Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation

Bernard Hours
p. 775-776

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Bernard Hours, directeur de recherche à l’IRD

1Le cours a abordé les ONG comme acteurs idéologiques du développement, de l’humanitaire, de la globalisation, ces trois concepts étant envisagés comme des productions idéologiques.

2Les ONG sont nées dans le contexte des décolonisations en prenant une place croissante à côté des politiques de développement. Elles apparaissent donc d’abord comme des acteurs idéologiques du développementalisme dans ses différentes phases successives, des années 1960 jusqu’à la fin du siècle. Largement inspirées par l’idéologie tiers-mondiste dans les années 1960-1970, les ONG ont joué un rôle important dans la formulation et la gestion de la question des rapports Nord-Sud. Suivant les analyses de G. Rist, le développement a été présenté dans le cadre de l’histoire d’une croyance occidentale qui se transforme progressivement jusqu’à l’émergence de l’idéologie humanitaire d’aujourd’hui. C’est dans les années 1980 que se développe une nouvelle génération d’ONG d’urgence médicale. Fortement médiatisées, leurs actions apportent des témoignages politiques sur la violence d’État et l’absence de démocratie dans nombre de pays du Sud. L’opinion, prise à témoin par le marketing direct et des médecins, soutient ces actions d’urgence qui revendiquent l’efficacité. Le développement ne fait plus recette face à des commandos humanitaires s’affirmant apolitiques, malgré l’offensive anti-tiersmondiste néolibérale de la fondation Libertés sans frontières (1985). De cet affrontement se dégagent les nouveaux profils des ONG humanitaires d’aujourd’hui, qui pansent les blessures de victimes accessibles mais ont abandonné, comme utopique, l’aspiration à plus de justice dans les rapports Nord-Sud.

3La principale mutation est peut être constituée par un changement de sujet et de l’action qui devient objet pour les ONG humanitaires. Les ONG de développement s’adressaient à des hommes comme sujets politiques de jeunes États. Trente ans après, c’est l’homme victime qui est l’objet silencieux des soins des ONG humanitaires. Cette évolution des ONG comme acteurs idéologiques, qui va du développement à l’action humanitaire, invite à se pencher sur la place stratégique et le rôle politique dont les ONG sont aujourd’hui investies dans le débat public tel qu’il se formule dans le cadre de l’émergence virtuelle d’une société civile mondiale née de la globalisation. Si les ONG de développement s’engageaient dans une moralisation des rapports Nord-Sud, les ONG humanitaires agissent au nom d’une moralité internationale fondée sur des droits de l’homme affirmés universels. Les ONG apparaissent désormais comme des acteurs de médiations dans la globalisation, dont elles sont un outil essentiel.

4Les ONG sont présentes aussi bien dans les débats des sociétés nationales que dans ceux qui portent sur des choix globaux de modèles sociaux, politiques, juridiques. L’interdépendance généralisée produite par la mondialisation articule le local et le global et fait de cette articulation une nécessité. Les ONG y tiennent une grande place dans la mesure où elles témoignent et prennent en charge certains problèmes de société dans le cadre de normes qui dépassent les frontières des États en se référant à des droits globaux. Une sorte de délocalisation des normes est ainsi réalisée par les ONG qui amènent les citoyens à se penser dans un cadre international global. Productrices de références globales, comme les organisations multilatérales, telles que la Banque mondiale et l’Union européenne, les ONG sont engagées dans des actions concrètes localisées qui établissent le lien entre ces situations, les acteurs locaux et les normes globales abstraites.

5Simultanément, elles contestent, autant qu’elles co-gèrent, le processus de la globalisation économique et morale. Elles sont donc au cœur des dynamiques politiques contemporaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Hours, « Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 775-776.

Référence électronique

Bernard Hours, « Construction d’un objet anthropologique : développement, humanitaire, ONG et globalisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16025

Haut de page

Auteur

Bernard Hours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals