Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire des techniques

Techniciens et sociétés

André Grelon
p. 192-195

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

André Grelon, directeur d’études

Groupes professionnels et catégories sociales

1Poursuivant le travail des deux années précédentes, on a examiné la profession d’ingénieur sous différents angles socio-historiques. Jules Petiet est une figure d’ingénieur caractéristique du premier XIXe siècle. Après avoir été un concepteur de chemins de fer, de canaux de docks et un modernisateur de forges, ce major de la première promotion de l’École centrale fait toute sa carrière à la tête de la puissante société des Chemins de fer du Nord qu’il contribue à structurer de 1846 à 1871. Esprit saint-simonien, il anticipe des évolutions sociales qui placent toute une couche d’ingénieurs parmi les nouvelles élites et les intègrent aux strates supérieures de la bourgeoisie (Jean-Pierre Williot). Trois cas d’institutions de formation ont été examinés, chacun illustrant une période historique spécifiée. Fondée en 1816, l’École des mineurs de Saint-Étienne s’est rapidement affirmée comme un lieu de formation de qualité des ingénieurs civils à l’intention de l’industrie, en dehors des grandes écoles parisiennes (Anne-Françoise Garçon). Créé à Nantes en 1919 par la municipalité en concertation avec les industriels de la région, l’Institut polytechnique de l’Ouest a eu pour objectif de former des ingénieurs et des techniciens dans des cours du jour et postscolaires, dans des spécialités répondant aux demandes locales. Devenu institut de la Faculté des sciences de Rennes en 1927, il met alors en place une formation à la recherche pour les ingénieurs (Virginie Champeau). Enfin, l’École des mines de Nantes est un jeune établissement dont l’analyse de l’évolution depuis sa création permet de suivre la mise en œuvre d’une stratégie de construction d’un profil d’ingénieur visant à satisfaire les attentes de plusieurs types d’acteurs en relation avec l’école, aussi bien en amont qu’en aval de l’institution scolaire (Sarah Ghaffari).

2D’autres aspects de ce groupe professionnel ont été considérés. La question de leur rôle social est un problème récurrent : ainsi, leur participation aux activités de l’Association française pour l’avancement des sciences, société patriotique de popularisation des sciences fondée après 1870 ne les fait pas apparaître comme des vecteurs essentiels de cette action (Hélène Gispert et Marinette Solais). Entre les deux guerres cependant, on les retrouve non seulement au centre des débats sur la gestion rationnelle des entreprises et l’organisation scientifique du travail, mais cherchant à appliquer ces principes aux problèmes économiques du pays et au redressement moral de la nation (Odile Henry). Cette place au cœur de la nation leur est octroyée dans les pays du Maghreb au moment des indépendances lorsque le projet développementaliste est censé constituer le moteur de l’expansion : en Tunisie, le métier d’ingénieur est une priorité nationale dans la politique d’éducation parallèlement à une nationalisation des principales entreprises et une planification économique. Ce schéma, avec sa figure centrale, l’ingénieur d’État, sera mis en cause avec la crise à partir des années 1980 (Éric Gobe).

3Aujourd’hui, alors que, seul groupe professionnel en France dans ce cas, les ingénieurs disposent d’une enquête socio-économique nationale régulière dont les résultats servent de référence aux travaux sur la catégorie (Chantal Darsch), de nouveaux enjeux se font jour : les savoir et savoir-faire ne suffisent plus et la question du savoir-être est désormais un thème permanent. L’étude sur dix ans de la section théâtre-études d’une école d’ingénieurs de Lyon apporte une analyse originale sur ce point (Françoise Odin). Mais les ingénieurs sont également interpellés sur la thématique de l’éthique professionnelle : s’agit-il toutefois d’une préoccupation nouvelle ou d’un intérêt ancien prenant des formes inédites ? Une enquête auprès de quatre mille ingénieurs fournit un éclairage bienvenu sur une thématique peu traitée (Christelle Didier).

4Une attention particulière a été portée à la question de l’histoire de la formation de ces employés supérieurs et cadres qui sont attachés aux fonctions commerciales dans les entreprises, tant du secteur secondaire que du secteur des services et sur laquelle l’historiographie est encore lacunaire. On a examiné la période des origines à Paris, de la fin de l’Ancien Régime au Second Empire : à qui sont censées s’adresser les premières écoles (projetées ou effectivement ouvertes) ? Comment s’articulent naissance de la science économique et de l’enseignement commercial et quels savoirs pratiques sont-ils censés être enseignés ? Et comment se forment les négociants qui ne fréquentent pas de telles écoles ? (Claire Lemercier) La mise en place d’un enseignement supérieur commercial moderne s’effectue dans la période qui suit la défaite française dans la guerre contre la Prusse (1870) et à un moment d’intenses débats sur la nécessité pour le pays de se doter de nouvelles élites, notamment dans le domaine économique. Des écoles de commerce sont ouvertes dans des métropoles provinciales. Le niveau d’entrée des élèves est un thème obsédant jusqu’après la Seconde Guerre mondiale ainsi que les questions de nature du cursus et de types de débouchés. Autre problème, celui de la structure institutionnelle : l’orientation consulaire prise en définitive coupe les écoles du monde universitaire, à la différence de ce qui se passe en Allemagne. Dans ce dernier pays, même si les écoles supérieures de commerce sont originellement des initiatives privées, elles évoluent rapidement vers le modèle de l’université dont elles adoptent les principes (recherche, discipline spécifique) et auxquelles elles s’intègrent progressivement jusqu’aux années 1930 (Ulrike Stroeder). En France, c’est essentiellement à partir de la fin des années 1960 qu’une politique de promotion de la gestion comme discipline émerge sur la base du « modèle » des Business schools nord-américaines : c’est paradoxalement la contestation généralisée de 1968-1969 (en partie liée à la massification universitaire) qui va permettre le développement de la gestion dans les universités françaises et le renouveau des écoles de commerce (Fabienne Pavis).

5Enfin, on s’est intéressé au processus de professionnalisation de trois types de métiers contemporains. Les « opérateurs de l’emploi » qui travaillent à l’ΑΝΡΕ ou dans des missions locales d’emploi sont des figures d’aujourd’hui : leur institutionnalisation est cependant un héritage de la construction de la politique de l’emploi de l’État depuis le début du XXe siècle, mais aussi de la généralisation du salariat (Myriam Charlier). Les designers textiles sont des professionnels de la création qui s’affirment depuis la crise du textile des années 1970 en France : leur position est révélatrice des nouveaux rapports de force entre fabricants et distributeurs (Monique Vervaeke). Apparue en France au début des années 1970, la logistique se définit comme « gestion rationnelle des flux » et se fonde sur la nécessité de réunir les diverses fonctions (approvisionnement, stockage, transport, etc.) ayant en commun d’être peu valorisées et d’être restées à l’écart des divers mouvements de rationalisation qui ont affecté l’entreprise. Progressivement, la logistique a réussi à s’imposer dans l’enseignement supérieur et désormais les cadres autodidactes sont remplacés par des « logisticiens », ingénieurs et cadres techniques diplômés (Yann Darré).

Publications

  • « Les ingénieurs et leurs métiers », dans La France technologique, sous la dir. de P. Champion, Paris, CNAM et ADPS., 2003.
  • Avec F. Chamozzi et I. Wagner, dir., « Le spectacle de la technique », Alliage. Culture, science, technique, 50-51, 2003, 224 p.
  • « La naissance des instituts industriels catholiques : le rôle pionnier du Nord de la France (1885-1914) », dans « Catholicisme et modernisation de la société française (1890-1960) », sous la dir. de M.-E. Chessel et B. Dumons, Cahiers du Centre Pierre Léon d’histoire économique et sociale, 2, 2003, p. 87-114.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Grelon, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 192-195.

Référence électronique

André Grelon, « Techniciens et sociétés », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16267

Haut de page

Auteur

André Grelon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals