Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire du calcul des probabilités et de la statistique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armarte, Bernard Bru et Thierry Martin
p. 171-173

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Marc Barbut et Éric Brian, directeurs d’études
Michel Armarte, maître de conférences à l’Université de Paris-IX
Bernard Bru, professeur à l’Université de Paris-V
Thierry Martin, professeur à l’Université de Besançon

1Le séminaire a atteint cette année son vingtième anniversaire. C’est en effet au début de 1983 qu’à l’initiative d’Ernest Coumet ont commencé ces réunions bimensuelles, placées sous le double patronage du Centre Alexandre-Koyré (CAK) et du Centre d’analyse et de mathématique sociales (CAMS).

2Consacrées, plus largement que le titre du séminaire ne l’indique, à l’histoire des méthodes quantitatives ou mathématiques (ces deux termes sont loin d’être équivalents) dans les sciences de l’homme, elles ont constamment réuni, au cours de ces vingt années d’existence, des mathématiciens, des historiens des mathématiques, des ingénieurs, des statisticiens, mais également des philosophes, des épistémologues et des historiens de l’économie ou de la démographie. Et cette diversité dans les spécialités des participants n’a jamais nui à la bonne entente (dans les deux sens du terme) des uns avec les autres.

3Cette année est aussi celle, hélas, où nous avons eu à déplorer, le 3 janvier 2003, la mort d’Ernest Coumet, qui, jusqu’à sa fin, a continué, bien que très malade, à codiriger le séminaire et à suivre de très près ses travaux.

4C’est d’ailleurs très largement à l’impulsion qu’Ernest Coumet a donnée au séminaire, qu’est due la bonne intelligence entre « scientifiques » et « littéraires » dont on vient de faire état. C’est également pour une très large part, à son influence qu’est dû le fait que le séminaire a toujours eu pour doctrine et pour pratique qu’il n’y a pas à opposer histoire « internaliste » et histoire « externaliste » des sciences, histoire des idées et histoire sociale. Bien au contraire, elles sont indissociables, chacune s’appuyant sur l’autre, étant éclairée par l’autre.

5En ce qui concerne maintenant les séances qui ont eu lieu en 2002-2003, en voici dans l’ordre de la chronologie historique, leur teneur :

  • Ahmed Djebbar (Université des sciences et techniques de Lille) a fait un exposé sur « quelques aspects des pratiques combinatoires dans les mathématiques arabes », mathématiques qui furent florissantes du VIIIe au XIVe siècle.
  • Deux séances se rapportent au XVIIe siècle. Celle organisée par deux universitaires madrilènes, F.J. Martin Pliego et J. Santos del Cerro, sur « l’influence du probabilisme espagnol sur la conceptualisation de la probabilité », suivie à quelques semaines d’intervalle par une discussion avec Hervé Le Bras – accompagné de Pierre Hébrard – à propos de son livre Naissance de la mortalité, et sur « les rentes viagères au XVIIe siècle (Petty, De Witt, Huddle) ».
  • L’exposé, malencontreusement placé lors de l’un des multiples « ponts » dont l’année a été parsemée, de Pierre Crépel (CNRS et Université Louis-Lumière de Lyon) « Bicentenaire de la “Logica Statistica” de Melchiore Gioia » nous conduit à la charnière des XVIIIe et XIXe siècles.
  • De ce dernier relèvent trois conférences : Gérard Jorland nous a parlé de la statistique médicale à cette époque sous l’intitulé « La sous-détermination des théories statistiques », François Vatin (Université de Paris-X) nous a présenté ses découvertes récentes sur « Comte et Cournot. Une mise en regard épistémologique : sciences appliquées et économie politique » ; exposé que vint en quelque sorte compléter l’érudition cournotienne de Thierry Martin (Université de Besançon) sur « le premier article de Cournot sur la théorie des chances (1828) ».
  • Ted Porter (Université de Californie, Los Angelès, et directeur d’études associé) nous a fait profiter de chapitres de son prochain livre, sur le statisticien anglais Karl Pearson, au cours de deux séances : « Engineering Mathematics and the graphical origins of Pearsonian statistics » et « Karl Pearson’s statistical reformation ».

6Nous sommes ici au tout début du XXe siècle. Cinq exposés relèvent de ce dernier :

  • C. Walter (IEP) sur « le modèle linéaire en finance » qui couvre une période allant de 1930 à 1990.
  • A. Vanoli (INSEE) sur « une histoire de la comptabilité nationale », histoire qui commence à la fin de la dernière guerre.
  • Laurent Mazliak (Université de Paris-VI) sur le grand probabiliste russe « A.N. Kolmogorov (1903-1987) : quelques aspects de la vie et de l’œuvre probabiliste ».
  • Enfin Bernard Locker (Université de Paris-V) sur deux autres très grands probabilistes, français cette fois-ci, des années 1920-1970, « Paul Lévy, Maurice Fréchet : cinquante ans de correspondance en 103 lettres ».

7C’est enfin l’équipe de notre séminaire qui a organisé à l’Institut Henri-Poincaré, dans le cadre du séminaire d’histoire des mathématiques, une demi-journée consacrée, le 11 décembre 2002, à l’histoire des mathématiques financières. Y sont intervenus : J.-M. Courtault, Y. Kabanov et B. Bru (sur Louis Bachelier) ; C. Walter (sur « les années 1930 ») et H. Berestycki (sur « la modélisation mathématique actuelle »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armarte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 171-173.

Référence électronique

Marc Barbut, Éric Brian, Michel Armarte, Bernard Bru et Thierry Martin, « Histoire du calcul des probabilités et de la statistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16253

Haut de page

Auteurs

Marc Barbut

Articles du même auteur

Éric Brian

Articles du même auteur

Michel Armarte

Bernard Bru

Articles du même auteur

Thierry Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals