Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des techniques

Histoire des techniques

Yves Cohen et Pap Ndiaye
p. 191-192

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Yves Cohen, directeur d’études
Pap Ndiaye, maître de conférences

Études internationales d’histoire des techniques

1Le séminaire a conservé quelques-uns des principaux thèmes des années précédentes tout en insistant sur certaines des orientations les plus prometteuses de la discipline sur le plan international. Trois chercheurs sont intervenus en alternance avec les animateurs principaux du séminaire.

2Avec Philip Scranton (historien, Université Rutgers, États-Unis), nous avons consacré une séance aux questions relatives à la « spécialisation flexible », aux alternatives à la production de masse dans le capitalisme moderne (longtemps négligées par les historiens), et aux relations (ou à leur absence) entre histoire des techniques et histoire ouvrière. À cela se sont ajoutées des séances sur l’industrie et les pratiques de travail, sur les lieux de travail et l’innovation – notamment via un article sur la construction du métro de Moscou.

3Deux interventions nous ont beaucoup apporté. Jean-Paul Gaudillière (INSERM) a présenté son Inventer la biomédecine, ouvrage tout récemment publié, dont nous avons discuté le chapitre portant sur la production et l’évaluation des antibiotiques dans la France de 1945-1946, au moment où la recherche médicale, dans le contexte de la guerre froide émergente et de relations intenses avec les États-Unis, se « molécularise » et emprunte à la biochimie. Quant à Christian Licoppe (Centre Koyré et France Telecom), il a présenté ses recherches en cours sur les usages et techniques de communication électronique, en récusant les approches exceptionnalistes pour multiplier les comparaisons avec d’autres formes d’échanges sociaux et commerciaux (en particulier les grandes surfaces). Dans le même ordre d’idées, deux séances consacrées à l’informatique et aux pratiques de classement et de dénombrement – là aussi un champ d’études en plein essor – nous ont permis de réfléchir aux relations entre techniques matérielles (les machines mécanographiques et les ordinateurs) et techniques non matérielles (les méthodes de classement des firmes d’assurance vie américaines).

4La discussion a porté également sur les statuts respectifs des objets et des textes, qu’ils soient historiques ou présents. Le séminaire a une nouvelle fois parfaitement fonctionné selon le système de la lecture préalable de deux textes par les étudiants. L’introduction des séances par les étudiants eux-mêmes a été encouragée et a donné des résultats tout à fait intéressants du fait de l’orientation inattendue à chaque fois donnée à des débats dans lesquels la controverse est systématiquement encouragée. Ainsi, notre perspective n’a pu qu’être renforcée. Elle consiste, au plus loin d’une approche visant l’objectivité ou la neutralité, à poser une série de problèmes : comment l’aspect matériel des techniques est diversement envisagé par les historiens ; comment le rapport avec le social est au centre des débats ; comment les conceptions de la technique chez les praticiens eux-mêmes prêtent à discussion et à diverses formes d’historicisation (une politique des objets, par exemple, peut être niée ou bien repérée à la fois dans la conformation matérielle des objets techniques et dans leur participation à des projets) ; comment l’heure est au rééquilibrage entre l’intérêt pour l’innovation et celui pour la consommation ; comment un brouillage des frontières entre sciences et techniques s’est opéré au XXe siècle ; comment l’analyse de l’expérience des femmes et des rapports sociaux de sexe dans les espaces de production et de consommation fait apparaître des significations inattendues aux phénomènes apparemment les plus stabilisés ; comment on peut étudier l’enchevêtrement des techniques matérielles et des techniques du vivant dans les espaces sociaux ; comment les registres historiques varient selon les formes de la commande (commande industrielle, initiative universitaire...), comment l’approche par les techniques peut contribuer à l’histoire des formes de pouvoir et de gouvernement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Cohen et Pap Ndiaye, « Histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 191-192.

Référence électronique

Yves Cohen et Pap Ndiaye, « Histoire des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16266

Haut de page

Auteurs

Yves Cohen

Articles du même auteur

Pap Ndiaye

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals