Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

Laboratoire de sciences sociales

Benoît de L’Estoile
p. 876-877

Entrées d’index

Centres de recherche :

Laboratoire de sciences sociales
Haut de page

Texte intégral

Benoît de L’Estoile, professeur agrégé à l’ENS

Atelier d’anthropologie politique : autour des « identités »

1Le point de départ de l’atelier a été à la fois le constat d’une récurrence du terme « identité » dans le discours médiatique et académique (y compris les travaux des étudiants), et la préoccupation devant les usages politiques de la notion. On s’est donc à la fois intéressé aux usages très diversifiés de la notion, en mettant en évidence les différentes constructions théoriques dans lesquelles elle prend sens, tout en essayant d’interroger sa pertinence à partir d’une perspective d’anthropologie politique. Il s’agit de penser la relation entre « identité » et « pouvoir », non comme un fait donné, mais plutôt comme un processus de construction. On peut ainsi analyser les processus qui tendent à produire des formes de cristallisation d’identités, et les forces qui tendent à les remettre en cause. Ceux-ci peuvent être analysés sous des formes variées : il s’agit moins d’une question d’échelle que de perspective. On met ainsi en lumière des phénomènes différents si l’on met l’accent sur le rôle de l’État, colonial ou métropolitain, comme producteur de catégories à la fois administratives et savantes, ou si, avec F. Barth, on met au contraire l’accent sur les stratégies individuelles.

2Chaque séance a été nourrie par la lecture préalable de textes classiques de la tradition anthropologique et sociologique, mais aussi de références à des recherches en cours. En particulier, plusieurs séances ont été l’occasion de discussions avec des chercheurs français et étrangers : Moacir Palmeira, Rio de Janeiro (« Peut-on parler d’appartenance politique ? Affiliations partisanes et relations personnelles ») ; Beatriz Heredia, Rio de Janeiro (« Définition des frontières et identité de groupe ») ; Alain Roussillon, CNRS (« Le langage de l’identité en contexte post-colonial ») ; Stéphane Beaud, CNRS (« Pluri-appartenance et définition de soi ») ; Michel Naepels, CNRS (« Pratiques identificatoires et genèse des catégories ») ; Federico Neiburg, Rio de Janeiro (« Peut-on parler de caractère national ? ») ; Nicholas Thomas, Londres (« Le corps comme support identitaire : le tatouage »).

3Le séminaire a réuni une quinzaine de participants réguliers, notamment des élèves de l’École normale supérieure, des étudiants du DEA « Sciences sociales » (ENS-EHESS), du DEA « Anthropologie sociale et ethnologie », et des étudiants en anthropologie de Chicago et NYU.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît de L’Estoile, « Laboratoire de sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2003, 876-877.

Référence électronique

Benoît de L’Estoile, « Laboratoire de sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2003, mis en ligne le 15 février 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16189

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals