Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Histoire de la Révolution française

Patrice Gueniffey
p. 304-305

Texte intégral

Patrice Gueniffey, directeur d’études

Le 18 brumaire

1Après plusieurs séances portant sur l’histoire et la « théorie » des coups d’État (des actes extraordinaires commis par l’autorité légitime à l’acception moderne de conquête violente du pouvoir), l’année a été consacrée à l’événement paradoxal des 18 et 19 brumaire an VIII. Paradoxal en effet puisque l’interprétation oscille entre deux points extrêmes. S’agit-il d’une opération qui, sans rencontrer aucune réelle opposition, permit en quelque sorte de traduire dans les faits une authentique « élection » (celle de Bonaparte) et la volonté quasi unanime d’une réforme des institutions, ou, au contraire, d’un coup de force et d’un renversement violent de la constitution, comme le fut le coup d’État – authentique celui-là – perpétré par le neveu le 2 décembre ? Une première série d’exposés a été consacrée aux témoignages contemporains, aux mémorialistes et à l’historiographie du XIXe siècle. C’est en effet le coup d’État du 2 décembre qui a provoqué une réinterprétation du 18 brumaire, qu’on considérait jusqu’alors comme la matérialisation à peine illégale d’une « élection ». Napoléon lui-même avait naturellement plaidé cette thèse, mais elle fait si bien l’unanimité, ou presque, qu’on la retrouve jusque chez des auteurs peu suspects de sympathie pour l’empereur, comme Constant ou Chateaubriand. Les exposés suivants ont porté sur trois thèmes liés.

  1. Le 18 brumaire s’inscrit dans un contexte, la crise de court terme qui, en 1799, le rendit presque inéluctable et balaya le Directoire, crise finale qui a occulté un bilan qui n’était pas aussi négatif qu’on le croie, dans la mesure où le régime thermidorien avait dans bien des domaines préparé les réformes qui seront menées à terme par ses successeurs. De ce point de vue, les événements de 1799 annoncent assez exactement ceux de 1958.
  2. Le 18 brumaire s’inscrit au croisement d’une situation et d’attentes collectives, dont deux éléments ont fait l’objet d’une attention particulière : d’abord l’échec de la quête révolutionnaire d’un pouvoir collectif et anonyme, sorte de projection institutionnelle des propriétés de la souveraineté populaire et le poids de l’héritage monarchique, tendant au contraire à la personnification de la souveraineté (héritage qui s’était déjà manifesté dans le culte organisé en l’an II autour de la personne de Robespierre) ; ensuite la culture héroïque de la politique issue d’une décennie de luttes civiles et de guerre quasi permanente.
  3. Dernière composante : une disposition personnelle. On a insisté sur l’importance, à cet égard, de l’expédition d’Égypte, puisque c’est elle qui a permis à Bonaparte de faire, en 1799, ce qu’il n’avait pas osé tenter à son retour d’Italie à la fin de 1797. Enfin, plusieurs exposés ont été consacrés à l’événement proprement dit, dont la dramatisation (la fable des poignards, la résistance des cinq cents et la défenestration des députés) tient généralement de la légende. Elle répond, en revanche, au besoin de légitimation qui est celui du nouveau régime. Elle est aussi le résultat d’une tendance bien naturelle à donner au drame révolutionnaire une conclusion à sa mesure, dramatique à souhait, et à conférer à l’histoire qui commence un début digne de la suite : en fait, aucun coup d’État dans l’histoire ne fut aussi annoncé, attendu et facilement exécuté que le 18 brumaire, si l’on excepte, encore une fois, mai 1958. C’est que ni l’un ni l’autre ne furent de véritables coups d’État.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 304-305.

Référence électronique

Patrice Gueniffey, « Histoire de la Révolution française », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16332

Haut de page

Auteur

Patrice Gueniffey

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals