Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Méthodes et techniques des sciences sociales

Archives et sciences sociales

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert
p. 118-121

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Séminaire collectif sous la responsabilité
d’Éric Brian, Jean Jamin, directeurs d’études
Morgane Labbé, Pap Ndiaye, maîtres de conférences
Vincent Duclert, professeur agrégé

Expériences II

1Ce séminaire collectif a été mis en place l’année dernière dans le but de contribuer au débat actuel sur les archives en apportant des réflexions propres aux sciences sociales. Il s’est poursuivi cette année selon un programme qui a réuni dans des séances et journées d’étude thématiques, les différents acteurs concernés par les archives (chercheurs, archivistes, conservateurs, administrateurs). Dans une première séance consacrée à « l’archive éditée », Nathalie Léger a rendu compte de la mission de l’IMEC en matière d’édition d’archives, Philippe Artières s’est davantage attaché à caractériser l’acte d’édition. La discussion a mis en évidence les risques liés aux effets de l’édition d’archives, d’une part dans le contexte de la demande croissante de publication d’archives (effet de « vérité » en donnant à voir de « l’authentique »), et d’autre part pour le chercheur face à l’archive éditée, cessant peut-être d’être une archive. La séance sur « les archives de l’entreprise » se proposait aussi d’associer le point de vue d’une institution, celui du centre des archives du monde du travail (CAMT) représenté par Christian Hottin avec celui de l’historien. Entre les problèmes spécifiques aux archives des entreprises, et les exigences rappelées par Pap Ndiaye d’une historiographie se renouvelant à distance des approches monographiques et mémorielles, la discussion a finalement permis l’échange des expériences, prélude aux collaborations futures. La séance consacrée aux « archives de l’audiovisuel » a également donné lieu à l’exposé d’une coopération réussie entre chercheurs et institutions archivistiques. La mission récente dévolue à l’ΙΝΑ met aujourd’hui à la disposition des chercheurs des fonds longtemps d’un accès difficile ou dispersés, confinant l’image et le cinéma au statut de source secondaire, comme l’a souligné Pierre Sorlin. À partir de divers exemples tirés de ses travaux, Christian Delage a montré comme l’usage des images par l’historien supposait sa réinscription au sein des sources écrites. Sabine Chalvon-Demersay a montré comment les fictions télévisées constituent une source sociologique privilégiée, mais son expérience a aussi permis de prendre la mesure des obstacles juridiques et financiers qui subsistent en matière d’archives audiovisuelles. Deux séances ont été consacrées aux enjeux politiques liés à l’ouverture des archives dans des régimes étrangers. Dans une séance sur « les archives de l’Est », Sophie Cœuré a retracé l’histoire des archives soviétiques, et présenté certains traits spécifiques contrastant avec les cultures archivistiques occidentales, comme leur dimension nationale et patrimoniale rendant obsolète la division entre archives privées et publiques. Sandrine Kott à partir des archives de la RDA a ouvert la discussion sur la question de la langue des archives, dont l’opacité l’identifie à une langue bureaucratique. « Les archives des dictatures » ont été l’objet d’une séance distincte. Le cas de la dictature franquiste présenté par François Godicheau a révélé combien les enjeux mémoriels étaient encore associés à l’ouverture des archives de cette période, et ramenaient l’histoire du franquisme à une histoire peu problématisée de la répression. Dans les régimes sud américains, le processus de démocratisation en cours ou amorcée continue à donner un enjeu politique majeur aux archives des dictatures, officiellement considérées comme disparues. Des associations non gouvernementales comme celle d’Eduardo Venezuela invité à en rendre compte, s’efforcent de retrouver des fonds, qui sont autant de preuves des répressions. On voyait ainsi comment dans ses usages politiques ou scientifiques, l’archive ramène à la question du rapport entre trace et événement.

2Deux réunions d’étude ont ponctué l’année. La demi-journée consacrée aux « archives des grandes enquêtes » a été introduite par André Burguière qui a retracé l’histoire intellectuelle de ces projets collectifs inspirés par une conception d’organisation de la recherche en « laboratoires ». Dans ce contexte ainsi rappelé, Emmanuel Le Roy Ladurie a rendu compte des enquêtes qu’ils avaient réalisées dans le cadre du CRH, notamment celle sur la productivité, évoquant aussi la participation de nombreux autres collègues. Joseph Goy a poursuivi cette présentation avec l’enquête sur les dîmes, et celle sur les Baronnies-Pyrénées en décrivant l’organisation complexe à l’échelle des lieux du travail dans les archives locales. Ces enquêtes ont laissé une documentation considérable qui n’a pas été à ce jour cataloguée. Christiane Klapisch est intervenue sur l’enquête du Catasto, elle a rappelé la genèse de ce projet collectif et international, souligné les questions posées par l’organisation de ce projet collectif : division du travail en particulier avec les statisticiens, conciliation d’intérêts intellectuels différents autour d’un projet commun. Les documents et témoignages sur ces étapes du travail n’ont pas été conservés dans des archives, mais comme pour les autres grandes enquêtes du CRH, cet archivage pourrait être envisagé. Françoise Zonabend a rendu compte de l’enquête ethnographique de Minot, qui a pris aussi naissance dans le contexte des années 60 de lancement de projets collectifs et interdisciplinaires. Elle a distingué les archives constituées par les rapports d’activité des chercheurs, des archives personnelles qui n’ont pas été recueillies. En amont de cette conservation, c’est la question de la constitution même des archives de ces enquêtes qui se pose d’abord.

3Le séminaire s’est achevé, comme l’année dernière, sur une journée d’étude organisée par Vincent Duclert et Morgane Labbé et consacrée cette fois aux « archives de la recherche et des chercheurs ». Trois grands thèmes ont été abordés, d’une part la question des statuts, des enjeux et des territoires des archives de la recherche avec Marie Cornu (CNRS), Thérèse Charmasson (Centre de recherche, Cité des sciences et de l’industrie), Ghislaine Bidault (Mission des Archives nationales au ministère de la Recherche), Florence Weber (ENS), Éric Brian et Vincent Duclert, d’autre part la question du chercheur devant ses archives avec Jean Jamin, Éric Jolly (CNRS) Brigitte Mazon, Philippe Artières (CNRS) et Bertrand Müller (Université de Genève), enfin l’interrogation relative au choix d’une politique pour les archives de la recherche. Ce dernier thème a été traité d’abord du point de vue de la politique des institutions archivistiques avec Fabienne Queyroux (Bibliothèque de l’Institut de France), Christine Pétillat (Centre des archives contemporaines, Archives nationales), Nathalie Léger (IMEC), Marie-Pierre Laffitte (BNF) et Bertrand Müller. La politique des institutions de recherche a été ensuite étudiée avec Christiane Demeulenaere pour l’Académie des sciences (Archives nationales), Stéphane Kraxner (Institut Pasteur), Serge Wolikow (Université de Bourgogne et MSH de Dijon), Odile Welfelé (Mission du patrimoine ethnologique, ministère de la Culture) et Morgane Labbé. François Hartog et Jacques Revel ont conclu la journée, le premier (de surcroît à l’origine de ce programme) soulignant l’importance de ce séminaire pour l’institution comme pour les partenaires extérieurs, le président de l’École insistant sur la nécessité d’encourager les centres de recherche à concevoir une politique pour leurs archives.

4Le succès de cette seconde année a décidé les organisateurs du séminaire à poursuivre l’expérience l’année suivante et à élaborer un ouvrage collectif qui reposera sur l’acquis de trois années de travaux et sur sa mise en forme.

Emmanuel Pedler, maître de conférences

Les méthodes quantitatives dans les sciences sociales

5Pour cette année, le profil de ce séminaire atelier a été remodelé. Il s’agit toujours de présenter un éventail aussi ouvert que possible des formes d’argumentation et des descriptions réalisées dans les sciences sociales à partir d’outils quantitatifs, mais en étant sensible à deux nouvelles préoccupations : 1) présenter et discuter les approches multiméthodologiques qui aménagent des allers et retours entre méthodes quantifiées et méthodes qualitatives, 2) faciliter l’accès des étudiants aux outils quantitatifs en organisant des ateliers venant prolonger les conférences faites par les chercheurs invités. En conséquence ces dernières ont été moins nombreuses cette année que les années précédentes, mais chacune a été préparée et prolongée par un séminaire atelier (animé notamment par Aurélien Djakouane). Ont été présentées des contributions venant de domaines disciplinaires variés : Jean-Philippe Mazaud (historien, « Les archives du groupe Hachette ») Dominique Cardon et Fabien Granjon (sociologues, « Le mouvement altermondialiste »), Yacinthe Ravet (sociologue, Paris-IV, « Enquête sur les musiciennes d’orchestre »), G. Blundo (anthropologue, « Analyse critique des mesures de la corruption »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 118-121.

Référence électronique

Éric Brian, Jean Jamin, Emmanuel Pedler, Morgane Labbé, Pap Ndiaye et Vincent Duclert, « Archives et sciences sociales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16212

Haut de page

Auteurs

Éric Brian

Articles du même auteur

Jean Jamin

Articles du même auteur

Emmanuel Pedler

Articles du même auteur

Morgane Labbé

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Vincent Duclert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals