Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie et linguistique

Francis Zimmermann
p. 458-460

Texte intégral

Francis Zimmermann, directeur d’études

Ethnographie de la langue maternelle

1Ce séminaire rassemble trois catégories d’auditeurs. Les uns s’intéressent aux langues (institutions langagières et communautés linguistiques), et particulièrement les langues en contact, les rapports de force entre les langues, les langues minoritaires, le bilinguisme et les langues étrangères (sciences de l’éducation), etc. Cet auditoire est le plus proche de ce que traditionnellement on appelle « l’ethnographie ». Les autres s’intéressent à la Parole (pratiques langagières, la parole et le geste, les situations interactionnelles, les arts vivants comme le théâtre, l’improvisation). Ce sont les plus proches du noyau conceptuel et théorique de « l’anthropologie linguistique » américaine. D’autres encore s’intéressent aux rapports de la parole à l’écriture, aux langues de littérature et à « l’oraliture », pour reprendre le néologisme forgé par les créolistes, ainsi qu’aux problèmes théoriques et politiques de la traduction littéraire. Ces participants sont ceux qui s’intéressent de plus près à « la langue maternelle ».

2Une place importante était réservée cette année aux arts du bien parler. Je cherchais à repérer les voies par lesquelles s’est construite, au cours d’une histoire commune en Europe, une certaine convergence entre des langues en contact qui en viennent à composer une « union de langues » cimentée par la rhétorique. Je centrais mon regard sur un point particulier du processus de convergence, que j’appelle « la catachrèse » : les locuteurs des langues en contact adoptent – calquent – dans leur langue maternelle des formes grammaticales, lexicales ou stylistiques de la langue étrangère, qui acquièrent ainsi pour eux dans leur langue un « sens propre de seconde origine » (Pierre Fontanier). Ces formes deviennent donc immédiatement intelligibles pour les locuteurs des deux langues. Une communication sur ce thème, « La catachrèse dans le cadre du bilinguisme », fut présentée au 4th International symposium on bilingualism (Tempe, Arizona, 30 avril-3 mai). J’illustrais mon analyse à partir de différents dossiers historiques, littéraires ou ethnographiques inscrits dans une époque, un milieu social et une situation linguistique bien déterminés.

3L’un de ces dossiers présenté à partir d’un excellent livre de Jean-François Chanet était celui de la concurrence entre la méthode maternelle et la méthode comparée à l’école primaire en 1890. Dans les provinces françaises non encore francisées, les pédagogues, les linguistes (Bréal), les inspecteurs d’académie et les hommes politiques (Jaurès) ont proposé simultanément deux méthodes d’enseignement de la langue française, dont l’une préfigurait la méthode par immersion totale dans la langue étrangère, en imposant par la coercition (des coups de règle) un dédoublement entre l’école (d’où le patois est banni) et la maison, tandis que l’autre utilisait le patois et la traduction pour enseigner la langue étrangère. Ce sont deux méthodes contraires de traitement du « bilinguisme avec diglossie » entre le patois et le français. La méthode comparative était mieux accueillie dans les régions où l’idiome local était proche parent du français (diglossie pure et simple), que dans les départements où l’idiome local n’est pas de la même famille de langues que le français (ce que les sociolinguistes appellent « bilinguisme diagonal »). Rien que de très logique à ce que la méthode comparative (enseignement par traduction) fonctionne mieux dans les provinces où le patois et le français sont apparentés : on se sert de la transparence mutuelle des deux langues pour enseigner l’une à travers sa traduction dans l’autre. C’est très exactement ce processus d’appropriation de la langue étrangère par la pratique du bilinguisme comme méthode pédagogique, traduction et code-switching systématiquement encouragés en classe, qui est exploité dans la « méthode comparée » d’enseignement du français à la fin du XIXe siècle. Or ce processus, que nous voyons jouer ici entre vernaculaire (patois) et standard (le français, langue nationale), opère de la même façon dans l’apprentissage des langues étrangères. Le fonctionnement de la méthode comparée dans le cas où les deux langues, la maternelle et l’étrangère, ne sont pas apparentées, est évidemment le cas le plus intéressant, puisqu’on y voit la catachrèse produire une convergence entre deux langues non apparentées, donc sur une base pragmatique et non grammaticale.

4En contrepoint de cette historiographie, j’ai systématiquement rendu compte de l’actualité de la recherche en anthropologie linguistique, discipline née aux États-Unis de la décision de prendre en considération les aspects stylistiques et rhétoriques du langage, et je me suis appliqué à faire ressortir les propriétés analytiques des concepts de « jeux de la parole » (rhetorical shifts) et de « genre du discours oral » (verbal genre) dans l’enquête ethnographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Zimmermann, « Anthropologie et linguistique », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 458-460.

Référence électronique

Francis Zimmermann, « Anthropologie et linguistique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16432

Haut de page

Auteur

Francis Zimmermann

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals