Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des sciences

Histoire de la psychologie et de la psychopathologie

Jacqueline Carroy
p. 185-187

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacqueline Carroy, directrice d’études

Le rêve en France (XIXe siècle et début du XXe siècle)

1Le séminaire a poursuivi les investigations historiques engagées en 2001-2002 sur le thème de l’auto-observation et du savant rêveur, narrateur et théoricien de ses propres rêves. Il s’est intéressé plus généralement à l’histoire du rêve en France dans la première moitié du XIXe siècle. Le rêve apparaît alors comme un objet commun et parfois disputé entre médecins et philosophes, mais aussi entre ces spécialistes et des amateurs de physiologie et de psychologie (savants d’autres disciplines, littérateurs). On s’est attaché aux identifications et aux analogies qui sont faites entre le rêve, l’hallucination, la folie et le somnambulisme magnétique ou hypnotique. Comment à ce propos s’engage la question des rapports du physique et du moral, celle des rapports du normal et de l’anormal, ou encore celle d’un inconscient ?

2Ces questions ont été développées à partir de l’étude de textes de Cabanis et de Maine de Biran, qui inaugurent deux traditions différentes et néanmoins proches à propos du rêve conçu comme l’expression d’un corps et d’un cerveau dont le moi s’est (ou semble s’être) absenté. Une psychologie, largement partagée par les psychologues « spiritualistes » et « physiologistes », s’accrédite, qui oppose états volontaires et états automatiques. La volonté, cette faculté cardinale, s’est-elle totalement éclipsée ou persiste-t-elle dans les états de sommeil ? Un consensus se dégage autour du rôle prépondérant de l’imagination, de la mémoire et de l’association des idées dans la formation des rêves. Loin d’être exaltés, le sommeil et les rêves apparaissent généralement aux uns et aux autres comme inquiétants.

3Pour reconstruire les débats, souvent complexes, qui portent alors sur la question du sommeil et des rêves, on s’est intéressé aux publications consacrées aux rêves dans la revue des aliénistes, Les Annales médico-psychologiques (Maurice Macario, Alfred Maury principalement). On s’est attaché plus précisément au travail de Maury en s’interrogeant sur le choix qu’il fait d’invoquer ses propres rêves et qui lui donnera ultérieurement statut de précurseur. On a également longuement étudié un concours sur les rêves lancé en 1851 par l’Académie des sciences morales et politiques à l’initiative de Victor Cousin et de l’aliéniste Lélut, auquel participent quatre médecins, un juriste, un bachelier et un professeur de philosophie. Ce concours réactive une controverse sur le magnétisme animal en même temps qu’il fait de la question du rêve une question psychologique.

4Au cours de la première moitié du XIXe siècle s’affirme ainsi une tradition d’étude savante, laïque, qui ignore ou refuse toute valorisation romantique, extraordinaire ou surnaturelle des visions nocturnes. Étudier ainsi les rêves implique soit de puiser dans des collections, déjà constituées et réputées sérieuses, de récits oniriques, soit de constituer à partir de soi-même ses propres collections, sur le modèle d’un philosophe qui pratique l’introspection, d’un médecin qui se prend lui-même comme sujet d’expérience, ou d’un « antiquaire » qui collecte et conserve ses vestiges nocturnes. En d’autres termes, s’intéresser aux rêves peut devenir synonyme de s’intéresser à ses propres rêves et de les choisir comme exemples. Invoquer et publier ses productions oniriques engage d’autre part des mises en scène de soi dont on s’est proposé de saisir les particularités. De façon générale, au cours du séminaire, on a tenté d’articuler une histoire de conceptions sur le sommeil et les rêves et une histoire de pratiques sur soi.

Publications

  • « Les confessions physiologiques d’Émile Zola », dans Zola, sous la dir. de M. Sacquin, Paris, Bibliothèque nationale de France/Fayard, 2002, p. 144-151.
  • « Les “visions tout idéales dues au haschich” de Félix Roubaud », Le Portique, 10, 2002, p. 81-95.
  • « Le cas publié, le témoignage et l’anonymat », Témoignage et écriture de l’histoire. Décade de Cerisy 21 au 21 juillet 2001, sous la dir. de J.-F. Chiantaretto et R. Robin, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 237-256.
  • Avec N. Richard, « Mathilde Frigard, cientifica y criminal. Cuando la historia de las sciencias se cruza con la chronica de sucesos », En ningún lugar en parte alguna. Estudios sobre la historia del magnetismo animal y del hipnotismo, L. Montiel et A. Gonzalez De Pablo (coord.), Madrid, Frenia, 2003, p. 171-192.
  • Avec H. Schmidgen, « Psychologies expérimentales : Leipzig-Paris (1890-1910) », Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte, Berlin, preprint 206, 2002, 27 p.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 185-187.

Référence électronique

Jacqueline Carroy, « Histoire de la psychologie et de la psychopathologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16263

Haut de page

Auteur

Jacqueline Carroy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals