Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Afrique

Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours

Elikia M’bokolo
p. 201-203

Texte intégral

Elikia M’Bokolo, directeur d’études

1Le thème nouveau de « la fabrication des grands hommes dans l’Afrique moderne » a été consacré, en relations étroites avec mes travaux de terrain, au lent processus d’héroïsation de Kwame Nkrumah, fondateur du CPP (Convention People’s Party, 1949) qui fit de la Gold Coast britannique le premier État indépendant de l’Afrique tropicale (1957), Premier ministre puis président de la République du Ghana jusqu’à sa chute en 1966.

2On a commencé par poser le contexte social, intellectuel et politique du travail de mémoire dans la société ghanéenne en s’attachant à trois exemples privilégiés. On s’est d’abord interrogé sur les festivals « traditionnels » – l’Homowo des Ga de la région d’Accra et, surtout, l’Odwira (« fête de l’igname ») des Ashanti – dont le CPP et le régime de Nkrumah ont repris en partie la liturgie, l’art oratoire, les symboles : une étude comparée des regards extérieurs sur ces cérémonies a été faite à partir de la première description écrite de l’Odwira faite par le voyageur britannique Edward Bowdich (Mission from Cape Coast castle to Ashantee, 1819) et de la relation de voyage du romancier noir américain Richard Wright (Black power. A Record of reactions in a Land of Pathos, 1954). On a ensuite examiné la manière dont, de longue date, l’intelligentsia de la Gold Coast puis du Ghana a, à son tour, investi le champ de la mémoire. L’un des aspects les plus intéressants de cette impressionnante entreprise intellectuelle, qui s’inscrit dans une démarche « nationaliste », tient à l’évolution du genre, d’abord consacré exclusivement à des personnalités de dimension « nationale » (Rev. Samuel Richard Brew Attoh-Ahumah, Memoirs of West African celebrities, 1905 ; Magnus J. Sampson, Gold Coast men of affairs (Past and present), 1937, réédité en 1969 ; I. S. Ephson, Gallery of Gold Coast celebrities, 1969 ; Kojo T. Vieta, The Flagbearers of Ghana : profiles of one hundred distinguished Ghanaians, 3 volumes et The Flagbearers of Ghana. School edition I, 2000), a commencé à s’intéresser aux figures « ethniques » (D. E. K. Amenumey, Outstanding ewes of the 20th century. Profiles of fifteen firsts, 2002), après être passé par une phase « panafricaine », sous l’impulsion de Nkrumah et de William Ε. B. Du Bois, auquel Nkrumah avait confié en 1961 la réalisation de l’ambitieux projet de l’Encyclopædia Africana. Enfin, on s’est penché, à titre exploratoire, sur le travail de la mémoire populaire urbaine, terrain foisonnant, sur lequel on a retenu une seule source, les calendriers très à la mode sur lesquels les dates semblent servir principalement de prétexte et de support aux figures héroïques de personnages religieux (Jésus), artistiques (Bob Marley) et, bien sûr, politiques, tels que Jerry Rawlings, chef de l’État ghanéen de 1981 à 2000, et les « Big Six », animateurs du premier parti à vocation nationaliste, parmi lesquels Kwame Nkrumah, et dont l’arrestation par les Britanniques en 1948 est célébrée comme l’un des commencements du processus conduisant à l’Indépendance.

3Dans ce cadre général, Kwame Nkrumah apparaît comme le personnage central, doté aujourd’hui d’un mausolée et d’un grandiose monument au cœur d’Accra (Kwame Nkrumah Memorial Park), en plus des nombreux sites et institutions qui portent son nom. On a procédé à une étude systématique des péripéties du parcours d’héroïsation, sans reculer devant la tentation de mise en parallèle de ce parcours avec les processus de béatification. Show Boy unanimement loué par ses partisans au temps de la lutte pour l’Indépendance (1947-1957), « Père fondateur de l’État et de la nation » (Founder) dont la geste a été régulièrement comparée à celle d’Osei Tutu (ca. 1680-1712/1717), le fondateur du royaume ashanti, Nkrumah a subi une sorte de martyre entre son renversement par un coup d’État militaire (1966) et sa mort (1972) : exilé en Guinée, il a été l’objet d’une diabolisation systématique de la part du nouveau pouvoir. Sa mort dans un pays étranger lui valut le record de trois funérailles en quelques mois : funérailles panafricaines à Conakry, funérailles nationales à Accra, funérailles ethniques et familiales à Nkroful. Enfin, le transfert de ses cendres à Accra en 1992 l’a institué « héros national », avant que le jubilé de l’Indépendance réunissant dans la capitale ghanéenne les principales personnalités politiques africaines en 1997 ne le reconnaisse définitivement comme « héros de l’Afrique », titre confirmé par les auditeurs africains des radios internationales qui ont vu en lui, en 2000, l’Africain du deuxième millénaire. Menée principalement à partir de documents photographiques, sonores et écrits, cette enquête sera présentée ultérieurement à partir des pratiques rituelles observées sur le terrain.

4Ont été également présentés en séminaire les travaux de doctorants des enseignants invités : « L’école historique de Dakar » (Ibrahim Thioub, Université Cheikh Anta Diop, Dakar) ; « Identités ethniques et histoire politique au Congo-Zaïre » et « L’historiographie colombienne de l’Afrique » (Martin Kalulambi Pongo, Université de Bogota) ; « Identités, religion et politique dans l’Angola colonial » (Antonio Custodio Gonçalves, Université de Porto).

Publications

  • África Negra. História e Civilizações, t. I, Até ao Século XVIII, Lisbonne, Vulgata, 2003, 584 p.
  • Co-auteur de Le livre noir du colonialisme. XVIe-XXIe siècle : de l’extermination à la repentance, sous la dir. de M. Ferro, Paris, Robert Laffont, 2003,
  • « Afrique centrale : le temps des massacres », p. 433-451, « Les pratiques de l’apartheid », p. 469-478.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 201-203.

Référence électronique

Elikia M’bokolo, « Histoire de l’Afrique noire du XIXe siècle à nos jours », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16272

Haut de page

Auteur

Elikia M’bokolo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals