Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine (XVIe-XIXe siècle)

Jacques Poloni-Simard
p. 358-359

Texte intégral

Jacques Poloni-Simard, maître de conférences

1Après les années 1970 et 1980, qui virent le développement de l’ethno-histoire et au cours desquelles la recherche a centré son attention sur l’impact de la conquête sur les sociétés andines, le XVIe siècle fut quelque peu délaissé dans le champ des études américanistes. Par ailleurs, les études portant sur la colonisation se contentent, à de rares exceptions près, de reprendre des acquis qui apparaissent aujourd’hui vieillis. L’enquête que l’on ouvre vise les processus de construction de la société coloniale péruvienne, proposant de croiser perspectives institutionnalistes, contractuelles et réticulaires. Il s’est agi, cette année, de présenter un état des lieux de l’historiographie sur le XVIe siècle péruvien et de formuler les hypothèses de travail qui seront mises en oeuvre les années ultérieures.

2Ouvrant de nouveau le dossier de la première société coloniale dans la vice-royauté du Pérou, telle que l’avait, en son temps, établie James Lockhart, Ana María Presta (Université de Buenos Aires) a présenté les résultats de son enquête sur les encomenderos du Haut-Pérou. À partir de cas individuels, elle a montré l’imbrication des réseaux de parenté et d’affaires qu’ils ont constitués et développés pour affirmer la position sociale acquise, usant du prestige que leur conférait la possession d’encomiendas pour investir les rouages de l’administration coloniale qui se mit en place après les guerres civiles. S’interrogeant sur le sens juridique du terme comunidad dans le domaine hispanique sous l’Ancien Régime, confronté aux usages et pratiques, Tamar Herzog (Université de Chicago) a appliqué sa démarche au statut et à la « république des Indiens ». En l’occurrence, si le premier est défini dans les mêmes termes que les vecinos, et si les institutions de la seconde furent calquées sur celles de la « république des Espagnols », la prise en compte des contextes où l’on voit à l’œuvre la qualification d’Indien – et donc de « non-Indien » – fait éclater le schéma des deux républiques, calqué sur celui des corps d’Ancien Régime. Dans le droit fil de la riche et déjà longue tradition historiographique sur l’activité minière dans les Andes, Heraclio Bonilla (Université nationale de Colombie) a exposé les formes spécifiques de la mita en Nouvelle-Grenade, qui a permis l’exploitation des sables aurifères de la région de Mariquita au XVIIe siècle. Comparé au modèle bien connu de Potosí, la documentation sur les travailleurs indiens lui permet de mesurer l’impact du salariat sur les économies domestiques, les conséquences – déstructurantes – sur les resguardos qui devaient fournir les travailleurs, et les effets sur l’économie régionale.

Publications

  • « Fernand Braudel », dans Les historiens, Paris, Armand Colin, 2003, p. 137-160.
  • « L’Amérique espagnole : une colonisation d’Ancien Régime », dans M. Ferro, Le livre noir du colonialisme, Paris, Robert Laffont, 2003, p. 180-200.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Poloni-Simard, « Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine (XVIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 358-359.

Référence électronique

Jacques Poloni-Simard, « Histoire des sociétés urbaines de l’Amérique latine (XVIe-XIXe siècle) », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16373

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals