Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de la mémoire

Carlo Severi et Giovanni Careri
p. 501-502

Texte intégral

Carlo Severi, directeur d’études

1L’anthropologie de la mémoire est un champ de recherches nouveau. Il a donc été nécessaire de définir le plus clairement possible son domaine et ses objectifs. Devant la tâche de définir le champ de l’anthropologie de la mémoire, nous avons choisi une définition progressive, par choix successifs, de la notion de mémoire. Nous avons opté d’abord pour une étude de la mémoire collective, qui ne soit pas séparée de manière rudimentaire – comme elle l’est souvent – de l’étude de la mémoire individuelle. L’anthropologue doit considérer l’exercice collectif de la mémoire par rapport à la mémoire individuelle (en sens négatif, de contrainte et positif, de transfert de principes). Il doit ensuite se tourner vers son fonctionnement interne (considéré donc d’un point de vue indigène) pour l’étudier en tant qu’exemple d’une propagation-par-la-transformation de représentations circulant dans un groupe social donné. Dans ce sens, la mémoire étudiée par l’anthropologue est une mémoire collective qui amplifie sans la contredire la mémoire individuelle, une mémoire indigène, qui reflète ce qui, dans une société donnée devient mémorable, et une mémoire culturelle, fondée sur une théorie de la culture en tant que propagation des représentations.

2Une fois définis ainsi les premiers contours du champ de l’anthropologie de la mémoire nous avons étudié un cas ethnographique spécifique : la mémorisation par l’image des systèmes d’appellations totémiques qui caractérise plusieurs sociétés du Sepik, en Papouasie – Nouvelle-Guinée (latmül, Ymar, Bahinemo, Karawori etc.).

3L’étude de ces cas océaniens nous a permis de montrer que ces systèmes possèdent une logique propre, fondée sur l’articulation de critères d’ordre et de saillance, qui constitue une véritable forme élémentaire des pratiques mnémoniques dans les traditions orales.

Publications

  • « Here and there : Supernatural landscapes in Kuna Shamanistic tradition », dans Tod, Jenseits und Identität : Perspektiven einer kulturwissenschaftlichen thanatologie, J. Assmann et R. Trauzettel (éd.), Munich, Kal Alber Verlag, 2002, p. 587-612.
  • « Présentation », Image et antrhopologie, n° sp de L’Homme. Revue française d’anthropologie, 165, janvier-mars 2003, p. 7-9.
  • « Warburg anthropologue, ou le déchiffrement d’une utopie. De la Biologie des images à l’anthropologie de la mémoire », op. cit., p. 77-129.
  • « L’estasi immobile. Origine dell’arte e origine del disegno », Quaderni della Società italiana di Antropologia del Mondo Antico, 5, 2003, p. 97-108.

Giovanni Careri, maître de conférences
Carlo Severi, directeur d’études

Traditions iconographiques et mémoire sociale

4Au cours de cette année, nous avons poursuivi notre étude de l’œuvre de Warburg et de ses implications pour l’anthropologie de la mémoire. Cette année l’accent a été mis sur l’art contemporain et particulièrement sur sa tendance à s’emparer des opérations élémentaires de la pensée rituelle et du travail du mythe. Nous nous sommes arrêtés sur Coyote, une performance célèbre de Joseph Beuys qui peut être interprétée à travers les outils de l’analyse rituelle. Nous avons relevé la valeur heuristique de la notion de Chimère que nous avions utilisée auparavant pour rendre compte du fonctionnement d’objets mélanésiens. Malgré ces ressemblances la performance de Beuys, comme d’autres actions d’artistes contemporains, demeure des pseudo-rituels. Nous nous sommes donc collectivement interrogés sur le sens de cette pseudo-ritualité dans nos sociétés occidentales. Nous avons pris en considération l’hypothèse que cette situation d’indéfinition entre le rituel et l’art n’est pas un phénomène strictement contemporain mais semble dater, comme l’indique Aby Warburg, dès l’origine de l’art en tant que territoire soi-disant autonome, au début du Quattrocento.

5Une séance du séminaire a été consacrée à l’analyse d’une pièce de Claudio Parmiggiani qui a été paradoxalement conçue pour ne pas être vue. Là aussi, les outils analytiques de l’anthropologie se sont révélés utiles, mais là aussi nous avons dû approfondir les différences entre cette démarche, située à la limite du champ culturel, et l’action rituelle proprement dite.

6Pour développer ces questions nous avons invité Jean-Philippe Antoine qui nous a présenté sa tentative de concevoir l’art contemporain du point de vue d’une anthropologie de la mémoire et Denis Vidal qui, à travers la lecture d’un rouleau peint indien offert à l’occasion d’un mariage, nous a montré comment un groupe ethnique peut s’emparer des mythes fondateurs d’un autre groupe et lui proposer sa mise en forme picturale sans provoquer la moindre résistance.

Publications

Giovanni Careri

  • Voir « Affects er représentations dans l’Europe moderne », à la rubrique Signes, formes, représentations.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Severi et Giovanni Careri, « Anthropologie de la mémoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 501-502.

Référence électronique

Carlo Severi et Giovanni Careri, « Anthropologie de la mémoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16455

Haut de page

Auteurs

Carlo Severi

Articles du même auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals