Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Archéologie

Néolithisation et premières sociétés rurales

Jean Guilaine
p. 131-133

Entrées d’index

Index thématique :

Archéologie
Haut de page

Texte intégral

Jean Guilaine, directeur d’études

Préhistoire et protohistoire de la France... et d’ailleurs

1Divers doctorants ou diplômitifs ont présenté l’état de leur recherche, chaque exposé donnant lieu à un débat collectif. Sandrine Noël-Soriano a proposé un modèle d’occupation de l’espace au paléolithique moyen à travers l’exemple du site d’Umm El Tlel, dans le bassin d’El Kowm, en Syrie centrale. Gaëlle Jédikian a tracé l’évolution chrono-typologique de la céramique du Néolithique chasséen à partir des données de l’établissement de Saint-Michel-du-Touch (Haute-Garonne). Christian Salmon a dressé un tableau des composantes de l’industrie lithique du groupe des Treilles, faciès caussenard du néolithique final et du chalcolithique. Francesca Megaloudi a évoqué le résultat de ses recherches carpologiques sur des sites néolithiques des Cyclades et de Béotie (Grèce). Daniel Simonin a évoqué la fin de l’âge du bronze et les débuts de l’âge du fer en Haute-Beauce, Gâtinais occidental et Orléanais. Philippe Terès a, cartes à l’appui, tenté d’élaborer la dynamique du peuplement de la plaine Tuchan-Paziols (Aude), de la Préhistoire à la fin du XIIIe siècle.

2Enfin, en étroite association avec le séminaire de François Briois, Jean Guilaine a évoqué quelques-uns des problèmes de recherche liés à l’approche de la néolithisation en Méditerranée, en analysant l’état des connaissances sur quatre aires culturelles distinctes : Proche-Orient, aire égéenne, Méditerranée centrale, sphère du Cardial franco-ibérique.

La « déesse » néolithique : données archéologiques, constructions intellectuelles

3Poursuivant un thème abordé en 2001-2002, le cours a porté sur les thèses de M. Gimbutas (1921-1994) consacrées à « l’archéomythologie » des populations « pré-patriarcales » (= néolithiques) de l’Europe et élaborées à partir d’une importante documentation iconographique (figurines, signes, motifs peints, gravés ou modelés sur céramique, fresques, etc.) pour laquelle est proposée une interprétation symbolique. Ces éléments, développés par des sociétés florissantes datées entre 7000 et 3500 BC seraient, dans une première version, des représentations ou des attributs de trois grandes divinités féminines. Dans une seconde étape de sa réflexion, M. Gimbutas a unifié autour d’un principe majeur les cultes rendus par les populations néolithiques européennes : une seule et grande déesse, figure cosmogonique de l’unité de la nature, est associée à divers pouvoirs (énergie créatrice, aptitude à donner la vie, maîtrise de la mort, mécanismes de régénération). De nombreux signes, des statuettes, des motifs sur céramique constituent le versant visible de ce culte et traduisent à chaque fois un aspect particulier de la divinité.

4Une analyse critique de cette œuvre a ensuite été proposée. Critique d’abord de la vision évolutionniste héritée des savants du XIXe siècle (sociétés préhistoriques à dominante féminine puis masculine à partir de l’âge du bronze). Difficulté ensuite de voir systématiquement dans les figurines des manifestations « cultuelles ». Récupération de fictions ou d’interprétations anhistoriques pour fonder une histoire de la domination féminine, l’étude néolithique du genre méritant mieux que des assertions non contrôlées. Abus des thèses migrationnistes non validées par l’archéologie. Enfin vision événementielle d’épisodes néolithiques en partie calqués sur un vécu personnel transposé. Ces diverses analyses rendent peu crédible le concept d’une grande déesse néolithique, largement vulgarisée par M. Gimbutas lors des dernières décennies du XXe siècle.

Publications

  • Matériaux, productions, circulations du néolithique à l’âge du bronze, Paris, Errance, 2002, 246 p., 82 fig.
  • Avec A. Langaney, J. Clottes, J. Guilaine, D. Simonnet, La plus belle histoire de l’homme, Tokyo, Chikuma Shobo, 2002, 223 p. (éd. japonaise). Die schönste Geschichte des Menschen. Von den Geheimnissen unserer Herkunft, Berlin, Bastei Lübbe, 2001, 207 p. La história mès bella de l’home, Barcelone, Edicións 62, 2002, 192 p.
  • De la vague à la tombe. La conquête néolithique de la Méditerranée (8000-2000 avant J.-C.), Paris, Seuil, 2003, 380 p., 119 fig., 2 cartes, 2 tableaux.
  • « La diffusion de l’agriculture en Europe : une hypothèse arythmique », Zephyrus (Salamanca), LIII-LIV, 2001-2002, pp. 267-272.
  • Avec F. Briois, I. Carrère, E. Crubézy, T. Giraud, S. Philibert, J.-D. Vigne, G. Willcox, « L’habitat néolithique pré-céramique de Shillourokambos (Parekklisha, Chypre) », Bulletin de Correspondance hellénique, 125, 2001, p. 649-654.
  • « Depuis qu’il y a des hommes... », L’Histoire, 267, juillet-août 2002, p. 8-13.
  • Avec E. Crubézy, J. Bruzek, « The Transition to agriculture in Europe : an anthropobiological perspective », dans Ecological aspects of past human settlements in Europe, P. Bennike, E.B. Bodzsàr et C. Susanne, Biennal Books of European Anthropological Association, Eötvös University Press, Budapest, vol. 2, 2002, p. 93-110.
  • « The Megalithic tombs of Southern France in their Mediterranean context », dans Meeting on megalithic culture. Comparing prehistoric ruins of the East and Europe, sous la dir. de Y. Kuraku, The Cultural Heritage Protection Cooperation Office, Asia/Pacific Cultural Centre for Unesco, Nara (Japon), 2003, p. 61-66.
  • « Un demi-siècle de recherches françaises en archéologie néolithique (1950-2000) », La Revue pour l’histoire du CNRS, 8, mai 2003, p. 30-43.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 131-133.

Référence électronique

Jean Guilaine, « Néolithisation et premières sociétés rurales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16220

Haut de page

Auteur

Jean Guilaine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals