Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Lecture de textes historiques sur la parenté et l’alliance

Laurent Barry, Jean-Michel Carrié, Gérard Delille, Anita Guerreau-Jalabert, Françoise Héritier et Yan Thomas
p. 380-382

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Séminaire collectif organisé par Laurent Barry, maître de conférences
Jean-Michel Carrié et Gérard Delille, directeurs d’études
Anita Guerreau-Jalabert, directrice de recherche au CNRS
Françoise Héritier et Yan Thomas, directeurs d’études

Séminaire collectif : De l’Antiquité au Moyen-Âge : le passage à un système complexe de l’alliance

1Le problème est celui du passage de normes à d’autres. On en connaît le résultat mais sans appréhender nettement le mode transitionnel d’opération. L’idée est de chercher à comprendre ce mode en retournant aux textes, traduits et commentés par des spécialistes et soumis à discussion entre des représentants des deux disciplines de l’histoire et de l’anthropologie sociale.

2Dans une première séance, Françoise Héritier a présenté la problématique générale du sujet. Puis Laurent Barry a consacré une séance à l’explication des théories anthropologiques autour des notions de systèmes élémentaires, semi-complexes et complexes, afin de faciliter la compréhension et l’usage de langages spécialisés.

3Yan Thomas, traitant de la parenté romaine archaïque (Lois des XII Tables, Lois dites royales) discute du sens des mots parentes, sui, agnati, gentiles, familia, proximus, proprius, etc., et montre que la filiation (même si le terme proprement dit n’existe pas encore, seulement sous la forme patria potestas) a un fondement légal et non biologique et peut être changée par l’adoption, même s’il n’est pas possible d’intervertir les positions père-fils.

4Philippe Moreau présente des textes extraits de deux traités de gradibus cognationis de juristes (Gaius et la Forma sexta), puis des traités qui prennent en compte les termes d’affinité (Modestinus, et Nonius Marcellus), enfin des textes montrant un emploi étendu du terme frater (Festus et Augustin), ainsi que des travaux de philologues sur les origines du comput de la parenté. Il discute de la valeur des termes cognatio, agnatio, adfinitas, ordo, gradus, persona et des principes d’organisation du savoir généalogique sur sept degrés, en montrant quelques constantes : la ligne directe prime sur les lignes collatérales ; l’ordo supérieur sur l’ordo inférieur ; le lien par les hommes sur le lien par les femmes ; les relations parallèles sur les relations croisées.

5Mireille Corbier a consacré deux séances respectivement à des textes relatifs à la famille et à la parenté dans l’Afrique romaine, à partir des stemma d’un certain nombre de familles (IIe siècle avant J.-C./IIIe siècle après J.-C), puis à la domus augusta. Les stemma connues montrent des exemples de mariages avec la fille du frère du père, sans qu’on puisse en tirer des hypothèses sérieuses sur un mariage préférentiel. Quant à la domus augusta, si elle présente des caractères proches de ceux de la maison selon Lévi-Strauss, il apparaît que cette structure particulière n’est pas généralisable à la société romaine. Elle obéit aux nécessités conjoncturelles de la transmission du pouvoir, puisque Auguste manque de descendance masculine directe et cherche des solutions complexes pour assumer la continuité du pouvoir dans sa famille. Bien des ressources sont utilisées : divorces obligés et remariage des filles, adoption, mariages entre consanguins et affins, pour multiplier les liens de parenté en vue de fonder des liens légitimes de filiation et de droit à succession. Sont intégrés ainsi dans la domus les épouses, les utérins et les alliés, ce qui ne peut être le cas dans la familia.

6Enfin, Jean-Michel Carrié a consacré deux séances à l’analyse d’un gros corpus de textes consacrés à Parenté, alliance et inceste à la fin de l’Antiquité (Orient et Occident), classés sous plusieurs rubriques : A) Réalité de l’inceste ; B) Continuité de la répression ; C) Mariage entre cousins ; D) Répression du mariage oncle paternel/nièce ; E) Inceste du deuxième type ; F) Discours chrétiens sur l’inceste ; G) Passage du système romain au système médiéval. Il montre notamment la lutte constante que mène Rome, en fonction de la raison religieuse romaine et non de la christianisation, contre des pratiques culturelles incestueuses dans les provinces d’Égypte et de Perse. Justinien comme Justin luttent contre ces usages, tout en amnistiant le passé. Théodose interdit l’union avec l’oncle ou la tante et entre cousins. Cette loi qui révolutionne la pratique romaine est supprimée par ses successeurs avant d’être reprise dans le code de Justinien en 409, lequel prévoit des dispenses, ce qui revient à l’autorisation. On notera que la loi de Théodose est contemporaine des invasions des Goths. L’assouplissement en 409 à Constantinople se fait après le départ des Goths. Mais en Occident, c’est dans les conciles wisigoths et gaulois que le processus d’interdiction va continuer. Ce qui oblige à penser sérieusement à l’influence de ces peuples dits barbares dans l’évolution des lois, approche qui ouvre sur le travail d’analyse de textes qui sera reconduit en 2003-2004, de même que seront poursuivies les analyses sur la notion de souillure, l’apparition dans les textes de la notion de désir charnel comme caractéristique de l’union entre proches, et l’opposition augustinienne entre caritas et concupiscencia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Barry, Jean-Michel Carrié, Gérard Delille, Anita Guerreau-Jalabert, Françoise Héritier et Yan Thomas, « Lecture de textes historiques sur la parenté et l’alliance », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 380-382.

Référence électronique

Laurent Barry, Jean-Michel Carrié, Gérard Delille, Anita Guerreau-Jalabert, Françoise Héritier et Yan Thomas, « Lecture de textes historiques sur la parenté et l’alliance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16385

Haut de page

Auteurs

Laurent Barry

Articles du même auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

Gérard Delille

Articles du même auteur

Anita Guerreau-Jalabert

Articles du même auteur

Françoise Héritier

Articles du même auteur

Yan Thomas

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals