Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance

Alain Boureau
p. 386-388

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Alain Boureau, directeur d’études

La construction des communautés au Moyen Âge central (1200-1350)

1Le travail de cette année portait sur la construction intellectuelle du lien social au Moyen Âge central, au moment où l’accès aux Politiques d’Aristote offrait une alternative par rapport au modèle ecclésial de la communauté. Plus généralement, il s’agissait de revenir sur l’idée d’une tendance unanime et convergente, dans les sociétés médiévales, en direction de la formation et de la reconnaissance de communautés. Cette idée a été exprimée dans un livre classique, encore fort utile, Universitas. Expressions du mouvement communautaire dans le Moyen Âge latin, publié en 1970 par P. Michaud-Quantin, qui a fait l’objet d’une discussion serrée.

2Nous avons ensuite rassemblé des jalons historiographiques importants en reprenant quelques travaux que nous avons confrontés à des sources empiriques. Ainsi, nous avons examiné le cas des communes rurales, grâce à Chris Wickham, Communautés et clientèles en Toscane au XIIe siècle. Les origines de la commune rurale dans la région de Lucques, Rennes, 2001, éd. ital. 1995), celui des « minorités » (avec le livre de David Niremberg, Violence et minorités au Moyen Âge, Paris, 2001, éd. américaine : Princeton, 1996). Nous avons abordé la question de la mémoire comme instrument communautaire en relisant l’ouvrage de Maurice Halbwachs, La Topographie légendaire des évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective (Paris, 1941). Enfin, nous avons examiné la notion de « communauté textuelle », telle qu’elle est présentée dans le livre de Brian Stock, The implications of literacy. Written language and models of interpretation in the Eleventh and Twelfth Centuries (Princeton, 1983).

3De cette discussion, nous avons tiré l’idée d’une surproduction de formes communautaires concurrentes à partir du grand décollage socio-économique du début du second millénaire. C’est dans ce cadre que nous avons abordé la question du Bien commun aristotélicien, en invitant Matthew Kempshall (Wadham College, Oxford) à présenter son livre The Common good in late medieval political thought (Oxford, 1999), que nous avions préalablement analysé en séminaire en le confrontant à des textes du dominicain Remigio de’ Girolami et en consacrant une séance à une étude comparative du Bien commun des théologiens et de celui des philosophes, à partir de textes de Siger de Brabant et de Boèce de Dacie.

4Dans une troisième phase, nous avons ouvert des questions plus particulières, fortement liées au contexte des années 1280-1320. En premier lieu, il s’agissait de la formation de collectivités religieuses (notamment dissidentes). Nous avons examiné le rôle joué par une règle religieuse et ses interprétations, en analysant les lectures de la règle de saint François, source de rassemblements et de conflits (textes de Pierre de Jean Olivi, Jean d’Anneux, Angelo Clareno). Nous avons étudié les modèles communautaires nouvellement produits (collège des élus, réseau du zèle pour la foi, etc). En second lieu, nous avons posé la question de la réalité de la communauté savante dans le monde scolastique, en abordant notamment le dossier de la « paix » négociée entre thomistes et scotistes à l’Université de Paris en 1320.

5Deux jeunes chercheurs et une collègue ont présenté leurs travaux récents sur des questions directement en rapport avec le thème du séminaire : Bénédicte Sère (doctorante de l’Université de Paris-I), avec un exposé sur « Amitié et lien social dans les commentaires de l’Ethique à Nicomaque (XIIIe-XVe siècle) ». Damien Boquet (docteur de l’Université de Paris-I) avec un exposé sur « Le monastère comme communauté affective dans l’anthropologie cistercienne ». Elsa Marmursztejn (université de Reims) nous a parlé de « l’université de Paris comme communauté ».

6Des collègues étrangers, invités par l’École, ont présenté leurs travaux récents ; il s’est agi de Simon Teuscher (Université de Californie à Los Angeles) : « Entre instrument et textus : codification du droit coutumier et utilisation de l’écrit dans le sud-ouest du Saint Empire », Steve Marrone (Tufts University) : « science, magie, croyances populaires : naissance de la modernité » (deux séances) et de Simo Knuuttila (Université d’Helsinki). « Medieval theories of the passions of the soul » et « Fourteenth century discussions of self-consciousness ».

7Enfin, selon notre ancienne coutume, nous avons organisé deux séances croisées avec le séminaire de Yan Thomas, sur des questions de méréologie (science de la division en parties). Charles de Miramon (CNRS-CRH) a examiné la question du côté du droit canonique (« La lésion énorme d’une chose »), Alain Boureau, dans le domaine théologique (« Les fragments et la totalité de l’hostie selon Jean Duns Scot et Guillaume d’Ockham ») et Yan Thomas, en droit civil romain et médiéval (« L’identité d’une chose complexe dans le temps »).

Publications

  • Avec C. Gauvard, R. Jacob et C. de Miramon, « Normes, droits et pouvoir » dans Les tendances actuelles de l’histoire du Moyen Âge en France et en Allemagne, sous la dir. de J.-C. Schmitt et O. G. Oexle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 461-482.
  • « Satan hérétique. L’institution judiciaire de la démonologie sous Jean XXII », Médiévales, 44, 2003, p. 17-46.
  • « Beauté des vierges et laideur des pauvres. Présentation et édition d’un sermon de Gérard de Mailly sur sainte Lucie », dans Retour aux sources. Textes, études et documents offerts à Michel Parisse, Paris, Picard, 2004, p. 749-757.
  • « Jacques Le Goff », dans Les Historiens, sous la dir. de V. Sales, Paris, Armand Colin, 2003, p. 251-266.
  • « Entretien avec Alain Boureau. Propos recueillis par Martine Robert », Le Philosophoire. Laboratoire de philosophie, 19, 2003, p. 39-62.
  • « Préface » à Thierry Lesieur, Devenir fou pour être sage. Construction d’une raison chrétienne à l’aube de la réforme grégorienne, Turhout, Brepols, 2003. p. 5-6.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 386-388.

Référence électronique

Alain Boureau, « Histoire des systèmes de croyance dans l’Europe du Moyen Âge et de la Renaissance », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16389

Haut de page

Auteur

Alain Boureau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals