Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale

Jean Jamin et Patrick Williams
p. 509-512

Texte intégral

Jean Jamin, directeur d’études

Question de méthode (suite)

1Le séminaire a été organisé suivant deux axes et en deux phases correspondant aux deux semestres de l’année. Une première partie a été consacrée à l’examen de la notion d’archive en anthropologie, prolongeant, circonscrivant et réajustant les réflexions – celles-ci exposées de façon pluridisciplinaire – qui furent parallèlement élaborées dans le cadre du séminaire « Archives et sciences sociales » que nous animons avec Éric Brian, Vincent Duclert, Morgane Labbé et Pap Ndiaye. L’archive pose, en effet, un problème particulier à l’anthropologie en raison d’une part de la situation d’interlocution et de la contemporanéité de l’énonciation sur quoi se fonde et que privilégie ou génère la méthode ethnographique, d’autre part – ceci étant pour ainsi dire le corollaire de cela – de son caractère labile, puisqu’elle se donne bien souvent et tout à la fois comme une archive de soi et une archive d’autrui. Aussi est-il parfois difficile, pour un ethnologue et un historien de la discipline, de faire le départ entre ce qui relève du journal d’enquête ou de route, qui peut contenir des détails ou des réflexions intimes mais aussi des relevés empiriques, et les notes ou fiches de terrain qui se présentent formellement comme des données objectives. Celles-ci sont même parfois préformatées selon des grilles auxquelles, jusqu’à une date récente, les traités ou manuels d’anthropologie ont accordé une valeur heuristique, mais dont on a pu démontrer que, tant au niveau de leur conception que de leur place et fonction dans la formation (et la transformation) des paradigmes de la discipline, elles ont connu d’importantes variations quant aux indexations et classifications prescrites. C’est donc sur les « effets de bouclage de l’archive » que nous avons mis l’accent, c’est-à-dire sur les rapports de concomitance entre la mise en écriture des gestes et paroles d’autres gens et la mise en récit de l’expérience de leur observateur – ce qui constitue parfois les seules archives dont nous disposons sur une société. À partir d’une enquête ethnographique récente en Haïti, portant sur les circulations d’enfants, Chantal Collard (Université Concordia, Canada) s’est interrogée sur la prise de notes de terrain, sur leurs conservations, usage, valeur et destinée archivistiques dans un pays où ont été détruits, sous la dictature de François Duvalier, les archives et documents du Bureau d’ethnologie créé à Port-au-Prince dès la fin des années 1920. Lors d’une autre séance du séminaire, Françoise Zonabend s’est attachée à analyser un roman populaire normand des années 1930 dont l’intrigue mais aussi les dialogues et les relations entre les personnages ne s’éclairent qu’à la lumière de l’enquête ethnographique qu’elle mène depuis vingt ans dans la presqu’île de La Hague, ce roman représentant dès lors une sorte d’archive anthropologique de la région.

2Dans la seconde partie du séminaire, on s’est donné pour tâche d’explorer les rapports entre anthropologie et fiction, partant du constat, déjà dressé par Jean-Marie Schaeffer, qu’il y eut un réel manque d’intérêt épistémologique de l’anthropologie classique pour la fiction alors que, paradoxalement, celle-ci semble être, sous un aspect ou un autre, au cœur même des préoccupations et investigations de la discipline : que ce soient les représentations, mythes, légendes ou contes, sans compter les phénomènes de transe ou de possession qui hallucinent la conscience et la personnalité, ou encore les injonctions paradoxales de certains rites initiatiques qui conduisent les néophytes, sous une forme généralement trompeuse (sommés de prendre ceci pour cela, de proférer que ceci peut être à la fois ceci et cela) et à vrai dire artefactuelle (un peu à la manière du cachot du comte de Monte-Cristo au château d’If dont des visites payantes sont depuis longtemps organisées, et qui se trouve être un lieu de passage pour ainsi dire obligé des lecteurs attentifs d’Alexandre Dumas), à s’immerger dans un monde fictif et, ce faisant, à réévaluer leur connaissance du monde, des autres et d’eux-mêmes. C’est à partir d’une analyse de la nouvelle de Herman Melville, Bartleby, que s’est engagée cette réflexion anthropologique sur la fiction, réflexion prolongée par un exposé de Gaetano Ciarcia (Université de Naples) sur une autre nouvelle de Melville, Benito Cereno, où, comme dans Bartleby, l’autorité de l’autre, ses opacités, ses résistances, ses manières d’être là et rien que là, fait irruption dans le monde de la fiction et amène à repenser le rapport à l’écriture, puis, d’une certaine manière, le rapport à l’archive.

Publications

  • Édition établie, présentée et annotée de Michel Leiris, Journal 1945-1989 (2e partie – trad. japonaise), Misuzu Shobo, Tokyo, 2002, 434 – XXIV p.
  • Présentation de « Marcel Mauss. Rapport des jeux et des rites (cours inédit) », Socio-anthropologie, 13, 2003, p. 1-9.

Jean Jamin, directeur d’études
avec Patrick Williams, directeur de recherche au CNRS

Jazz et anthropologie

3Chacune des douze séances ayant été introduite par l’audition d’une version commentée de Anthropology (musique composée en 1946 par Dizzy Gillespie et Charlie Parker, passée au rang de « standard » du répertoire jazzistique), le séminaire de cette année a poursuivi le cheminement exploratoire et développé le programme qui avait été défini l’année précédente en ce qui concerne la constitution d’une anthropologie du jazz, c’est-à-dire la mise en œuvre d’une approche et analyse ethnographiques de ce phénomène esthétique à partir de faits archivistiques (biographies, autobiographies, correspondances et discographies de musiciens), d’entretiens et d’observations in situ. Comme par le passé, nous avons tenu à faire appel à des professionnels du jazz (musiciens, critiques et producteurs, notamment), à des historiens, sociologues, musicologues et ethnomusicologues aussi bien qu’à des exposés de travaux d’étudiants inscrits en DEA ou en thèse à l’EHESS (c’est ainsi que François-Xavier Hubert a présenté l’état de ses recherches sur Ornette Coleman et la naissance du free jazz, et Jocelyn Bonnerave, le résultat de ses premières observations ethnographiques sur l’Orchestre national de jazz dirigé par Claude Barthélemy, et dont il a suivi, pendant six mois, les répétitions, concerts et enregistrements en studio, mettant l’accent sur les interactions entre musiciens, les plans d’action musicale et leurs écarts, et la notion de performance dans un sens à la fois cognitiviste et socioculturel).

4Trois types de questions et réflexions ont été privilégiés : 1) les mythes, légendes et histoires du jazz qui ont été abordés successivement par Denis-Constant Martin (CERI), Francis Marmande (Université de Paris-VII), Francis Hofstein (psychanalyste) et Alain Gerber (France-Musiques) ; 2) la réception, l’information, la vulgarisation et la médiation du jazz, qui ont été analysées par Frank Bergerot (rédacteur en chef de Jazzman), lequel s’est interrogé dans le même temps sur les fonctions du journaliste de jazz et de son influence (ou de son absence d’influence) dans la formation du goût musical ; 3) l’écriture, l’arrangement, l’improvisation et le son en jazz qui ont été respectivement examinés par Patrick Williams (CNRS) à partir de la notion de standard ; Henri Texier, contrebassiste, qui a fait part de son expérience de musicien en tant que sideman puis chef d’orchestre ; Laurent Cugny (Maison du jazz) qui s’est attaché à redéfinir la notion d’œuvre en jazz, laquelle, comme y insistait le musicologue Gunther Schuller, ne peut être que définitive ; Denis Laborde (CNRS) qui s’est intéressé à l’improvisation en jazz et à ses processus d’apprentissage ; Bernard Lortat-Jacob (CNRS) qui, comme ethnomusicologue et dans la suite de son travail exposé l’année passée sur l’écoute en jazz, s’est penché sur le son et le timbre en jazz. Cette confrontation des expériences, compétences et savoirs à laquelle donne lieu le séminaire, permet de mieux cerner, selon une problématique relevant des sciences sociales, ce phénomène esthétique majeur du XXe siècle, et de le dégager ainsi des discours critiques ou, pour une très large part, journalistiques, voire idéologiques, auxquels il a été pendant longtemps soumis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Jamin et Patrick Williams, « Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 509-512.

Référence électronique

Jean Jamin et Patrick Williams, « Épistémologie et histoire de l’anthropologie sociale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 19 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16460

Haut de page

Auteurs

Jean Jamin

Articles du même auteur

Patrick Williams

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals