Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Anthropologie

Mots et choses, maux et causes berbères : ethnologie, philologie, linguistique

Claude Lefébure
p. 779-780

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie
Haut de page

Texte intégral

Claude Lefébure, chargé de recherche au CNRS

1M’avisant, face aux attentes et cursus diversifiés des auditeurs, de l’avantage qu’il y avait à renverser l’ordre des deux volets du programme annoncé, j’ai retardé, au profit de l’immersion dans certains de mes travaux, le repérage externe de ce que cette conférence entend circonscrire et promouvoir : la synergie de l’ethnologie et de la linguistique relativement à l’interprétation des structures et des dynamiques sociales agissant les communautés berbérophones sises en leurs bases africaines ou dispersées de par le monde (vingt millions de personnes au total).

2Et pour commencer, la parenté. Partant de la dénomination des consanguins (en berbère, strictement, le seul registre des lexèmes spécialisés) et du vocabulaire des affins, on en est arrivé à la désignation des cercles emboîtés de l’insertion segmentaire, en faisant la part de la variabilité dialectale et des faits de convergence. Le nom presque panberbère de l’épouse, étymologiquement selon toute probabilité « celle-qui-est tétée », a été rapproché d’un motif de la littérature orale (conte chleuh, proverbe kabyle) et a permis d’introduire la notion de parallélisme sémantique. Celle-ci devait revenir avec l’étude détaillée du vocabulaire des parties du métier à tisser vertical à un rang de lisses des femmes berbérophones d’Afrique du Nord, mais on a surtout vérifié, alors, la valeur heuristique de la lexicologie pour l’histoire des techniques et l’anthropologie culturelle (perceptions indigènes, ritologie, rapports homme-femme). L’approche par le mot a encore été illustrée à propos d’un toponyme de l’Atlas central, au Maroc, puis sur le nom que les Berbères se donnent à eux-mêmes, dans les deux cas avec le souci de corriger des étymologies fausses parce que non désintéressées.

3À proportion égale, sensiblement, l’analyse de productions chantées traditionnelles ou modernisantes a complété le programme : « Conseils à l’épousée » d’une part, un poème du Moyen Atlas et des années 1920, « L’émigration ouvrière au miroir de la Poésie » d’autre part, un ensemble de chants recueillis sur un demi-siècle. Au Maroc comme en Algérie, les populations berbérophones ont fourni les premiers contingents de travailleurs émigrés et, jusqu’à nos jours, les plus importants. Pour l’art rien moins que gratuit des poètes berbères, l’émigration est en conséquence un thème récurrent dont il convenait d’apprécier l’évolution. Le voyage à Paris (1931) du Maître chleuh Lhadj Belaïd, la tamdyazt des émigrés (ca 1970) de Cheikh Yousf, un chansonnier traditionnel de l’Atlas central, azemz ad (ca 1980) des modernes A. Hajjaji et M. Ammouri, enfin un florilège kabyle centré sur Sliman Azem et Ameur Mezdad : ces œuvres ont fait l’objet d’une double analyse, interne – lexique, agencement, contenu – et externe – contexte de production, types de réception. Elles renvoient à des étapes bien différentes du phénomène migratoire maghrébin mais sont prises, aussi, à d’autres mouvances dont, sans aucun doute, l’évolution des littératures berbères.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Lefébure, « Mots et choses, maux et causes berbères : ethnologie, philologie, linguistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 779-780.

Référence électronique

Claude Lefébure, « Mots et choses, maux et causes berbères : ethnologie, philologie, linguistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16030

Haut de page

Auteur

Claude Lefébure

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals