Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire de l’Asie centrale post-mongole

Vincent Fourniau
p. 238-240

Texte intégral

Vincent Fourniau, maître de conférences

Les mots de l’indépendance, du territoire et de l’identité dans les pays de l’Asie centrale contemporaine

1Le séminaire sur l’histoire de l’Asie centrale a repris en novembre 2002 après quatre ans d’interruption, due à mon détachement comme directeur de l’Institut français d’études sur l’Asie centrale (IFEAC) de Tachkent depuis 1998.

2Le séminaire a repris sur des thèmes d’histoire contemporaine. Il s’est consacré cette année à l’étude de la mise en place d’une culture de l’indépendance dans les pays de l’Asie centrale ex-soviétique. Il a traité ce thème pour l’ensemble des cinq États de la région (Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan), et mis à jour les tendances générales, communes à ces pays, aussi bien que les rythmes propres à chacun, dans la recherche des mots de l’indépendance, du territoire et de l’identité.

3Les sources utilisées ont été les publications de cette région : ouvrages universitaires, manuels scolaires, ouvrages publiés par les présidents et autres leaders politiques, presse, programmes de colloques, depuis 1991, mais également, datant de la période soviétique.

4Le séminaire a été divisé en trois sections : – Nouveaux mots, nouveaux leviers ; – Nouvelles représentations et causalités imaginaires et – Une nouvelle unité-diversité.

5Les séances de la première partie ont permis de dégager la lenteur de la mise en forme d’une culture de l’indépendance dans des pays dont les élites politiques, économiques et culturelles ne se préparaient pas à la souveraineté mais où elles ont su conserver tous les pouvoirs institutionnels après 1991.

6La deuxième partie a plus spécifiquement porté sur l’analyse du discours historique et la participation des chercheurs et des universitaires au travail de recentrage des événements et des références sur l’ethno-nation, abordée comme un invariant historique grâce à des schémas de causalités imaginaires et d’une transposition vers le passé des données actuelles de chaque pays.

7La troisième partie a poursuivi cette étude de la production des savoirs à la période soviétique (depuis 1945) et depuis 1991 selon trois axes.

  1. L’indigénisation des cadres de la recherche et du savoir dans les républiques d’Asie centrale dès la deuxième période soviétique fait que la majorité d’entre eux appartenait aux nationalités éponymes de ces régions des dizaines d’années avant l’indépendance. Le manque de renouvellement de ces cadres depuis 1991 (en partie à cause de la crise sociale) fait ressortir de fortes continuités idéologiques aussi bien que sociales entre ces deux périodes. On peut donc parler de l’existence de sciences sociales kirghizstanaises, ouzbékistanaises ou kaza-khstanaises depuis plusieurs dizaines d’années.
  2. Que cela soit pour la période allant de 1945 à 1991, ou bien pour la période depuis 1991, on a pu conclure que le temps du savoir n’a pas épousé le temps politique et on a mené une réflexion sur l’assignation de la production de savoir aux impératifs politiques durant les périodes soviétique et actuelle.
  3. Depuis 1991, la production du savoir est le seul grand secteur de l’activité nationale des pays de l’Asie centrale à ne pas être l’enjeu de discussions, ou bien de marchandages, avec les nouveaux partenaires de ces États, en particulier les Occidentaux. Au vu du poids culturel et social de cette production, l’étude de cette dernière et de ses auteurs place l’observateur au cœur de processus nationaux qui dépassent le domaine de l’histoire de ces savoirs.

8En conclusion, le soviétisme national qui s’est maintenu ou même consolidé dans ces pays depuis 1991 recouvre cependant une quantité de sensibilités et de situations idéologiques de transition, entre recherche identitaire et mondialisation.

9On s’est en particulier intéressé à la question de la mise en forme de l’identité dans cette production dans le contexte de la mondialisation, poursuivant en cela des discussions entamées lors d’un colloque à Almaty en août 1999 et intitulé « L’État et la société civile dans les États de l’Orient post-soviétique : histoire, époque actuelle et perspectives » qui furent publiées dans les actes de ce colloque en 2000 (en russe).

10Le séminaire a en outre bénéficié de la présence régulière d’auditeurs de pays d’Asie centrale (Ouzbékistanais et Kirghizstanais). Plusieurs séances ont été animées par des auditeurs ou des professeurs invités : « Yourtomanie ou yourtolatrie en Kirghizie », par Thierry Mauger, anthropologue, « Les écoles historiques sur l’Asie centrale à la fin de l’empire russe et au début de la période soviétique », par Valery Germanov, historien de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de l’Ouzbékistan, « Les clans politiques et leur histoire dans l’Ouzbékistan » par Shodmon Vahidov, historien de l’Institut d’histoire de l’Académie des sciences de l’Ouzbékistan et titulaire d’une bourse Diderot, et « Le bilinguisme en Transoxiane » par Aftandil Erkinov, professeur à l’Université nationale d’Ouzbékistan et titulaire d’une bourse Diderot.

11Je me suis rendu au Kazakhstan à l’invitation de l’Institut d’orientalisme de l’Académie des sciences de ce pays pour être discutant et présenter une communication au colloque organisé par cet institut et intitulé « Urbanisation et nomadisme en Asie centrale, histoire et problèmes », à Almaty les 22 et 23 mai.

12La deuxième Journée d’études turques, organisée le 29 avril par l’UMR 8032, s’est ouverte sur un atelier « Faire des recherches en Asie centrale » que j’ai animé ; elle a été suivie par plusieurs auditeurs du séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 238-240.

Référence électronique

Vincent Fourniau, « Histoire de l’Asie centrale post-mongole », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16295

Haut de page

Auteur

Vincent Fourniau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals