Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Méthodes d’analyse des données nominatives

Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Emmanuel Lazéga et Claire Lemercier
p. 112-115

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Paul-André Rosental, maître de conférences
Emmanuel Lazéga, professeur à l’université de Lille-I
Claire Lemercier, chargée de recherche au CHEAR

Les recherches nominatives et leur formalisation

1Les sciences sociales recourent de plus en plus couramment aux notions de trajectoire et de réseaux, afin de percevoir plus finement les ressources et contraintes à l’œuvre dans les dynamiques sociales. Le rapport aux sources s’en trouve modifié : alors que les documents nominatifs faisaient autrefois office de matériau pour des reconstitutions statistiques agrégées, ils servent aujourd’hui à suivre pas à pas le parcours des individus et des familles.

2Les supports informatiques ont accompagné cette transformation : plusieurs logiciels aisés d’accès et d’emploi permettent de reconstituer et de combiner des bases de données nominatives. En revanche, les chercheurs qui s’efforcent d’explorer cette voie nouvelle se heurtent souvent à un obstacle statistique : leur formation initiale ne leur permet pas toujours de soumettre leurs hypothèses à l’épreuve de la mesure.

3Or, les techniques quantitatives ont connu des évolutions parallèles à celles de nos disciplines. En rupture avec la statistique descriptive demandeuse de gros échantillons et de représentativité, l’économétrie offre le moyen de travailler sur de petits effectifs. Comme les approches « micros » des sciences sociales, elle préfère l’identification de processus causaux à la description comptable des formes sociales. Les analyses de réseaux, la life-event analysis, posent des questions congruentes à celles des recherches nominatives contemporaines.

4Ces correspondances offrent aux approches micros des sciences sociales la possibilité d’accroître leur pouvoir de validation et de généralisation – précisément les deux dimensions pour lesquelles elles ont été le plus controversées. Elles autorisent aussi à combiner analyse relationnelle et suivi diachronique, examen de parcours individuels et de structures institutionnelles, étude d’auteurs et du contenu de leurs discours.

5Cette richesse remet en cause les critiques anciennes contre l’emploi du quantitatif en sciences sociales. Désormais, ce n’est plus la pauvreté des outils de mesure qui est en cause, mais leur diversité et leur sophistication. Avec le développement continu d’outils de plus en plus ciblés, l’identification même de la procédure la plus adaptée est devenue problématique, sans parler de son coût d’apprentissage.

6Pour remédier à ces difficultés, le séminaire s’est efforcé d’établir une réflexion commune aux chercheurs en sciences sociales et aux statisticiens sur la formalisation des phénomènes sociaux. Historiens, sociologues et statisticiens ont présenté des travaux en cours fondés sur de vastes corpus de données nominatives, et exposé les techniques quantitatives qu’ils envisagent pour les formaliser.

7Cette année, une attention particulière a été portée à l’étude des liens entre réseaux de parenté et dynamiques sociales au sein de communautés villageoises, à partir d’informations croisant trajectoires individuelles, trajectoires familiales, réseaux de sociabilité et réseaux d’échanges économiques. L’analyse structurale des réseaux permet en effet de caractériser les échanges, les fractures et les hiérarchies au sein des populations d’étude. Cristina Munno (Université de Venise) a présenté un exposé sur le petit bourg industriel de Follina en Vénétie. En complétant son travail d’une analyse longitudinale, elle analyse notamment les liens entre réseaux interpersonnels et émigration hors de la commune. Vincent Gourdon (CNRS, Centre Roland-Mousnier) a pour sa part exposé ses recherches sur le village de Samois en Seine-et-Marne. En superposant réseaux d’alliance familiale et stratification sociale, il distingue les groupes qui se disputaient le pouvoir communal et évalue le rapport de leurs forces.

8Un deuxième axe privilégié cette année a été l’examen de techniques de recherche quantitatives de pointe. Daniel Courgeau (INED), à partir de l’observation des migrations intérieures norvégiennes, a présenté les apports de l’analyse multivariée, notamment dans l’examen des effets respectifs d’échelles d’observation multiples. Tom Snijders (Université de Groningue, Pays-Bas) a exposé les modalités de l’analyse dynamique des réseaux. Enfin, Alain Degenne (CNRS-LASMAS) a présenté une enquête longitudinale permettant de suivre le développement dans le temps de réseaux interpersonnels.

Francis Chateauraynaud, maître de conférences avec Didier Torny, chargé de recherche à l’INRA

Concepts et méthodes pour l’analyse des dossiers complexes

9Après un retour critique sur les travaux informatiques menés depuis plusieurs années, on a insisté sur les conditions d’une intégration réussie entre quatre entités logicielles ayant chacune une fonction cognitive différente pour l’appréhension des dossiers complexes : Prospéra, instrument de structuration des connaissances sur des corpus de textes ; Marlowe, enquêteur virtuel doté d’une forte capacité réflexive ; Tirésias, explorateur de sources sur Internet ; Chéloné, bibliothèque d’affaires et de controverses, orientée vers un espace de travail coopératif sur les outils et les catégories. Au-delà des aspects instrumentaux, on a cherché à déterminer les différents espaces de variations dont ont besoin les chercheurs en sciences humaines pour construire et traiter leurs objets. Les controverses et les affaires apparaissent en effet comme des cas particuliers dans lesquels les auteurs-acteurs produisent eux-mêmes les espaces de variations pertinents. On a ainsi identifié toute une gamme de pratiques allant des études qui se calent sur les espaces de variations produits par la dynamique d’un même dossier, à celles qui élaborent leurs corpus à partir de critères déterminés par un modèle externe. Les compromis entre les différentes stratégies posent des problèmes épistémologiques particuliers que l’on a examinés en terme de « prises de l’interprétation », solution qui permet de surmonter l’opposition entre le « modèle » et le « récit ». Les mêmes algorithmes ou catégories d’analyse changent radicalement de sens selon la façon dont est composé un corpus. Dans cet esprit, une séance a été animée par Bernard Gomel à partir de l’examen minutieux des tensions épistémiques qui habitent les différents usages de l’analyse factorielle. De leur côté, Béatrice Madiot et Romuald Normand ont présenté des usages opposés des techniques développées dans Prospéro : la première étudie une liste de discussion liée au monde des musiques improvisées (sans intervenir dans la constitution de la liste), alors que le second intègre le logiciel dans une panoplie visant à réduire l’écart entre statistiques et monographies dans la sociologie des établissements scolaires.

10Par ailleurs, des séances ont été consacrées à une étude collective, menée pour le département STIC du CNRS, sur le thème « Internet à l’épreuve de la critique ». Christophe Lejeune a décrit les formes particulières de la critique dans les communautés virtuelles ; Didier Torny s’est interrogé sur les rapports entre les outils de traçabilité informatique et les procédures de défense des libertés ; Marie-Christine Bureau a abordé la question des « logiciels libres », et des tensions entre propriété intellectuelle et création sur Internet ; Patrick Trabal a examiné la façon dont les hackers tentent de justifier leurs actions ; enfin, Francis Chateauraynaud s’est intéressé au traitement des rumeurs, canulars et autres fausses informations en circulation sur la Toile. L’ensemble de ces réflexions fait apparaître l’importance, dans le monde créé par les technologies de l’information et de la communication, des formes de recoupement avec le monde sensible, dont la tangibilité est littéralement éprouvée par les acteurs lorsqu’ils cherchent à résoudre leurs difficultés pratiques, protéger leurs activités, ou ancrer leurs jugements et leurs critiques.

11Trois chercheurs extérieurs sont venus présenter leurs travaux : Yves Jeanneret a exposé sa sémiologie critique des technologies de l’information ; Dominique Maingueneau a présenté les travaux récents en matière d’analyse du discours, en prenant pour exemple l’étude de rapports de thèse ; enfin, Jérôme Dokic a développé sa conception de la « représentation située » comme voie de sortie du paradigme de la « cognition située », particulièrement frayé en sociologie depuis le début des années 1990.

12Enfin, le 12 juin 2003, le séminaire s’est transporté dans la salle de conférence de l’Établissement public de santé Maison-Blanche (Paris XXe) à l’occasion d’une performance du logiciel Marlowe : ce dernier a été interrogé par un jury (Bernard Conein, Nicolas Dodier, Alain François, Pascale Garnier et Bernard Reber), devant un public de soixante-dix personnes. L’épreuve, qui a fait clairement apparaître les forces et les faiblesses de cet « interlocuteur virtuel », a été suivie d’un débat. On trouve des traces de cet événement sur le site http://prosperologie.org...

Publications

  • « Prospéro – Une méthode d’analyse des controverses publiques », dans Méthodes et outils des sciences sociales, Cahiers politiques, sous la dir. de P. Blanchard et T. Ribémont, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 61-84.
  • Prospéro – Une technologie littéraire pour les sciences humaines, Paris, CNRS-Éditions, 2003, 404 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Emmanuel Lazéga et Claire Lemercier, « Méthodes d’analyse des données nominatives », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 112-115.

Référence électronique

Paul-André Rosental, Francis Chateauraynaud, Didier Torny, Emmanuel Lazéga et Claire Lemercier, « Méthodes d’analyse des données nominatives », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16206

Haut de page

Auteurs

Paul-André Rosental

Articles du même auteur

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Didier Torny

Articles du même auteur

Emmanuel Lazéga

Articles du même auteur

Claire Lemercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals