Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Monde méditerranéen

Les relations politiques, économiques et culturelles des peuples slaves (bulgares, serbes et russes) au sein de l’oikouménè byzantine

Jean-Pierre Arrignon
p. 764-765

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Arrignon, professeur à l’Université d’Artois

1Le séminaire a été consacré à l’approche théorique et pratique de l’épistolographie byzantine, domaine hélas trop peu étudié en dépit de l’abondance de la documentation conservée et de l’intérêt historique qu’elle renferme.

2Après avoir examiné la « déconcrétisation » de la lettre byzantine dans laquelle le plus souvent manque « tout ce qui caractérise une lettre » (W. Subart) et montré sa richesse stylistique et rhétorique, nous avons concentré notre attention sur la théorie de l’amitié qui semble bien une des clés des échanges épistolaires byzantins. Certes les huitième et neuvième livres de l’Éthique à Nicomaque d’Aristote montre que « la toute première condition de l’amitié est la vie en commun », mais la lettre ne peut pas être réduite à créer la seule « illusion de la présence » comme le souligne Synésios de Cyrène, saint Grégoire de Nazianze et saint Jean Chrysostome ; elle permet aussi de montrer la pertinence des réseaux de solidarité comme élément fondamental de gestion de l’État, notamment de la relation centre/périphérie, capitale/provinces.

3C’est dans cette perspective que nous avons ébauché l’approche du corpus épistolaire de Michel Psellos, établi la liste de ses correspondants, déterminé leur fonction administrative, enfin précisé leur localisation dans la structure administrative de l’empire. La représentation cartographique de ces données a rendu particulièrement explicite l’existence de réseau de pouvoirs. Ce dernier, formé dans une relation personnelle qui lie le maître à l’élève lors de la période d’acquisition des savoirs, est validé par une « amitié choisie » qu’il faut comprendre comme une allusion au mythe bien connu d’Aristophane dans le Banquet et activé comme réseau de pouvoirs et de gouvernement de l’empire.

4Cette recherche, stimulante à bien des égards, a ouvert d’intéressantes perspectives que de jeunes étudiants-chercheurs de l’École entendent bien poursuivre, développer et enrichir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Arrignon, « Les relations politiques, économiques et culturelles des peuples slaves (bulgares, serbes et russes) au sein de l’oikouménè byzantine », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 764-765.

Référence électronique

Jean-Pierre Arrignon, « Les relations politiques, économiques et culturelles des peuples slaves (bulgares, serbes et russes) au sein de l’oikouménè byzantine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16012

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals