Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard
p. 400-401

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Nathan Wachtel, directeur d’études
Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, maîtres de conférences

1À l’intersection des travaux historiques et anthropolgiques sur le domaine andin, Ana María Presta (Université de Buenos Aires) a présenté la place et le rôle des femmes dans le contexte de la première société coloniale du Haut-Pérou, celle du XVIe siècle. Prenant appui sur des études de cas qui concernent aussi bien des Espagnoles, des métisses que des Indiennes, elle a non seulement dégagé comment le mariage fut l’un des moyens par lequel le groupe des encomenderos s’est constitué en tant qu’élite par la consolidation d’un patrimoine, mais aussi comment, au travers des querelles de succession, le modèle de l’honneur lignager s’est diffusé au-delà du seul cercle espagnol. Disposant de testaments présentés comme preuves dans les litiges successoraux et de contrats de constitution de dot, elle utilise ces sources pour envisager les objets qui dénotent les transformations de la culture matérielle, considérés comme autant de marqueurs sociaux, cherchant à mettre en évidence leur circulation.

2Tout en déplaçant le centre de gravité du séminaire vers la Castille à l’époque moderne, Tamar Herzog (Université de Chicago) a soulevé la question du nom dans une perspective tant juridique que sociale. Face à l’apparente incertitude quant aux règles de l’appellation des individus, elle pose que c’est dans la sphère juridique de la pratique que l’usage des patronymes se fait ou se défait. Le nom apparaît alors comme un bien que l’on peut gagner ou perdre, que l’on doit défendre le cas échéant, et qui fonde, en même temps qu’il manifeste, la condition de la personne. Prolongeant cette approche du social, la « communauté », la « nation » apparaissent comme le résultat d’une interaction entre ses membres plutôt que d’une définition ex ante. C’est par la reconnaissance du groupe que l’on est membre de l’une comme de l’autre, plutôt que dans une définition juridique de ces corporations ou par le fait du prince, qui peut décider de naturaliser ou d’expulser tel ou tel, considéré comme étranger. La nation, au sens cette fois de l’État-nation, fut l’objet des conférences présentées par Heraclio Bonilla (Université nationale de Colombie). Soit le problème de la « nation péruvienne » et de son impossible gouvernabilité, en raison de son absence de cohésion interne comme de l’inefficacité des modèles successivement testés pour la constituer justement en tant que nation. Cette tension fut mise en évidence à deux moments clés de l’histoire du Pérou contemporain : la période du boom du guano et la guerre du Pacifique.

3Anath Ariel de Vidas (Université de Haïfa) a présenté enfin les résultats de son enquête ethnographique chez les Indiens Teenek du Mexique, proposant une définition de l’ethnicité à partir du concept d’envie, du rapport à la maladie et à l’espace, considérés comme autant d’images de soi et de l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 400-401.

Référence électronique

Nathan Wachtel, Gilles Rivière et Jacques Poloni-Simard, « Anthropologie historique des sociétés méso- et sud-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16396

Haut de page

Auteurs

Nathan Wachtel

Articles du même auteur

Gilles Rivière

Articles du même auteur

Jacques Poloni-Simard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals