Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire intellectuelle des sociétés médiévales

Sylvain Piron
p. 390-392

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Sylvain Piron, maître de conférences

L’ange en question

1Le séminaire a été consacré à l’étude des débats d’angélologie des années 1270. On a cherché à montrer que la définition de l’ange et de ses propriétés constitue une pierre de touche méconnue de la confrontation entre philosophie et théologie qui se joue dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Le critère essentiel se résume à une question simple : la rationalité théologique autorise-t-elle à identifier les anges mentionnés par le texte biblique aux intelligences séparées de la cosmologie grecque ? Cette identification constitue un maillon indispensable du projet d’une théologie scientifique, appuyée sur la conceptualité aristotélicienne, tel que le met en œuvre Thomas d’Aquin. Les difficultés auxquelles elle conduit sont fortement soulignées dans la condamnation prononcée par l’évêque de Paris en 1277 et l’on constate que, dans les années suivantes, les auteurs les plus novateurs, comme Pierre de Jean Olivi ou Dietrich de Freiberg, y renoncent expressément, par des voies très différentes.

2Un examen détaillé de la condamnation de 1277 a permis de montrer que les 219 thèses dénoncées par Étienne Tempier, contrairement à l’opinion courante, ne sont pas présentées dans un désordre total. En dépit de quelques incohérences, on peut mettre en évidence un plan thématique d’ensemble au sein duquel se dégage notamment une rubrique consacrée aux anges (art. 69-86). Une remontée aux sources de ses « erreurs » nous a conduit à étudier de près les Questions de Siger de Brabant sur le Liber de causis, la façon dont Siger reprend et modifie des positions de Thomas d’Aquin, la réception du Liber de causis au XIIIe siècle et l’exégèse exemplaire qu’en donne Thomas d’Aquin. Nous nous sommes notamment arrêtés sur deux points sensibles, particulièrement visés par la censure de l’évêque.

3En écartant de la définition de l’ange toute composition en matière et forme, le respect du principe aristotélicien d’individuation par la matière conduit Thomas et Siger à exclure qu’il puisse exister plus d’un ange par espèce, chaque individu épuisant les possibilités de son espèce. Autre difficulté, la perfection intellectuelle des substances séparées, possédant en elles-mêmes la source de toutes les connaissances qui leur sont accessibles, ne permet guère d’expliquer efficacement comment l’ange prend connaissance de nouveaux objets singuliers dans le cours du temps. Au sens strict, l’ange n’intellige rien de nouveau, mais reconnaît seulement des singuliers dont il possédait par avance le concept.

4Ces deux thèmes sont parmi les nœuds de l’angélologie thomiste que Pierre de Jean Olivi entreprend de renverser méthodiquement, dans une série de questions disputées immédiatement postérieures à la condamnation parisienne. Les effets les plus spectaculaires s’en font sentir au sujet de la connaissance angélique. Sur ce terrain peuvent se lire les principaux traits de la « révolution olivienne » qui fait de la connaissance un processus actif. Sans posséder en lui la moindre espèce innée, l’ange peut se tourner librement vers les objets singuliers qui apparaissent dans le temps et les connaître immédiatement par une saisie intellectuelle qui n’a besoin d’aucune espèce représentative intermédiaire.

5Une clé de la stratégie argumentative d’Olivi tient à sa règle d’interprétation du pseudo-Denys : tout ce qui est dit de la hiérarchie angélique ne concerne que les anges dans leur état de gloire, et ne peut valoir comme élément d’une définition de la nature angélique. Cette décision lui permet d’évacuer l’essentiel du cadre d’interprétation néoplatonicien, pour ramener les anges du côté des créatures et les penser par comparaison avec l’humain. On l’a constaté pour finir en lisant de près une très belle question inédite consacrée à la communication des anges entre eux.

6Deux invités sont intervenus. Bogdan Tataru-Cazaban (Bucarest) a présenté le résultat de ses recherches sur la définition de la hiérarchie angélique dans les commentaires du corpus dionysien au XIIIe siècle. Puis, en apothéose du séminaire, Andrea Robiglio (Nimègue) a offert un exposé consacré au rôle joué par Barthélémy de Capoue dans la préparation et l’aboutissement du procès de canonisation de Thomas d’Aquin.

Publication

  • « La critique de l’Église chez les Spirituels languedociens », dans L’anticléricalisme en France méridionale, milieu XIIe-début XIVe siècle (Cahiers de Fanjeaux, 38), Toulouse, Privat, 2003, p. 77-109.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Piron, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 390-392.

Référence électronique

Sylvain Piron, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16391

Haut de page

Auteur

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals