Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations des Amériques

Histoire du Brésil XIXe-XXe siècles

Patricia Sampaio Silva
p. 208-209

Texte intégral

Patricia Sampaio Silva, maîtresse de conférences

L’Émergence du Brésil moderne. Les nouveaux mondes dans l’ère des États-nations

1Le séminaire s’est organisé autour de l’analyse de documents – inventaires notariaux, procès criminels, correspondances des autorités locales et régionales, etc. Chaque séance s’appuyait sur une bibliographie spécifique privilégiant une approche comparative, travaux sur l’histoire brésilienne (de préférence les plus récents) et autres études concernant des régions et époques diverses. Un exposé d’environ trois quarts d’heures en rapport avec la période ou les enjeux du thème du jour amorçait la séance, puis revenait aux étudiants d’examiner des sources, ce qui permettait, à la fois, la poursuite de mon enseignement et l’ouverture d’un débat. Il s’est donc organisé comme un espace de discussion entre étudiants fort différents, tant en ce que concernait leurs disciplines, leurs niveaux d’études (auditeurs libres, étudiants de DEA, doctorants) que leur connaissance de l’histoire brésilienne.

2On aborda d’abord la construction de la société du semi-aride, connue de nos jours sous le nom de Sertão. L’analyse des différentes définitions de ce terme, depuis le XVIIIe jusqu’au XXe siècle, permit de dégager les enjeux d’une telle association, tandis que l’examen du processus d’occupation, fort ancien, de ces régions mit en évidence le rôle joué par l’imaginaire chevaleresque. L’étude de cas de deux vastes communes rurales et la particularité de leur structure foncière amenèrent à complexifier le monde rural brésilien, le désenclavant d’un modèle commun, l’existence inconditionnelle du latifundium. L’attention accordée à l’économie des patronymes, prénoms et surnoms mit en évidence l’écheveau complexe des relations sociales. Et un regard attentif fut porté tant sur la place pour le moins ambiguë des femmes, que sur la notion de vergonha (vergogne, honte), censée orienter les rapports sociaux, y compris lors de manifestations de violence.

3Passant de « l’histoire au village » à « l’histoire des villages », on put articuler le local aux transformations survenues aux niveaux régional et national. Le champ d’étude élargi à d’autres communes de la région, on analysa, entre autres, un soulèvement déclenché par les notables de la région, lors des années 1830, trouble qui secoua le pays, puis le rôle tenu par de jeunes officiers de l’Armée, de formation scientifique, dans le sud du pays. Nombre d’entre eux, issus du nord-est, tourneront leurs efforts, surtout dans les années 1910, vers leur région d’origine. L’État Pernambuco, où se situe notre terrain d’étude, offrit-il un terrain propice à leurs actions, dont les effets alliés à ceux de l’émergence d’une nouvelle magistrature seront particulièrement sensibles dans les régions éloignées du littoral. Le dernier point concerna le rayonnement sur ces communes rurales du semi-aride des changements majeurs survenus dans l’urbain brésilien à la fin du XIXe siècle.

4À partir de l’action ordinaire des acteurs, il fut possible de reconstituer un monde aux hiérarchies emboîtées, dans lequel la mobilité demeurait toujours envisageable. À travers ses synthèses multiples, cette société, éloignée mais non isolée, sut importer, en les réinterprétant, les modèles de modernité. On procéda ainsi à une lecture nouvelle de certaines catégories couramment utilisées par l’historiographie brésilienne, s’interrogeant notamment sur la dimension idéologique des études effectuées sur une forme de clientélisme de l’époque, le coronelismo.

5Le séminaire fut enrichi par la présentation de travaux d’étudiants, qui, suivant la méthode adoptée du travail sur source, permirent d’autres discussions collectives. Celui de Silvia Capanema de Almeida porta sur une mutinerie de marins brésiliens, sujet de maîtrise qu’elle poursuivra dans le cadre d’un DEA en histoire à l’École. Jane Monte Juca (doctorat en géographie, Paris-I) exposa les différentes étapes du projet de construction de l’actuelle capitale, Brasilia, de 1879 à sa réalisation en 1957. Et fidèle à l’optique transversale adoptée dans ce séminaire, la dernière séance fut consacrée au monde berbère grâce à l’intervention de Mouloud Kourdachi (DEA en sociologie).

6Ce travail, inscrit dans une approche comparative, s’est prolongé hors du séminaire et tend à se concrétiser en des travaux collectifs. Admise en tant que chercheur associé au CEMS (mai 2003), il a déjà fourni matière à diverses interventions : au séminaire d’Alain Cotterreau, « sens du juste et de la réalité sociale » (mars 2003), participation en tant que discutante, auprès de Jacques Semelin, aux journées d’études doctorales de l’École, « Théoriques et pratique de la violence contemporaine » (novembre 2002), ainsi que deux conférences au Collège de France, à l’invitation de Nathan Wachtel (29 avril et 7 mai 2003).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Sampaio Silva, « Histoire du Brésil XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 208-209.

Référence électronique

Patricia Sampaio Silva, « Histoire du Brésil XIXe-XXe siècles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16278

Haut de page

Auteur

Patricia Sampaio Silva

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals