Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Asie

Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècle)

Guillaume Carré
p. 245-247

Texte intégral

Guillaume Carré, maître de conférences

Marchands japonais du XVIIe siècle : essai de typologie

1En centrant le propos du séminaire sur la première moitié du XVIIe siècle et sur les partenaires commerciaux des Maeda, seigneurs du fief de Kaga, on a mis en évidence leurs relations avec un type spécifique de négociants que l’historiographie japonaise désigne sous l’appellation générique de « grands marchands du début de la période prémoderne ». Héritiers des gros négociants et armateurs de la fin du Moyen Âge, ils étaient courtisés par les grandes maisons guerrières qui avaient un besoin vital de leurs capacités de transport maritimes, y compris pour des motifs stratégiques (transports de troupes, convois de ravitaillement...), et qui comptaient profiter de leur influence sur les places commerciales. Aussi les gouvernements guerriers se voyaient contraints de leur concéder des bénéfices exorbitants, ainsi que des privilèges de toutes sortes, tant commerciaux qu’honorifiques. Car, et c’est l’une des particularités de cette époque, on retrouve fréquemment des grands marchands dans l’entourage des puissants, certains d’entre eux détenant des charges officielles qui, par la suite, disparaîtront ou seront accaparées par les guerriers.

2Parallèlement à ces liens privilégiés avec quelques négociants puissants, mais peu nombreux, les autorités shogunales et guerrières développent vis-à-vis de la population marchande des nouvelles villes seigneuriales une politique de « marchés libres » (rakuichi) et d’interdiction des anciennes guildes médiévales. En dépit de la rareté de la documentation, l’étude d’archives concernant le marché aux poissons de Kanazawa, la capitale des Maeda, entre les années 1620 et 1640, permet de saisir une partie des mécanismes du commerce local. En ressort la domination du marché et de son système de crédit par quelques grossistes (toiya, yado), dont la position est reconnue par les autorités guerrières en contrepartie d’une garantie d’approvisionnement prioritaire de la table seigneuriale. Malgré l’interdiction officielle des monopoles et l’affirmation par les autorités de la liberté d’établissement, les grossistes soucieux d’écarter la concurrence, semblent former déjà une sorte de cartel apparemment peu enclin à la libre concurrence. Cette constatation nous amène à nous interroger sur la portée réelle des interdictions des ententes professionnelles par de nombreux gouvernements guerriers.

3Jusqu’à l’ère Kan’ei (1624-1644), le commerce de gros approvisionnant les états seigneuriaux s’effectue donc sur deux modes bien distincts, correspondant chacun à des aires d’activité différentes : les grands négociants et armateurs qui mettent en relation les provinces avec les régions centrales et font participer l’archipel japonais au commerce international ; et des grossistes plus modestes, implantés dans les centres urbains en plein développement dans chaque fief, mais qui bâtissent de solides maisons marchandes en contribuant à l’édification d’un marché local sous le contrôle de l’autorité seigneuriale. Cette structure double semble s’effacer assez brutalement à partir des années 1640. À cette époque apparaît un nouveau type de gros commerçant qui prend la relève des anciennes élites marchandes dont se sont détournés les pouvoirs guerriers : issus souvent du milieu des grossistes enrichis sur les marchés locaux de leurs cités, ils prennent en charge le commerce interrégional, en mobilisant et en développant leurs propres réseaux. Nous avons étudié en séminaire l’exemple de la maison de commerce Ishiguro de Kanazawa, passée, dans les années 1650 et durant deux générations, du commerce en gros de poisson au négoce interrégional sur une aire très large, couvrant la plus grande partie des côtes de la mer du Japon, le Kansai et jusqu’à Edo. Ces marchands qui acquièrent et revendent les marchandises les plus variées, soutiennent la montée en puissance des échanges intérieurs durant cette période qui suit la mise en place de la politique de contrôle restrictif des relations avec les pays étrangers connus sous le nom de « fermeture du pays » (sakoku). Assez rapidement cependant, dès les années 1660, l’accroissement de la concurrence conduira les grossistes à spécialiser leur activité : mais entre temps, avec la ruine ou le retrait du monde des affaires des premières élites marchandes, les réseaux du marché intérieur japonais et le monde du commerce se seront homogénéisés, et les relations de ce dernier avec les pouvoirs guerriers, durablement modifiées.

4Le séminaire a également bénéficié de deux conférences données par des universitaires japonais : celle du professeur Shirahata Yôzaburô, du Centre international de recherches sur la culture japonaise (Nichibunken) de Kyoto, concernant les fonctions sociales assumées par les jardins de la grande aristocratie guerrière à Edo, et un exposé de Nakabayashi Masaki, maître de conférences à l’Université d’Osaka, sur l’organisation du travail et les systèmes salariaux dans l’industrie textile au début de l’ère Meiji. Par ailleurs, nous avons été conviés à donner plusieurs conférences, lors du 10e symposium de la Société japonaise d’histoire urbaine, organisé à l’Université de Tokyo en novembre 2002, sur le commerce de Kanazawa au début du XVIIe siècle, et à l’occasion du colloque « Regards sur la pensée d’Edo », initié par la Société française des études japonaises, au siège du CNRS à Paris en décembre 2002, concernant les aspects fiduciaires de la monnaie japonaise prémoderne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 245-247.

Référence électronique

Guillaume Carré, « Histoire économique et sociale du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16298

Haut de page

Auteur

Guillaume Carré

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals