Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Figures du pouvoir, rapports de parenté et de sexualité

Maurice Godelier
p. 423-426

Texte intégral

Maurice Godelier, directeur d’études

1L’année a été consacrée à l’étude des métamorphoses des théories concernant la nature des rapports de parenté, ainsi qu’à l’analyse de certaines métamorphoses actuelles des rapports de parenté, du moins en Occident. Les thèmes qui ont été plus particulièrement développés sont les suivants : les théories locales de la conception des enfants, ensuite les liens existant entre rapports de parenté et structures politico-religieuses d’une société, ainsi que les liens entre économie et rapports de parenté dans différents types de société.

2Pour résumer le premier thème, une comparaison a été faite entre les données ethnographiques de vingt-six sociétés concernant les représentations que ces sociétés se font du procès de la conception des enfants. Treize sociétés relevaient de l’Océanie, quatre de l’Asie, quatre de l’Amérique indienne, trois d’Afrique et deux d’Europe. Le résultat de cette comparaison peut se résumer ainsi : dans aucune de ces sociétés on pense qu’un homme et une femme suffisent à fabriquer un enfant, que cet enfant soit un humain ordinaire ou un humain extraordinaire, un chef, ou même un Homme-Dieu. Partout ce que font un homme et une femme en s’unissant c’est de fabriquer un fœtus, à l’exception d’une société matrilinéaire, les Na du Yunan, où les fœtus sont, paraît-il, déposés tout faits par une divinité féminine à l’intérieur du ventre des petites filles, et ce avant leur naissance.

3Partout, pour devenir un enfant humain complet, c’est-à-dire possédant pleinement l’identité que sa société attribue aux enfants, l’intervention d’agents plus puissants que les humains est nécessaire. Ce sont par exemple des ancêtres ou des dieux qui interviennent pour transformer le fœtus en enfant et lui donner une âme, du souffle ou leur nom. Le problème a été posé des relations existant entre ces représentations de la conception des enfants et la nature des rapports de parenté qui règnent dans une société. Ces relations sont-elles de correspondance directe ou de correspondance moins directe et donc plus complexe ? À l’évidence des relations de correspondance existent. Dans certaines sociétés matrilinéaires, le sang menstruel se transforme en enfant sous certaines conditions (exemple les Trobriands, société matrilinéaire de Nouvelle-Guinée). Dans d’autres sociétés, fortement patrilinéaires, le sperme est la substance qui entre seule dans la composition du fœtus, la femme n’apportant pas de substances, mais prêtant son ventre. Mais les choses sont en général plus compliquées et l’on connaît des sociétés matrilinéaires où le sperme de l’homme fabrique le corps du fœtus, mais dans ce cas la femme donne une âme au fœtus (exemple, les Maenge de Nouvelle-Bretagne). Il existe aussi des sociétés où coexistent deux théories de la naissance des enfants, l’une propre aux hommes, l’autre aux femmes (les Telefolmin de Nouvelle-Guinée) ou bien l’une propre aux gens du commun et l’autre à l’aristocratie (exemple, le royaume de Tonga en Polynésie). Partout les représentations de la conception des enfants sont en liaison, certes, avec la nature des rapports de parenté mais tout autant avec celle des rapports de pouvoir qui existent dans cette société. L’enfant porte donc en lui dès le départ l’empreinte globale des structures de sa société et non pas seulement de sa place dans les rapports de parenté.

4Le deuxième thème abordé fut celui des rapports entre la parenté et l’économie. Dans beaucoup de sociétés sans castes et sans classes, les rapports de parenté, on le sait, organisent la production et la redistribution des produits du travail humain. Par là les rapports de parenté dans ces sociétés constituent directement un élément du système économique, mais si l’on se place à un niveau plus global, celui des échanges régionaux, nécessaires à la continuité matérielle des différentes sociétés qui coexistent dans une région, alors on constate que l’économie déborde les rapports de parenté. Dans tous les cas dans ce type de société sans division sociale du travail, les activités économiques n’engendrent jamais des liens de dépendance sociale et matérielle entre tous les membres de la société, mais seulement entre quelques-uns d’entre eux ou entre quelques groupes qui composent la société (des clans, alliés par le mariage ou pour d’autres raisons). Ce n’est pas le cas dans les sociétés de castes où chaque caste est attachée à des fonctions matérielles ou autres, particulières, et où les castes productrices de moyens matériels d’existence constituent à l’évidence la base sociale et économique de l’existence matérielle de la société tout entière, c’est-à-dire des castes ou des classes qui se livrent à d’autres activités que les activités de production. Dans ces cas-là, les activités économiques du fait d’être réparties entre différents groupes spécialisés ou castes au sein d’une division sociale du travail, créent une dépendance générale matérielle et sociale entre tous les individus et tous les groupes qui composent une société. Dès lors, s’il existe, comme en Inde, un principe d’endogamie des castes, un lien direct existe entre rapports de parenté et activités économiques. Ce n’est pas le cas dans les sociétés de classe où n’existe pas d’endogamie obligatoire des groupes sociaux où donc les individus ne sont pas nécessairement attachés par leur naissance à telle activité, économique ou autre, et peuvent prendre au cours de leur vie des places différentes dans des rapports sociaux différents.

5Finalement une question est apparue, fondamentale. La parenté peut-elle, comme on le dit souvent, apparaître comme le fondement de la société ? Notre réponse fut négative. Dans aucune société, mêmes celles qui sont dépourvues de tout rapport hiérarchique entre castes ou classes, la parenté ne peut servir de fondement à la vie sociale et conférer une identité globale au tout qu’est une société. Il nous est apparu que, partout, les rapports sociaux qui font exister une société comme un tout et lui donnent une identité globale, sont d’abord les rapports politico-religieux. Dans le cas des sociétés sans castes et sans classes, les liens entre les activités économiques et les rapports politico-religieux englobants sont en général relativement distants. Dans le cas des sociétés de castes et de classes, un rapport beaucoup plus direct et fort existe entre le fonctionnement des institutions du pouvoir et l’organisation des procès de production et d’échanges, bref, entre le pouvoir et la production des moyens de subsistance et des richesses matérielles.

6Une hypothèse s’appuyant sur des données archéologiques et historiques très diverses a semblé s’imposer. On la résumera sous la forme suivante : l’émergence et le développement historiques de rapports de caste et/ou de classe à certaines époques de l’Antiquité et dans certaines régions du monde ne peuvent être expliqués par un développement des rapports et des systèmes de parenté. Ces nouveaux rapports sociaux se présentent en fait comme le développement et la transformation des formes de pouvoir politico-religieux qui préexistaient et non pas comme des transformations des rapports de parenté. Partout en effet le domaine de la parenté apparaît beaucoup plus « inerte » que les domaines politico-religieux.

7Le séminaire a aussi traité des dimensions imaginaire et symbolique des systèmes et des rapports de parenté et sur les extensions métaphoriques de la parenté, c’est-à-dire sur le fait que, bien souvent, la parenté est utilisée pour symboliser des liens étroits de solidarité, de partage, de générosité. Le Roi ne doit-il pas être comme un père pour son peuple ?

8Dans les derniers séminaires a été posée la question de l’évolution actuelle de la parenté en Occident et aux États-Unis avec l’apparition de familles homosexuelles créées par l’adoption d’enfants par des couples gays ou des couples de lesbiennes ou par insémination par donneurs anonymes dans le cas des lesbiennes. Un début d’analyse a été tenté.

9Au terme de toutes ces approches, il est apparu que partout le corps sexué, c’est-à-dire le domaine de la sexualité, constitue donc un point charnière, un lieu privilégié pour établir un ordre social qui toujours se présente à la fois comme un ordre moral et un ordre sexuel (qui déborde le rapport entre les sexes). Partout il est apparu que la sexualité ne pouvait pas être vécue entièrement au niveau de la conscience ni librement et qu’une partie d’elle devait être refoulée et en ce sens, réprimée, pour que la société se « mette » en ordre. C’était là une vue de Freud que rien n’est venu encore infirmer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et de sexualité », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 423-426.

Référence électronique

Maurice Godelier, « Figures du pouvoir, rapports de parenté et de sexualité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 25 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16410

Haut de page

Auteur

Maurice Godelier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals