Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Onomastique et histoire sociale, XVIIIe-XXe siècle

Guy Tassin
p. 776-777

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Guy Tassin, docteur en histoire

1Les conférences de cette année ont porté exclusivement sur le nom individuel dont les modalités de dation et de mutation expriment le plus clairement les tensions de la vie familiale et sociale. On s’est d’abord interrogé sur les mécanismes de la nomination en soulignant la distinction nécessaire, chaque fois que possible, entre locuteur – celui qui choisit – et énonciateur – qui paraît choisir. Cette distinction oriente les conclusions que l’on peut tirer de la répétition du nom dans les lignées, que celle ci s’opère ou non par le truchement du parrainage. Une analyse serrée des dévolutions montre aussi que la lourdeur des circonstances s’oppose souvent, aux XVIIIe et XIXe siècles, à la pertinence étendue des schémas de dation automatique : ni le parrainage, ni une position parentale ne supposent en tout lieu et en tout milieu la transmission du nom. Le calendrier, la conjoncture, la mode jouent tôt un rôle important, même pour la nomination des aînés, et l’innovation onomastique n’est réservée ni aux filles ni aux puînés, même s’ils en sont les cibles privilégiées.

2Une large place a été donnée à l’étude de cette innovation. Ont été soulignés l’accélération de la reprise des noms nouveaux, la tendance plus fréquente à masculiniser ou féminiser les noms de saints, le rôle des prêtres et des allogènes. Mais surtout l’analyse de l’innovation onomastique en un lieu permet de discerner des faisceaux de comportement qui ne recoupent pas les autres discriminations familiales et sociales. En gros il existe des « innovants » et des « conservateurs » onomastiques dans toutes les catégories socioprofessionnelles, ce qui incite à voir dans l’étude de l’innovation l’introduction d’un facteur de sensibilité dans les comportements familiaux et sociaux. Les chemins de l’innovation sont d’ailleurs si variés – rôles de la liturgie, de la mode, de la politique, du goût – qu’un programme étendu permettrait peut-être aussi de rendre compte de la transmission des sensibilités.

3Il faut pourtant garder conscience que l’essentiel de la nomination nous est connu par des documents officiels, sollicités par l’Église et par l’État, en des moments très particuliers des carrières individuelles. Les noms ainsi repérés ne témoignent donc en fait que dans un cadre et en des circonstances donnés, répondant à des incitations ponctuelles et à la nécessité de produire une image acceptable par les institutions de contrôle. Seul l’archivage régulier des documents associés à ces circonstances donne à ces noms une apparence de solidité qu’infirme souvent l’analyse de matériaux moins formels. Telle baptisée Françoise, nommée de même sur ses actes de mariage et de décès par formalisme, peut en fait avoir été appelée Catherine dès l’âge de quelques semaines et cet autre nom être plus révélateur des transmissions opérées au sein de la parentèle. Les dernières séances du séminaire ont été consacrées à ce thème du nom réellement porté, aux moyens de le retrouver, et à la nécessité d’en entreprendre l’étude systématique pour accéder à une connaissance plus exacte des sensibilités et des processus de transmission au sein des familles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Tassin, « Onomastique et histoire sociale, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 776-777.

Référence électronique

Guy Tassin, « Onomastique et histoire sociale, XVIIIe-XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16027

Haut de page

Auteur

Guy Tassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals