Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

La RDVN de 1945 à 1975. Histoires de la constitution d’un Etat-nation

Benoît de Tréglodé et Christopher E. Goscha
p. 757-758

Texte intégral

Benoît de Tréglodé, responsable du Groupe d’études sur le Viêt Nam contemporain avec Christopher E. Goscha

1Pour sa seconde saison, notre séminaire a eu pour objectif de valoriser les résultats des recherches entreprises ces dernières années et de mettre en évidence de nouvelles sources d’archives disponibles en France et à l’étranger. Il a également eu pour but de revenir sur l’importance d’une histoire des « vaincus », du nationalisme non communiste notamment, en favorisant les sujets liés aux défis auxquels le Vietnam a été confronté dans les années de construction de l’État communiste. En abordant la littérature vietnamienne au cours du siècle, Vu Thi Bach Hop (doctorante, Université de Paris-III) et Alexandre Lê (doctorant, Université de Paris-VII) ont inauguré l’année en mettant l’accent sur les continuités et les discontinuités des grands courants de pensées réformatrices ou révolutionnaires qui tranchent souvent radicalement avec le passé. Du Dông kinh Nghia Thuc à l’apparition de la littérature révolutionnaire (Truyên Bô doi), la scène littéraire vietnamienne a toujours été frappée d’amnésie, tandis qu’un travail de deuil et de réflexion, commencé au Vietnam du Sud se poursuit hors du pays à travers les témoignages des boat people qui ouvrent le champ à de nouvelles recherches. François Guillemot (doctorant, EPHE) est revenu sur la question de l’émergence des activités des nationalistes non communistes au Vietnam pendant la première moitié du XXe siècle. Si l’historiographie a souvent privilégié les vainqueurs, Guillemot a souligné l’importance d’étudier les vaincus comme acteurs historiques à part entière, les « possibles » non aboutis de l’histoire. Dans un souci de prise en compte de l’hétérogénéité de ce pays, Jérémy Jammes (doctorant, Université de Paris-X) et Pascal Bourdeaux (doctorant, EPHE) nous ont gratifié d’un regard croisé sur l’histoire et les religions du Vietnam du Sud. Ils se sont notamment intéressés à une étude comparée de deux expressions religieuses, le caodaïsme et la secte Hoa Hao. Sophie Quinn-Judge (London School of Economics) a par la suite utilisé le cas du communisme vietnamien en général et d’Ho Chi Minh en particulier pour signaler aux étudiants l’importance et la richesse de ces fonds encore largement inexploités avant de dresser un bilan des archives, bibliothèques et sources primaires susceptibles d’enrichir notre connaissance du communisme vietnamien. Expert de la politique française pendant la guerre d’Indochine, Laurent Césari (Université d’Arras) ne s’est pas contenté d’étudier la guerre vue du Vietnam. Dans son exposé, Césari s’est tourné vers le Laos pour montrer à quel point ce petit pays est devenu au début des années 1960 l’un des points les plus chauds dans la Guerre froide en Asie. Lors de cette séance, Larry Berman (Université de Californie, Washington) a présenté son nouveau livre sur les Accords de Paris de 1973, No peace, no honor. Nixon, Kissinger, and betrayal in Vietnam. Cet exposé a attiré un large public et a suscité un vif débat sur les nouvelles sources que L. Berman a pu exploiter, ainsi que la nature des négociations secrètes entre les Américains d’un côté et les « deux Vietnams » de l’autre. Autres approches, autres sources. Frank Giroud (auteur de la BD Les oubliés d’Annam) a choisi de revenir sur un autre sujet que l’histoire officielle a du mal à aborder : les ralliés français aux troupes du Vietnam pendant la guerre d’Indochine. Une thématique partagée par la dramaturge Colette Alexis qui a animé l’autre partie de la séance en évoquant la pièce de théâtre qu’elle prépare sur la question de la désertion et de la mémoire. À ces regards s’est ajouté celui de deux jeunes réalisateurs de documentaire, Boris Lojkine (Ceux qui restent, 2002) et Xavier de Lazanne (Retour sur la RC 4, 2000), venus présenter leurs films sur le travail de deuil de la guerre, le premier en choisissant le quotidien d’anciens combattants de l’APVN, le second en suivant un groupe d’anciens soldats français revenus sur les traces de leurs combats à Cao Bang, cinquante ans plus tard. Enfin, Marilyn Levine (Lewis Clark State College, Idaho), a prolongé deux des réflexions conductrices de ce séminaire en faisant une comparaison entre Ho Chi Minh et Ngo Dinh Diem. L’analyse de Ngo Dinh Diem a été particulièrement intéressante, au regard des zones d’ombres qui continuent d’entourer ce personnage dans l’historiographie actuelle, surtout face au « père » nationaliste du Vietnam actuel. L’exposé de Marilyn Levine a mis en évidence l’intérêt d’étudier la personnalité de Ngo Dinh Diem, au même titre que celle d’Ho Chi Minh. Elle fait davantage encore, en fondant son analyse sur une perspective comparatiste, qui explore les trajectoires idéologiques respectives de deux figures historiques majeures de l’histoire du Vietnam contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît de Tréglodé et Christopher E. Goscha, « La RDVN de 1945 à 1975. Histoires de la constitution d’un Etat-nation », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 757-758.

Référence électronique

Benoît de Tréglodé et Christopher E. Goscha, « La RDVN de 1945 à 1975. Histoires de la constitution d’un Etat-nation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16000

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals