Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Centre d’histoire des techniques

André Guillerme, Sabine Barles et Laurence Lestel
p. 839-840

Entrées d’index

Centres de recherche :

Centre d’histoire des techniques
Haut de page

Texte intégral

André Guillerme, professeur au CNAM
Sabine Barles et Laurence Lestel, maîtres de conférences au CNAM

L’industrie en milieu urbain (révolutions industrielles et occupation de l’espace), XVIIIe-XXe siècle

1Pendant longtemps, les études sur l’environnement ont consisté à mettre en évidence l’impact négatif de l’homme sur les milieux naturels, la dégradation maximale étant enregistrée dans le lieu de « civilisation » qu’est le milieu urbain, ce qui conduit d’ailleurs à l’exclusion de la ville du champ de l’écologie. Depuis, les relations homme/nature ont été mises en perspective. Il a été admis, tout du moins chez les chercheurs mais pas forcément dans l’imaginaire collectif, que la « nature », sauvage, non anthropisée, est un mythe ; cette nature a de tout temps été en interaction avec l’homme dont l’action n’avait pas forcément un impact négatif. À la suite des géographes, le paradigme utile est celui du paysage situé à l’interface entre le milieu biophysique et les actions anthropiques, paysage dont l’évolution traduit les interactions permanentes qui existent entre ces deux entités. Dans ce contexte, nous ne pouvions plus négliger un type de paysage fortement modelé par l’homme : l’espace urbain. Ce séminaire a donc permis de développer une histoire environnementale de l’espace urbain français aux XVIIIe et XXe siècles, à travers deux de ses composantes : la ville proprement dite et l’industrie.

2André Guillerme, Sabine Barles et Bernard Barraqué nous ont montré comment étaient gérés non seulement la ressource en eau de la ville mais aussi ses rejets afin que sa qualité soit jugée acceptable par les différents utilisateurs, consommateurs particuliers ou industriels. Sabine Barles a décrit la prise de conscience de l’importance du sous-sol urbain, non seulement comme lieu de ressource, mais surtout comme lieu de vie et de transport, sous-sol qui devient un enjeu d’aménagement, notamment en cas de pollution industrielle, dans les plans de reconquête urbaine, comme l’a montré L. Lestel. J.-P. Trainel a évoqué l’évolution des façades des immeubles parisiens afin de répondre au souhait de meilleure régulation thermique de l’habitat.

3L’industrie, qui se développe à Paris dès la fin du XVIIIe siècle a généré de nombreuses nuisances olfactives (Péru), qu’il s’agisse de l’air, de l’eau ou des sols (L. Lestel), mais aussi assaini les lieux d’infections quand, par exemple, elle utilise à grande échelle la collecte des vieux os des fossés de Paris pour la fabrication de noir animal (A. Guillerme). Ce développement industriel a conduit au décret sur les établissements classés de 1810, qui a participé, dès sa publication, à la mise en place du paysage industriel sur l’ensemble du territoire national mais plus particulièrement à Paris et dans sa proche banlieue. Très rapidement se dessinent les contours de plusieurs territoires, distingués par la forme qu’y prend la gestion des industries (A.-C. Lefort).

4La prise de conscience de ces nuisances industrielles se traduit également par la montée en puissance de l’hygiène industrielle et la reconnaissance des maladies professionnelles au XIXe siècle (A.-C. Lefort, céruse et saturnisme, L. Lestel).

5Enfin, S. Barles et L. Lestel ont montré comment il est possible de quantifier les interactions milieux naturels/humains par la construction de flux de matière organique ou inorganique, les deux exemples retenus étant l’azote et le plomb, en milieu urbain, plus particulièrement sur Paris et le bassin de la Seine. Mettre en place ce « métabolisme urbain », dans le sens d’échange d’énergie et de matière entre des organismes et leur environnement, permet d’établir l’impact réel de la croissance urbaine et industrielle aux XIXe et XXe siècles sur la qualité de l’environnement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Guillerme, Sabine Barles et Laurence Lestel, « Centre d’histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 839-840.

Référence électronique

André Guillerme, Sabine Barles et Laurence Lestel, « Centre d’histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16116

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals