Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps

Jean-Pierre Peter
p. 397-400

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jean-Pierre Peter, directeur d’études

Médecine, malades, maladie : une histoire revisitée

1Dans son cheminement de plusieurs années sur l’histoire de la médecine occidentale depuis l’Antiquité, le séminaire a travaillé cette année les temps de la Renaissance et de l’âge classique. A été discutée la légitimité de marquer une coupure si nette, dans le domaine de la médecine, entre Moyen Âge et Renaissance. Il importait d’abord de bien noter la place importante de ce qui est resté du legs médiéval, d’ailleurs diffusé par de nouveaux supports (l’imprimé, textes originaux revus ou retrouvés, nouvelles traductions du grec, de l’hébreu et de l’arabe). En même temps, une part de la tradition scolastique, spéculative et livresque se maintient dans le courant même du renouveau de la connaissance, en médecine comme ailleurs. L’accent nouveau mis sur l’expérience et l’observation n’échappe pas au risque de reconquêtes par le théoricisme. Nous avons suivi l’évolution de la notion de Nature et la recherche de ses lois, lesquelles à la fois transcrivent l’ordre divin et voient se dégager progressivement une autonomie propre. En ces lois l’esprit se matérialise et la matière se spiritualise. Au terme, la nature s’émancipe progressivement et prend figure de providence laïcisée. Il nous a fallu éclairer le paradoxe d’une médecine renaissante, domaine des sciences qui a exercé le plus d’attrait sur les esprits de l’époque (théologiens, humanistes, artistes et savants), et qui en même temps a de fait peu évolué avant la fin du XVIIe siècle, si ce n’est en testant et réparant les insuffisances ou erreurs des traités antiques mis à l’épreuve du réel, en anatomie (grâce aux dissections) et en physiologie (grâce à des observations plus systématiques). La découverte de la double circulation sanguine (déjà entrevue dans l’espace arabe médiéval), Harvey en avait inscrit le dispositif dans une perspective proprement galéniste ; cependant sa découverte demanda deux générations pour être acceptée, sans que, de cette circulation, on fût à même d’élucider la fonction avant Lavoisier. Lenteur des évolutions. Les contenus généraux des avancées n’en sont pas moins riches, et nous avons attentivement travaillé l’anatomie (Léonard, Vésale, Fallope, Colombo, Fabricius, Estienne), les œuvres des praticiens qui se sont le plus dégagés des préjugés et de l’esprit de système (Agrippa, Wier, Paracelse longuement, Paré) et les tenants intelligents d’une continuité galénique affirmée, comme Fernel, qui a l’intuition des champs ouverts par l’anatomo-pathologie. Enfin, les intéressants découvreurs, Fracastor, Platter, Harvey. Il ne s’est évidemment pas agi, dans notre parcours, de suivre une galerie de figures notables, mais d’analyser les procédures et les étapes de construction des pratiques médicales, leurs diverses théorisations et mutations.

2Nous avons terminé l’année en nous attachant à décrire et déchiffrer les grandes efflorescences baroques des systèmes médicaux des XVIIe et XVIIIe siècles, construits au regard des progrès contemporains des sciences fondamentales et expérimentales : chimiatrie, iatrophysique, mécanicisme, médecine mathématique, néo-solidisme, animisme. Nous en avons exploré les courants, les contenus et les productions, les apports et les impasses. Nous avons esquissé pour finir les courants nés en réaction et pour un retour au pragmatique aux origines hippocratiques et surtout à une pratique proprement clinicienne, avec Sydenham puis Bœrhaave. Nous reprendrons l’an prochain la situation à la fin du XVIIIe siècle avec l’étude du vitalisme montpelliérain et son influence sur les révolutions épistémologiques et clinicienne de la médecine pré-scientifique au début du XIXe siècle. Nous aurons auparavant repris en main le dossier d’histoire des idées et théories sur la génération.

3L’actualité de la médecine, des ouvrages parus, des colloques, etc., nous a permis selon notre habitude, de reprendre et débattre, dans les premiers moments de chaque séance, divers dossiers ou espaces problématiques que le séminaire suit d’année en année. Sans les énumérer ici, je mentionnerai seulement l’incidence de mes propres recherches sur les problèmes de la prise en compte de la douleur, et sur une séance du séminaire où Le pavillon des cancéreux de Soljenitsine a servi à reposer la question qui fait l’arrière-plan de tout engagement médical au service d’autrui : « qu’est-ce qui nous fait vivre ? ». J’y ajoute les leçons pour moi de plusieurs congrès médicaux, et la vision de deux films projetés en présence des habitués du séminaire, qui portent un regard anthropologique sur la pratique médicale en milieu hospitalier. Ces éléments ont permis au séminaire de débattre de la question du malade souffrant (soit douloureux, soit porteur d’une affection à perspective mortelle) et de la protestation soit exprimée soit muette face à l’inattention ou même l’oubli dont sa souffrance est l’objet au profit de soins spécifiquement techniques. On remarque, dans l’espace médical de certains services, un « blanc » absolu face à l’ébranlement existentiel et métaphysique de la personne traitée. Nous avons ainsi tenté d’analyser les contenus et le sens d’une entreprise thérapeutique entièrement fondée et axée sur les registres de la matière (corps, outillage, interventions physico-chimiques) et tournant le dos à toute considération de l’esprit, fermée au penser de la mort.

4Certains des thèmes évoqués ci-dessus, comme d’autres hérités des travaux du séminaire ces dix dernières années, ont fait l’objet de communications du directeur du séminaire en diverses instances extérieures : colloque « Unité de la connaissance. De la transe à l’hypnose », Université Libre de Bruxelles, septembre 2002 ; 44e congrès national d’anesthésie et de réanimation, Paris, octobre 2002 ; CIXe congrès de la Société française d’oto-rhino-laryngologie, Paris, octobre 2002 ; 4e congrès de la Société d’étude et de traitement de la douleur – chapitre français de l’IASP, Lyon, novembre 2002 ; Master medical humanities, module « souffrance et maladie », Université de Genève, Sion, mai 2003.

Publications

  • « Les conceptions de la douleur dans la première moitié du XIXe siècle », Cahiers d’anesthiologie, 51-1, 2003, p. 69-77.
  • « Équivoques dans le continent de la douleur : discours, conduites, conceptions, vécus », Douleur et analgésie, XVI-1, 2003, p. 37-41.
  • « Médecine, langage et écriture. Quand écrire, c’est toucher du doigt », ORL et Chirurgie de la face et du cou, 75-5, 2003, p. 15-20.
  • « De l’hôpital comme utopie en soi », Gestions hospitalières, 423, fév. 2003, p. 102-107.
  • « Lo que los magnetizadores nos han enseñado. de Mesmer a Puysegur », En ningún lugar, en parte alguna. Estudios sobre la historia del magnetismo animal, L. Montiel, A. Gonzales de Pablo (coord.), Madrid, 2003, p. 35-61.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 397-400.

Référence électronique

Jean-Pierre Peter, « Histoire et anthropologie de la médecine, des thérapeutiques et des savoirs sur le corps », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 26 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16395

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals