Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie historique

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calame
p. 418-421

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Claude Calame, directeur d’études

Anthropologie des poétiques grecques : régimes de temporalité et rites d’initiation

1Les modèles et les catégories qui les fondent jouent un rôle essentiel autant dans les méthodes de l’anthropologie sociale et culturelle que dans ses processus de mise en discours. Les critiques récentes adressées à la comparaison et au comparatisme ne peuvent faire l’impasse sur une réflexion d’ordre épistémologique quant à l’aspect à la fois figuré et opératoire de notions semi-empiriques que l’on tend à naturaliser et à ériger en universaux. À côté du mythe, du rite, du tabou ou de catégories articulées en oppositions binaires telles sacré/profane, nature/culture ou public/privé, il est des notions qui, dans leur articulation en séquences, assument d’emblée une fonction de modèle. Ainsi en va-t-il de la catégorie de « rite de passage » telle que l’a élaborée Arnold van Gennep dans son célèbre ouvrage de 1909 et telle qu’elle a été canonisée en ses trois phases successives de séparation, de ségrégation et d’intégration (à un statut nouveau).

2Un parcours à travers les différentes phases d’élaboration du concept de rite de passage chez Van Gennep a permis de saisir une interaction constante entre procédures déductives et procédures inductives. Les considérations sur les rites d’intégration à différents types de communautés dans les cultures les plus variées se combinent par exemple autant avec le concept abstrait de liminalité qu’avec l’ordre séquentiel d’une triade, dans une alchimie comparative où les métaphores ressortissant à la sphère des espaces de transition (seuil, frontière, marge, etc.) jouent un rôle déterminant. Après un passage par quelques-uns des développements connus par le modèle semi-figuré du rite d’initiation tribale spécifiquement conçu pour comprendre l’accession collective des adolescents et des adolescentes à l’âge adulte (J. Harrison, V. Turner, P. Bourdieu, A. Zempléni), la culture grecque classique a fourni le terrain de la nécessaire confrontation avec une catégorie indigène. Elle est apparue en particulier dans les Lois de Platon, dialogue dont la mise en scène semble suivre le scénario de l’enquête ethnographique auprès des « informateurs » crétois et spartiate et avant que l’ »anthropologue » athénien n’érige sa conception de l’éducation initiatique en modèle normatif. Au service des Muses, d’Apollon et de Dionysos, c’est la choreia entendue comme éducation aux arts musicaux et poétiques dans un groupe choral qui semble assumer dans l’élaboration de la cité idéale le rôle que joue la catégorie du rite d’initiation tribale pour des anthropologues en quête d’un paradigme éducatif susceptible de rendre compte de différents processus de la fabrication des hommes et des femmes adultes : « anthropopoiésis » rituelle, en général divisée en processus d’ »andropoiéisis » et de « gynécopoiésis ». En anthropologie sociale et culturelle, le dépassement de l’empirie de la description, dans une perspective en général comparative, tend aussi à l’élaboration de modèles normatifs.

3En parallèle avec d’autres poèmes méliques et choraux à fonction rituelle, la lecture du Dithyramble 17 de Bacchylide a permis de mettre au jour l’insertion d’un épisode nouveau dans la vie héroïque de Thésée. Le passage narratif par un espace maritime symbolique, entre épiphanie divine et cérémonie matrimoniale, permet de donner au festival de Délos consacré à Apollon une nouvelle légende de fondation tout en légitimant l’expansion politico-économique d’Athènes en mer Égée, en un nouveau régime de spatio-temporalité. La comparaison avec des récits et des pratiques observés dans deux communautés du Sépik en Papouasie/Nouvelle-Guinée confirme la portée aussi bien cosmologique qu’initiatique d’un poème cultuel particulièrement ambigu quant au « gender ».

4Enfin, en rapport non pas avec les pratiques et les croyances des adeptes d’Orphée, mais en relation rituelle avec les mystères de type éleusinien, les textes « performatifs » inscrits sur les lamelles funéraires d’or offrent aux adeptes de Dionysos un cheminement rituel d’ordre initiatique. Ce passage poétique leur permet de traverser l’obscurité de l’Hadès pour connaître une destinée lumineuse de héros immortels sur les prairies protégées par Perséphone. Par différents moyens énonciatifs, ces textes en diction homérique impliquent des configurations pratiques du temps et de l’espace qui rompent avec les conceptions philosophiques trop souvent alléguées.

5À titre de formation technique, le séminaire a été suivi par une série d’ateliers portant sur des rudiments de métrique grecque ; ils sont indispensables pour la compréhension du rythme chanté et dansé de poèmes dont la composante rituelle est constitutive. Il a été complété par les différentes sessions du séminaire « L’Antiquité au présent », co-organisé avec Florence Dupont à l’Université de Paris-VII et par la participation régulière au séminaire « Histoire culturelle des cités grecques » animé par Pauline Schmitt-Pantel et Louise Bruit-Zaidman à l’Université de Paris I (Centre G. Glotz). Son début a été également marqué par une journée d’études organisée en collaboration avec Jocelyne Dakhlia et intitulée « Identités dans le monde musulman aujourd’hui : replis et dialogismes » ; y ont apporté leur contribution d’anthropologues Gabriele Vom Bruck de l’Université d’Edimbourg et Mondher Kilani de l’Université de Lausanne.

6Au cours de l’année, le séminaire a successivement accueilli Andrew Ford de l’Université de Princeton et Maurizio Bettini de l’Université de Sienne, tous deux directeurs d’études associés à l’EHESS. Le premier nous a entretenus des aspects sophistiques de la première critique littéraire grecque tandis que le second s’est attaché à explorer les développements pragmatiques du concept grec de mûthos entendu comme parole d’autorité. Par ailleurs Renate Schlesier de la Freie Universität à Berlin a présenté une belle démonstration sur le rôle joué par les rites dionysiaques dans les textes funéraires des lamelles d’or à l’exclusion des pratiques orphiques. Et il est revenu à Fabienne Blaise, de l’Université de Lille-III, de réfléchir sur le poids de la tradition dans les compositions élégiaques du législateur d’Athènes Solon, entre poésie, religion et politique.

7Plusieurs étudiants ont présenté des exposés portant sur des aspects particuliers d’un travail en cours : Benoît Louyest (EHESS/Lille-III) sur l’usage par Athénée du regard porté par les poètes comiques sur leurs collègues auteurs de tragédie, Pénélope Skarsouli à propos des formules et des représentations empruntées par Empédocle à la tradition épique pour figurer sa propre position de poète inspiré, Aurélien Berra (ENS/EHESS) sur les aspects d’épistémologie interne et externe des textes néo-platoniciens sur Pythagore et les Pythagorica.

8Plusieurs aspects des réflexions sur espace et temps poétiques dans les rites de passage ont fait l’objet de présentations complémentaires : colloque à Dumbarton Oaks à Washington sur les jardins sacrés, conférence sur l’espace rituel des poèmes érotiques grecs à l’Université de Virginie, colloque international à l’Université d’Urbino sur l’histoire de la cité d’Argos, colloque à Yale University sur le dessin des frontières en Grèce antique, rencontre du PARSA sur les modes de la citation dans l’Antiquité par le Centre Louis-Gernet en collaboration avec l’ENS de Lyon, journées sur le temps multiple à l’EHESS (CAMS) et sur les représentations du génie génétique à l’Université de Lausanne, colloque sur les voyages d’Orphée à l’Université de Turin et symposion international sur poésie et politique sous l’égide d’Apollon au Centre culturel européen de Delphes.

Publications

  • Eros en la Antigua Grecia, Madrid, Ediciones AKAL, 2002, 225 p. + 7 pl.
  • Avec F. Affergan, S. Borutti, U. Fabietti, M. Kilani, F. Remotti, Figures de l’humain. Les représentations de l’anthropologie, Paris, Éditions de l’EHESS, 2003, 360 p.
  • Avec Ph. Borgeaud, A. Hurst, L’orphisme et ses écritures. Nouvelles recherches, Revue de l’histoire des religions, 219, fasc. 4, Paris, PUF, 2002, 136 p.
  • « Orphik, Orphische Dichtung », dans Der Neue Pauly : Enzyklopädie der Antike IX, Stuttgart-Weimar, J.-B. Metzler, 2000 [2002], coll. 58-69.
  • « Offrandes à Artémis Braurônia sur l’Acropole : rites de puberté ? », dans Le orse di Brauron. Un rituale di iniziazione femminile nel santuario di Artemide, B. Gentili, F. Perusino (éd.), Pise, Edizioni ETS, 2002, p. 44-64.
  • « Interprétation et traduction des cultures. Les catégories de la pensée et du discours anthropologique », L’Homme, 163, 2002, p. 51-78
  • « Comment refonder une cité coloniale ? Représentation discursive du temps et régime d’historicité », dans Mites de fundació de ciutats al món antic (Mesopotàmia, Grècia i Roma), P. Azara, R. Mar & E. Subias (éd.), Barcelone, Museu d’Arqueologia de Catalunya, 2002, p. 141-153.
  • « Qu’est-ce qui est orphique dans les Orphica ? Une mise au point introductive », Revue de l’histoire des religions, 219, 2002, p. 385-400.
  • « Ulysse, un héros proto-colonial ? Un aspect de la question homérique », L’Homme, 164, 2002, p. 145-154.
  • « Le rite d’initiation tribale comme catégorie anthropologique (Van Gennep et Platon) », Revue de l’histoire des religions, 220, 2003, p. 5-62.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 418-421.

Référence électronique

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16408

Haut de page

Auteur

Claude Calame

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals