Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de la santé

Didier Fassin
p. 443-445

Texte intégral

Didier Fassin, directeur d’études

Gouverner des populations, produire des sujets

1La fabrication des politiques met en tension deux objectifs qui consistent, d’un côté, à gouverner des populations, de l’autre, à produire des sujets. Au-delà des oppositions classiques entre le collectif et l’individuel, ou encore entre le public et le privé, cette tension s’exprime dans les formes contemporaines de l’exercice du pouvoir, à travers la double nécessité d’administrer des groupes humains en s’efforçant d’appréhender leurs caractéristiques et de réguler leurs pratiques, d’une part, et de reconnaître des êtres singuliers auxquels il s’agit d’adapter les normes et d’accorder des droits, d’autre part. Les politiques de la vie, si l’on appelle ainsi les mesures qui interviennent sur les conditions d’existence des hommes, et les politiques du vivant, si l’on considère sous cette expression les dispositifs qui opèrent sur la matière même de l’homme, constituent à cet égard deux des modalités les plus significatives du politique en ce qu’elles se situent au cœur de son projet anthropologique.

2Après avoir porté, au cours de l’année passée, sur divers aspects de la constitution du sujet politique entre subjectivation et assujettissement, le séminaire a abordé la formation de ces politiques. Plus précisément, on s’est interrogé sur ce qu’est, au-delà de son affichage technique, une « politique de santé ». En s’appuyant sur l’exemple du sida en Afrique du Sud, on a ainsi montré que la violente controverse engagée autour de la réponse sanitaire à l’épidémie révèle une série d’enjeux qu’éclairent l’histoire et la sociologie de ce pays et l’on a ainsi proposé une méthode générale d’analyse des politiques dites de santé. Deux aspects des transformations récentes de ces politiques ont été présentés : le dépistage des maladies génétiques, avec la référence à l’eugénisme qu’il semble appeler, a été étudié par Carine Vassy, maître de conférences en accueil à l’Université de Nottingham, à travers le cas de la trisomie 21 ; et le développement d’un droit des malades, au nom d’un principe de démocratie sanitaire, dont Florence Bellivier, professeur à l’Université Paris-XIII, a rendu compte autour de la loi dite Kouchner. Dans la suite du séminaire, élargissant le cadre des biopolitiques, deux domaines particuliers ont été explorés : les politiques de la souffrance et les politiques de l’inégalité.

3La souffrance, parfois dite « sociale », est devenue un objet central du discours et de l’action publics depuis une décennie, aussi bien sur les scènes locales que dans les politiques nationales et internationales. Après une discussion générale s’appuyant notamment sur deux études de cas, la création de lieux d’écoute dans la région parisienne et la naissance d’une psychiatrie humanitaire intervenant auprès des populations victimes de conflits, plusieurs invités ont exposé leurs travaux sur ce thème. Stéphane Latté, allocataire moniteur à l’École normale supérieure, et Richard Rechtman, médecin chef du Centre de La Verrière, ont traité des usages sociaux de la catégorie de traumatisme psychique dans une diversité croissante de situations et de dispositifs et présenté une enquête sur les suites de l’explosion de l’usine AZF à Toulouse. Fiona Terry, chercheuse à la fondation Médecins sans frontières, a montré les ambiguïtés et les contradictions dans lesquelles se trouvent placées les organisations humanitaires dans leurs programmes d’aide à des populations victimes de famines sous des régimes dictatoriaux ou totalitaires, en illustrant son propos à partir du cas de la Corée du Nord. Joseph Tonda, maître de conférences de l’Université de Libreville invité à l’École, s’est intéressé aux modes de régulation religieuse des catégories dominées au Congo et au Gabon.

4L’inégalité constitue en quelque sorte le revers de la souffrance, non seulement parce que celle-ci est souvent l’expression autorisée de celle-là mais aussi parce que la seconde est aussi publicisée que la première est occultée. La présentation de ce thème a été abordée à travers une forme particulière d’inégalité, longtemps refoulée dans la société française : la discrimination raciale, dont il a été montré combien tant ses manifestations que sa dénégation trouvaient leur source dans l’histoire de la France, de son rapport à l’entreprise coloniale et de son modèle d’intégration républicaine. Comme en écho lointain, Deborah Posel, professeur à la Witwatersrand University de Johannesbourg et directrice d’études invitée à l’École, a analysé les fondements de la classification raciale sous le régime d’apartheid en Afrique du Sud, arguant que bien plus que sur une référence biologique d’inspiration savante, comme on le croit souvent, la racialisation reposait sur des préjugés sociaux de sens commun. Deux autres exposés sont revenus sur des populations marginalisées en France. Corinne Lanzarini, maître de conférences à l’Université Paris-XIII, a présenté son enquête sur le traitement social des sans-domicile fixe et s’est interrogée sur les tensions entre logiques d’accueil et de répression dans la gestion des « classes dangereuses ». Carolyn Sargent, professeur à la Southern Methodist University de Dallas, a évoqué sa recherche sur les familles maliennes, s’intéressant notamment, autour des questions de polygamie et de contraception, aux tensions entre politiques publiques et pratiques sociales et aux conséquences en termes de rapports inégaux entre les sexes.

5Sur ces différents thèmes, une série de conférences a par ailleurs été donnée : au séminaire d’agrégation de l’École normale supérieure, sur les théories de la biopolitique ; à l’Institut polytechnique de Turin, sur les politiques urbaines de santé publique ; au colloque Science and society d’Embo à Heidelberg, sur l’incorporation de l’inégalité ; au congrès de l’American anthropological association à la Nouvelle-Orléans, sur la gestion de l’asile entre répression et compassion en France ; au département d’anthropologie de l’Université Stanford, sur les récits du sida en Afrique australe. Enfin, une journée intitulée « Mémoire, histoire et sida en Afrique du sud » et associant historiens, sociologues, anthropologues et spécialistes de santé publique sud-africains, québécois et français a été organisée à l’École, permettant notamment de présenter les résultats d’un programme de recherche conduit avec l’ANRS.

Publications

  • Avec D. Memmi, dir., Le gouvernement des corps, Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.
  • « La souffrance du monde. Considérations anthropologiques sur les politiques contemporaines de la compassion », Evolution psychiatrique, 2002, 67, p. 676-689.
  • « Justice principles and judgment practices in allotting emergency State financial aid », Revue française de sociologie (annual English selection), 2003, 44, p. 109-146.
  • « Le capital social, de la sociologie à l’épidémiologie. Analyse critique d’une migration transdisciplinaire », Revue d’épidémiologie et de santé publique, 2003, 51, p. 403-413.
  • « Les nouvelles frontières de la santé », Sciences humaines, coordination d’un dossier spécial Santé et société, août 2003.
  • « The embodiment of inequality. A political anthropology of AIDS in South Africa », EMBO Reports, Special issue Science and Society, 2003, 4, p. 54-59.
  • « Naissance de la santé publique. Deux descriptions du saturnisme infantile à Paris (1987-1989) », Genèses. Sciences sociales et histoire, 2003, 53, p. 139-153.
  • « Biopolitique » et « santé publique », dans Dictionnaire de la pensée médicale, sous la dir. de D. Lecourt, Paris, Presses universitaires de France, 2004, p. 176-179 et p. 1014-1018.
  • Avec H. Schneider, « The South African politics of AIDS. Beyond the controversies”, British Medical Journal, 2003, 326, p. 495-497.
  • Avec A.-J. Naudé, Une politique urbaine de santé publique. Les débuts du saturnisme infantile en France, Rapport de recherche, Cresp, Université Paris 13, Bobigny, 2003, 235 p. et annexes.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 443-445.

Référence électronique

Didier Fassin, « Anthropologie politique de la santé », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16419

Haut de page

Auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals