Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin
p. 446-448

Texte intégral

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, directeurs d’études

Engagement et réflexivité

1Nous avons poursuivi cette année la réflexion commencée l’an dernier sur l’engagement et la réflexivité dans les sciences sociales. Si ces questions sont présentes dès les débuts de la sociologie et de l’anthropologie, elles doivent être aujourd’hui posées à nouveaux frais compte tenu, d’une part, des sollicitations mais aussi des mises en cause dont elles font de plus en plus l’objet et, d’autre part, du fait qu’elles se saisissent de problèmes inédits et de terrains nouveaux.

2Jean-Pierre Dozon a ainsi ouvert le séminaire en traitant de la « crise ivoirienne » et de sa propre implication dans l’espace public, faite tout à la fois de prises de parole et de prises de position dans certains médias et auprès d’acteurs institutionnels, puis en approfondissant l’analyse de cet engagement à la lumière de près de trente années de recherche en Côte d’Ivoire, spécialement auprès d’une « ethnie » qui est au cœur des dissensions actuelles. Didier Fassin s’est, lui, attaché à analyser, à partir de sa propre expérience sur les lieux d’écoute en France et sur le sida en Afrique du Sud, les situations dans lesquelles le chercheur se trouve mis à l’épreuve dans la réalisation et la restitution de sa recherche ; il a en particulier abordé les questions des « terrains fermés », en discutant de la signification et des conséquences de cette clôture imposée par les agents qui se refusent à l’enquête, et des comptes rendus « à géométrie variable » qui visent à adapter l’exposition des résultats aux différents publics. Après ces deux exposés introductifs, une série d’invités sont intervenus.

3Peter Geschiere, professeur à l’Université d’Amsterdam, tout en rappelant les méandres du discours anthropologique sur la sorcellerie en Afrique, a exposé comment il a été amené à prendre au Cameroun le phénomène sorcellaire de plus en plus au sérieux, étant donné sa publicisation et sa modernisation grandissante et comment certains de ses collègues s’y sont hasardeusement impliqués. Vinh-Kim Nguyen, professeur associé à l’Université McGill de Montréal, a d’abord proposé de réfléchir sur la façon dont se construit une « anthropologie du pauvre », de l’être déshérité et souffrant, qui s’accorde assez bien avec une certaine idéologie humanitaire ou de nouvelles formes de gouvernementalité des corps à l’échelle globale ; il a ensuite présenté ses expériences de recherche sur le sida au Burkina-Faso, spécialement sur la façon dont au travers d’associations de patients, auprès desquelles l’ethnologue est amené à s’engager, se fabriquent des victimes idéales, pouvant accéder à des traitements. Joseph Tonda, maître de conférences à l’Université de Libreville invité à l’École, a présenté le récit de son expérience de la guerre civile à Brazzaville et la façon dont il est parvenu à s’en abstraire en écrivant sur le passé du présent, sur la violence coloniale et ses modes d’incorporation par les populations locales, sur son recyclage par les despotes post-coloniaux et son aggravation jusqu’à aujourd’hui dans une certaine violence rédemptrice, particulièrement à l’œuvre dans les entreprises de guérison divine. Maria de Konninck, professeur à l’Université Laval de Québec, a présenté son parcours d’enseignement en santé publique et de recherche en sociologie médicale où, des questions de violence faites aux femmes et des problèmes de la petite enfance jusqu’aux enjeux autour de la santé des populations amérindiennes du Canada et de la lutte contre le sida en Afrique de l’Ouest, le travail scientifique a toujours été lié, pour elle, à des formes d’engagement, mais aussi de parti pris à l’égard desquels il lui faut prendre aujourd’hui quelque distanciation. Ilana Lowy, directrice de recherche à l’Inserm, après avoir rappelé que la science construit souvent son objectivité à partir d’un point de vue apparemment neutre et tend ainsi à gommer sa propre historicité, a montré que le respect du principe d’objectivation consisterait précisément à mettre au jour la diversité des points de vue et des confrontations ainsi que ses procédés d’exclusion et d’effacement, en ce qui concerne notamment la place des femmes et les questions de genre. Isabelle Baszanger, directrice de recherche au CNRS, a exposé son travail de sociologue médicale en milieu hospitalier, dans des services d’oncologie et de soins palliatifs, en montrant comment sa nécessaire implication s’est transformée, presque à son corps défendant, en une anthropologie médicale partagée, elle-même étant de plus en plus sollicitée pour répondre à des questions éthiques et les médecins reprenant à leur compte dans leurs discours ses propres analyses. Michel Naepels, chargé de recherche au CNRS, s’est proposé de tirer quelques leçons épistémologiques de son expérience de terrain en Nouvelle-Calédonie canaque où, au modèle plus ou moins inquisitorial de l’enquête définie selon les canons académiques, se sont peu à peu substituées entre l’ethnologue et ses interlocuteurs des relations de complicité et d’amitié dévoilant du reste des enjeux locaux desquels il lui était difficile de se distancien Patrice Pinell, directeur de recherche à l’Inserm, a repris l’étude collective qu’il a consacrée aux associations de lutte contre le sida en France et a souligné la difficulté qu’il a rencontrée à conduire un travail qui visait à comprendre la manière dont chacune d’entre elles ont investi la question du sida tout en cherchant plus ou moins leur adoubement. Deborah Posel, professeur à la Witwatersrand University de Johannesburg et directrice d’études invitée à l’École, a ébauché une histoire des sciences sociales sous l’apartheid, soulignant le fait que, nourris de théorie marxiste et impliqués dans un militantisme intense, les chercheurs de ces disciplines sont aujourd’hui parfois en manque de perspective critique, car pris tout à la fois dans la reconstruction nationale, le néolibéralisme ambiant et la permanence des impensés hérités, sur les questions raciales notamment. En conclusion de ce cycle, Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin ont proposé une synthèse des deux années et animé une séance de discussion avec les étudiants.

Atelier d’étudiants

4Parallèlement au séminaire, et sur les mêmes questions d’engagement et de réflexivité, les étudiants ont présenté leur propre expérience de recherche, en particulier Fatou Leïty Mbodj sur les principes de justice locale dans la distribution des antirétroviraux au Sénégal, José Luis Moreno sur les associations d’anorexiques en Espagne, Paula Vasquez sur la gestion des sinistrés d’une catastrophe naturelle au Venezuela. Enfin, Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin ont été invités à participer comme discutants à des Journées organisées par des doctorantes de l’École et Intitulées « Terrains sensibles ».

Publications

Jean-Pierre Dozon

  • « Les États africains contemporains dans l’épistémé africaniste française », Journal des anthropologues, 92-93, 2003, p. 13-29.
  • Frères et sujets. La France et l’Afrique en perspective, Paris, Flammarion, 2003, 352 p.
  • Avec A. Corten et A. P. Oro, dir., Les Nouveaux conquérants de la foi. L’Église Universelle du Royaume de Dieu (Brésil), Paris, Karthala, 2003, 294 p.

Didier Fassin

  • Avec H. Schneider, « Denial and defiance : a socio-political analysis of AIDS in South Africa », AIDS, 2002, 16 (suppl. 2), S1-S7.
  • « La jeune démocratie sud-africaine à l’épreuve du sida. Les leçons d’une controverse », Critique internationale, 2003, 20, p. 93-112.
  • « Sovereignty vs. biolegitimacy. The contradictory foundations of the politics of AIDS in South Africa », Debate. Voices from the South African Left, août 2003, p. 23-26.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 446-448.

Référence électronique

Jean-Pierre Dozon et Didier Fassin, « Médiations théoriques et pratiques de l’anthropologie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 24 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16420

Haut de page

Auteurs

Jean-Pierre Dozon

Articles du même auteur

Didier Fassin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals