Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Institut Jean-Nicod

p. 871-872

Entrées d’index

Centres de recherche :

Institut Jean-Nicod – IJN
Haut de page

Texte intégral

1Depuis 1993, chaque année un chercheur éminent dans le domaine des sciences cognitives et de la philosophie cognitive prononce les conférences Jean-Nicod de philosophie cognitive financées par le Département SHS du CNRS en partenariat avec le ministère de la Recherche (ACI Cognitique), l’École des hautes études en sciences sociales et la Fondation Maison des sciences de l’homme. Les conférences Jean-Nicod pour l’année 2001 ont été données par le philosophe Daniel C. Dennett, professeur à l’Université Tufts (USA) et directeur du Centre d’études cognitives de cette université, sous le titre général « La science de la conscience et l’obstruction philosophique ». La première conférence, intitulée « Peut-il y avoir une science de la conscience à la première personne ? », a eu lieu dans le grand auditorium du CNRS, mercredi 7 novembre 2001. À cette occasion, Dan Dennett a reçu le prix Jean-Nicod. Les deuxième, troisième et quatrième conférences se sont déroulées à l’EHESS. Au cours de ses conférences, Dan Dennett, qui est l’un des principaux philosophes de l’esprit et des sciences cognitives contemporains, a mis en évidence les antinomies qui menacent les philosophes qui pensent qu’une authentique compréhension scientifique de la conscience suppose le renoncement à l’objectivité qu’impose le point de vue de la « troisième personne » et l’adoption d’un point de vue subjectif « en première personne ». Dans la deuxième conférence, il s’est posé la question de la modélisation d’un « esprit sans habitant ». Dans la troisième conférence, il a examiné le point de vue des philosophes qui soutiennent que ce qu’ils nomment les « qualia » (les expériences subjectives) sont, comme ils le disent, « ce qui fait que la vie vaut d’être vécue ». Il a fait valoir que si c’est le cas, alors les « qualia » ne peuvent pas, comme le soutiennent les partisans d’une approche « en première personne », être des caractéristiques subjectives ineffables qui échappent fatalement à toute description objective. Dans sa dernière conférence, il a fait valoir que nombre des difficultés suscitées par le projet de renoncer à l’approche objective en troisième personne pour comprendre la conscience découle d’une conception paradoxale du Soi (ou de la subjectivité) comme une singularité dépourvue de toute réalité physique et spatiale mais dotée de pouvoirs causaux exorbitants.

2Les conférences Jean-Nicod pour l’année 2002 ont été prononcées par la philosophe Ruth Garrett Millikan, professeur à l’Université du Connecticut (USA), sous le titre général « Les variétés du sens ». À cette occasion, Ruth Millikan était directrice d’études associée à l’EHESS pour la durée de ses cours. Ruth Millikan est l’auteur d’un véritable « tournant évolutionniste » dans la philosophie de l’esprit : dans son livre Language, thought and other biological categories (Bradford Books/Mit Press, 1984), elle a en effet présenté un véritable programme de naturalisation de l’intentionnalité entièrement fondé sur la théorie darwinienne de l’évolution des espèces par sélection naturelle. La première conférence et la remise du Prix Jean-Nicod ont eu lieu dans le grand auditorium du CNRS, le 27 mai 2002. Les quatre autres conférences ont eu lieu à l’EHESS et à la Maison Suger. L’objet central de ses quatre conférences a consisté à envisager les bases théoriques d’un rapprochement entre sa propre conception téléosémantique du sens et du contenu des signes (qui jusqu’à présent s’appuyait exclusivement sur une notion étiologique de fonction elle-même fondée sur la sélection naturelle) et la conception d’un précédent conférencier Jean-Nicod, Fred Dretske, qui combine la notion de fonction et la notion d’information (ou de covariation nomologique). Ruth Garrett Millikan a envisagé l’application de sa théorie téléosémantique à la notion de programme biologique, à ce qu’elle a appelé les « signes naturels » (comme les traces d’animaux dans le sol et les symptômes de maladie). Elle a procédé à une utile discussion de la notion de loi scientifique et elle a étendu sa théorie aux entités culturelles dont les mêmes de R. Dawkins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Institut Jean-Nicod », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 871-872.

Référence électronique

« Institut Jean-Nicod », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16169

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals