Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Anne Cheng
p. 836-837

Texte intégral

Anne Cheng, professeur à l’INaLCO

Modernité et invention de la tradition chez les intellectuels chinois du XXe siècle

1Dans le prolongement des travaux de l’année dernière, le séminaire a poursuivi son questionnement sur la réappropriation du daotong (transmission légitime de la Voie) dans le contexte de la quête de modernité des intellectuels chinois du XXe siècle. À partir des toutes premières années de ce siècle s’est imposée en Chine l’idée que la modernité devait obligatoirement passer par la constitution de la catégorie « philosophie » et par la réinvention de la tradition intellectuelle autochtone en termes philosophiques, ce qui s’est traduit par la production d’une série d’« histoires de la philosophie chinoise » dont la plus connue du public occidental reste sans doute celle de Feng Youlan (1895-1990), parue dans sa première version en deux volumes à Shanghai en 1931 et 1934 et, vingt ans plus tard, dans une traduction en anglais par Derk Bodde en 1952-1953. C’est en relation avec cette nécessité nouvelle d’historiciser la tradition de pensée chinoise que s’est trouvée instrumentalisée la notion de daotong, originellement issue d’une volonté d’orthodoxie qui a donné forme à ce qu’il est convenu d’appeler le « néoconfucianisme » à partir du XIIe siècle et qui réapparaît sous la forme d’une volonté de systématicité dans le discours du « nouveau confucianisme contemporain » (éminemment représenté par le néo-kantien Mou Zongsan), fer de lance de la modernité chinoise en philosophie. Une telle recherche d’historicité (entendue comme rapport entre ce qui nous arrive du passé et ce que nous faisons de cet héritage, autrement dit entre l’ensemble des conditions qui sont préalables à notre agir, à notre pensée, et cet agir ou cette pensée eux-mêmes) appelle à son tour une approche historique de ses origines dont la pluralité a été le premier caractère retenu dans les travaux de cette année. Tout en s’attachant aux modes initiaux de présentation et de formulation des « histoires de la philosophie chinoise » (notamment celles de Hu Shi de 1920 et de Feng Youlan mentionnée plus haut), on a cherché à prendre en compte le rôle important, quoique largement occulté et refoulé pour d’évidentes raisons historiques, de la médiation japonaise dans la constitution d’un agenda philosophique au sein du paysage intellectuel de la Chine du début du XXe siècle. Le recours de plusieurs générations d’intellectuels chinois au Japon pour l’accès à la modernité ne s’est pas limité, comme on le laisse souvent croire, à l’emprunt de néologismes forgés en japonais avant d’être appropriés tels quels en chinois, il a été déterminant pour définir les nouvelles contraintes et exigences par lesquelles il fallait en passer pour acquérir le label de la modernité et plus spécifiquement, la dignité philosophique. La collaboration de collègues japonisants, ainsi qu’un workshop franco-japonais organisé à Tokyo à l’initiative de Joël Thoraval (coresponsable du présent séminaire et pensionnaire de la Maison franco-japonaise depuis deux ans) et de Nakajima Takahiro (professeur de philosophie chinoise à l’Université de Tokyo), nous ont permis d’examiner le modèle que fut la modernité de Meiji pour les premiers penseurs réformistes chinois de la toute fin du XIXe siècle, avant que la culture chinoise ne soit dévolue à un statut de faire-valoir par l’idéologie « orientaliste » japonaise avec les conséquences que l’on connaît, processus d’objectivation qui ne manque pas cependant de créer une distance critique tout à fait digne d’intérêt et qui a le mérite de nous sortir du sempiternel face-à-face spéculaire entre Orient (ou Chine) et Occident. Les dernières séances du séminaire ont été consacrées aux travaux de recherche des étudiants dont certains (portant notamment sur la figure du philosophe et réformiste chinois Kang Youwei et sur le penseur moderne japonais Yasuoka Masahiro) sont en rapport direct avec les thèmes traités cette année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Cheng, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 836-837.

Référence électronique

Anne Cheng, « Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16111

Haut de page

Auteur

Anne Cheng

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals