étant une démocratie, le Pakistan, lui, ayant dû « subir » des régimes militaires durant une grande partie de sa courte histoire), les systèmes éducatifs des deux pays présentent des similarités frappantes. Ainsi l’enseignement (de l’histoire en particulier) y est-il avant tout utilisé comme un moyen d’endoctrinement idéologique.

7Marc Gaborieau a examiné l’évolution depuis deux siècles des institutions étatiques du « Royaume hindou du Népal » et de la « République islamique du Pakistan ». Il s’est demandé si, dans ces contextes contrastés, il n’y avait pas une logique commune dans les efforts visant à donner aux États un caractère religieux. Il a dégagé les analogies dans la terminologie et les symboles utilisés. Puis son analyse a porté sur trois points de convergence : la redéfinition de plus en plus précise des frontières entre communautés religieuses, la mise en place de clauses constitutionnelles et de pratiques discriminatoires à l’égard des minorités religieuses, et l’introduction de clauses substantives qui introduisent une certaine dose de droit hindou (au Népal) ou musulman (au Pakistan).

8Circulation et territoire dans le monde indien contemporain. Éric Leclerc et Pierre Lachaier ont traité de « Circulation professionnelle, circulations marchandes et construction de territoire en Inde ». Les technologies de l’information connaissent des relations étroites entre diaspora, migrations internes à l’Inde et flux économiques. Elles ont été comparées aux rapports identitaires que les marchands Lohana entretiennent avec les divers territoires, réels ou mythiques, qui ont jalonné leurs parcours migratoires séculaires.

9Olivia Aubriot et Blandine Ripert ont présenté un travail sur « Technologie de l’irrigation et technologie de l’information : modes d’intégration des territoires ? ». Un terroir népalais offre un réseau d’irrigation étroitement lié à la structure lignagère du village et s’inscrivant dans un « territoire ». On peut trouver paradoxalement des poins communs avec les réseaux indiens du téléphone et d’Internet, qui sont loin d’abolir la distance et les inégalités spatiales.

10Les figures de l’unification religieuse dans le monde indien. Gerdi Gerschheimer s’est attaché à montrer que le groupement des six systèmes de philosophie connu sous l’appellation de « Six Darçana » n’est ni classique, ni représentatif de la tradition intellectuelle indienne dans son ensemble. L’exposé a porté sur la genèse de cette construction relativement récente (après le XIIe siècle). Il a également montré qu’elle avait été précédée par d’autres tentatives d’unification qui intégraient des darçana, tels le bouddhisme et le jainisme, qui, à la différence des six « classiques », ne reconnaissaient pas le Veda.

11Éric Meyer est intervenu sur l’unité problématique du sangha (communauté bouddhiste) à Sri Lanka dans un contexte de tensions politiques. La tradition monastique du bouddhisme du Sri Lanka a connu diverses tentatives d’unification mais elles ont échoué en raison de la nature des liens entre les moines et les affaires politiques. L’exposé a présenté un vaste panorama historique de cette quête d’unité et a conclu sur la période contemporaine, caractérisée par une plus grande mainmise du pouvoir séculier sur les moines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Matringe, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde indien », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 733-736.

Référence électronique

Denis Matringe, « Séminaire interdisciplinaire sur le Monde indien », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/15954

Haut de page

Auteur

Denis Matringe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals