Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine

Yann Rivière
p. 323-325

Texte intégral

Yann Rivière, maître de conférences

La violence dans le droit criminel romain

1Vraisemblablement, la législation sur la violence définie au commencement de l’époque impériale contient plusieurs dispositions élaborées au dernier siècle de la République. Or, la connaissance de ce dispositif législatif, déterminé par la conjoncture des guerres civiles, repose essentiellement sur l’interprétation de sources postérieures elles-mêmes interpolées. L’identification de ces obstacles a constitué le préalable nécessaire à l’engagement de notre enquête.

2La notion romaine de vis ne saurait se réduire au contenu d’une disposition de droit criminel historiquement déterminée (elle fut d’abord longuement forgée par le droit privé). Cependant, la lex lulia de ui augustéenne constitue un angle d’approche commode, en corrélation avec le second volet de notre programme (les troubles populaires). Les quelques paragraphes qui en sont conservés recouvrent en effet deux larges domaines : les atteintes collectives à l’ordre public, d’une part, l’abus du pouvoir de coercition des représentants de l’autorité publique, d’autre part. Il convenait d’abord d’inventorier séparément le contenu de ces deux registres en examinant le sens des mots (rixa, turba, seditio, conuentus...) ou la définition de mécanismes institutionnels tels que le droit d’appel (provocatio/appellatio) dont l’entrave est ici principalement réprimée. Il devenait alors possible de préciser en quoi ces deux séries de faits avaient partie liée. La réponse serait à chercher dans l’accumulation des exceptions reconnues par cette loi (ou ses amendements postérieurs) plutôt que dans le contenu des règles qu’elle juxtapose. Très explicitement, la « violence » du détenteur de la potestas n’est plus qualifiée comme telle et se trouve dégagée de toute limitation, dès lors que l’autorité est confrontée aux agissements de certaines catégories de la population (les histrions) ou à des troubles graves (menées factieuses, banditisme, atteintes à la disciplina publica). Parmi les textes législatifs d’époque impériale confirmant cette norme, une oratio de Marc-Aurèle (Dig., 28, 3, 6, 9) précisant les modalités d’annulation d’un testament pour cause de condamnation criminelle a retenu particulièrement notre attention. Plusieurs séances ont été consacrées ensuite au déroulement de la poursuite engagée contre les chrétiens de Lyon et Vienne sous le règne du même empereur (Eusèbe de Césarée, H. E., 5, 1). En effet, conformément au principe de l’exception et sans tenir compte des dispositions particulières du pouvoir impérial vis-à-vis des chrétiens au deuxième siècle, les violences populaires par lesquelles le procès s’est ouvert suffiraient à expliquer la succession des manquements supposés à la procédure, abondamment commentés par les Modernes. Cette lecture de la lettre sur les martyrs de Lyon a été présentée et discutée lors d’une séance du séminaire de Benet Salway (University College London) dont le thème annuel, « violence and coercion », recoupait très précisément nos préoccupations.

Histoire de la ville de Rome à l’époque impériale : tumultes et séditions

3Les quelques séances consacrées à ce second volet ont permis de définir les principales orientations de recherches qui seront développées l’an prochain (lacunes de la documentation, construction des récits, « sociologie impossible » de Rome, questions topographiques). Partant de la vocation officielle de l’escalier des Gémonies à l’issue de procès pour lèse-majesté devant le sénat, sous les Julio-Claudiens, nous avons observé des émeutiers profanant le cadavre (ou les statues) d’une victime désignée, suivant un chemin et des gestes inspirés parfois par le rituel judiciaire ou la cérémonie du triomphe.

4Dans le cadre du séminaire « Illégitimité et légitimation du secret » animé par Jean-Pierre Cavaillé et Cyril Lemieux, un débat s’est tenu avec Jacques Chiffoleau et Paul Veyne autour des Délateurs. Trois aspects des réalités de l’esclavage (poursuite des fugitifs, marquage et vente, correction domestique) ont été présentés aux séminaires d’André Tchernia, Bernard Vincent et Claudia Moatti (Université de Saint-Denis), ainsi qu’une réflexion sur les « défauts de lecture » modernes du droit criminel tardif, lors de la table ronde « Traduire le code théodosien : diversité des approches et nouvelles perspectives » (GDR 3521).

Publications

  • Les délateurs sous l’Empire romain, Rome, École française de Rome, 2002, 602 p.
  • « Recherche et identification des esclaves fugitifs », dans L’information et la mer dans le monde antique, sous la dir. de J. Andreau, C. Virlouvet, Rome, École française de Rome, 2002, p. 115-196.
  • « Constantin, le crime et le christianisme : contribution à l’étude des lois et des mœurs de l’Antiquité tardive », Antiquité tardive, 10, 2002, p. 327-361.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Rivière, « Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 323-325.

Référence électronique

Yann Rivière, « Pouvoir, droit et société dans l’Antiquité romaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16346

Haut de page

Auteur

Yann Rivière

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals