Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle

Mathieu Arnoux
p. 263-264

Texte intégral

Mathieu Arnoux, directeur d’études

Changements et continuités dans le monde du travail à la fin du Moyen Âge

1Comme prévu, les séances de ce séminaire ont été consacrées à la présentation de sources relatives à l’histoire du travail à la fin du Moyen Âge, tant matérielle (une séance a été consacrée par Conceicao Falcao, de l’Université de Minho, aux métiers de la construction au Portugal, à partir des inventaires d’habitats traditionnels menés à Minho et Braga). Les divers intervenants ont mis en lumière la variété et les difficultés des divers types de sources sans signaler une voie d’accès privilégiée aux problèmes de l’organisation du travail. Exemplaire de ce point de vue, a été l’analyse proposée par Caroline Bourlet (CNRS) des règlements de métiers parisiens regroupés sous le nom du prévôt Étienne Boileau, dont l’analyse philologique et codicologique révèle une rédaction étendue dans le temps, entre mi-XIIIe et mi-XIVe siècle, et une étonnante complexité des modes de mise à jour des statuts. Cette approche, qui invalide bien des analyses antérieures, ouvre des perspectives nouvelles sur la genèse et le statut de l’écrit réglementaire. Deux séances consacrées par Jérôme Hayez (CNRS) aux lettres parisiennes de la compagnie Ramaglianti conservées aux archives Datini de Prato (fin du XIVe siècle), ont de la même manière permis aux participants de se rendre compte de la complexité de tels documents : extrêmement allusives voire obscures, dans la mesure où on ne dispose que des lettres reçues, les informations concernent pour l’essentiel des transactions commerciales sur des produits très sommairement décrits. Pourtant, lorsque les textes décrivent les nouvelles marchandises et les moyens de les acquérir, ils fournissent des éléments précieux pour l’utilisation et la mise en perspective des documents réglementaires contemporains. La séance animée par Isabelle Vérité (CNRS) sur les inventaires après décès de drapiers et négociants parisiens a, elle aussi, montré la nécessité de rentrer dans le fonctionnement de la source pour pouvoir en tirer les informations. Souvent très riches en données relatives aux produits, aux instruments de travail, aux transactions, ces documents doivent être précisément commentés avant de pouvoir être confrontés aux autres sources. Pour la draperie de laine, qui constituait un thème commun à toutes ces séances, on a constaté la difficulté d’une approche par l’origine des produits, la plupart des étoffes achetées, vendues ou stockées étant définie par leurs qualités ou leur prix plutôt que par leur lieu de production. Trois séances ont été consacrées à la comptabilité du marchand florentin Leornardo di Messer Gasparre, établi à Rouen entre 1441 et 1453. Les relevés de ses transactions dans les registres de la banque romaine d’Antonio Della Casa constituent un document exceptionnel sur la vie économique et les échanges internationaux de Rouen au moment crucial de la fin de la guerre de Cent Ans. Ici encore, le document, malgré son caractère éminemment concret, ne livre pas d’information directement utilisable, et requiert plusieurs enquêtes préliminaires. La mise en place d’une chronologie fine des relations internationales a montré l’ambiguïté des situations, selon qu’on les considère sous l’angle des équilibres entre puissances européennes ou du point de vue des opportunités qu’elles offrent aux négociants. L’usage de sources juridiques ou douanières anglaises a permis de découvrir la plasticité des espaces économiques, la Normandie dominée et rebelle de l’occupation lancastrienne pouvant être considérée, selon les cas, comme partie de l’Angleterre ou province française. Une telle approche explique en partie pourquoi c’est à Londres ou à Southampton qu’il faut chercher les produits normands (draps de Rouen et de Montivilliers), absents des sources de leur région de production. La nécessité de replacer les sources dans un espace pertinent est l’enseignement principal de cette année, et justifie le choix des espaces économiques comme thème pour l’année 2003-2004.

Publications

  • « Ermites et ermitages en Normandie (XIe-XIIIe siècles) », dans Ermites de France et d’Italie (XIe-XVe siècles), sous la dir. de A. Vauchez, Rome (« Collection de l’École française de Rome » 313), p. 115-135.
  • « Moulins seigneuriaux et moulins royaux en Normandie : marché de l’énergie et institutions (XIe-XVe siècles) », dans Economia e energia (secc. XIII-XVIII), atti della trentaquattresima settimana di studi del’lstituto internazionale di storia economica “F. Datini” di Prato, S. Cavaciocchi (éd.), Florence, 2003, p. 505-520.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Arnoux, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 263-264.

Référence électronique

Mathieu Arnoux, « Travail et industrie dans l’Europe préindustrielle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16312

Haut de page

Auteur

Mathieu Arnoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals