Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des sociétés berbères

Tassadit Yacine
p. 512-517

Texte intégral

Tassadit Yacine, maître de conférences

1. Productions culturelles et agents de production dans les sociétés berbères

1Plusieurs séances ont été consacrées à l’étude des modes de domination sur le plan théorique. Dans le but d’en faciliter la lecture aux étudiants, Tassadit Yacine a analysé certains textes fondateurs (Weber, Marx, Foucault, Bourdieu).

2Ce premier volet a été suivi d’un second permettant aux doctorants et aux professeurs invités d’exposer et de discuter des résultats de leurs recherches.

3Les créations culturelles kabyle et marocaine (région de l’Atlas) ayant partie liée avec les « biens symboliques » ont fait l’objet de nombreux séminaires. Ils ont permis de montrer les différences entre les productions élaborées dans un espace situé et daté (avant la colonisation) de celles qui se présentent sans relation avec l’espace culturel et qui ont pour ambition de s’inscrire dans l’universel, d’où la lutte pour la légitimité qui en découle. C’est dans ce cadre que s’inscrit l’exposé de Dida Badi, chercheur au Centre de recherches historiques, à Alger.

4Son intervention a permis de poser un certain nombre d’interrogations, quant à l’orientation actuelle des recherches dans le domaine touareg privilégiant les nomades au détriment des sédentaires. Il va de soi que les groupes touaregs sont connus pour être des nomades mais il y a parmi eux des semi-nomades, voire des groupes complètement sédentarisés. Cette approche est intéressante en ce qu’elle constitue une conséquence de la vision héritée du rapport violent entre les Touareg et les troupes coloniales au début du siècle dernier.

5À partir de matériaux de terrain, Dida Badi essaie d’appréhender les deux espaces, nomade et sédentaire en ce que le premier a d’horizontal et le deuxième de vertical. L’horizontalité du rapport à l’espace nomade permet d’insérer l’histoire de la région dans un cadre maghrébin et africain plus large, alors que la verticalité de l’espace sédentaire donne une profondeur historique du peuplement de la région qui l’intègre dans la stratigraphie archéologique.

6Les interventions Aboulkacem d’El Khatir, de Mustapha El Qadery, Lahsen Hira et Jan Jaap de Reuter s’inscrivent dans un autre registre. Elles concernent les questions culturelles proprement dites et la relation étroite à l’identité. La première de cette série d’interventions porte sur les conditions de possibilité de production et les différentes formes de réaction des Berbères, au Maroc, perçues comme non conformes à l’esprit de l’État-nation. La lecture des travaux d’E. Gellner sur le Maroc et ses thèses sur le nationalisme lui ont permis d’analyser le rapport des Berbères au nationalisme, Aboulkacem el Khatir a ainsi mis en relation la nature de la construction nationale avec la dynamique des pratiques culturelles en présence, antérieures à l’avènement du nationalisme. Dans ce cadre, il tente de montrer, à partir des transformations sociales et culturelles induites par cette mutation comment le nationalisme citadin a provoqué de profondes mutations dans le champ culturel d’expression berbère : la négation de la culture berbère par le pouvoir a favorisé son émergence dans le champ culturel marocain.

7Quant à Jan Jaap de Ruiter (Université d’Utrecht, Hollande), son intervention a porté sur le profil sociolinguistique des jeunes Marocains au début du troisième millénaire : arabophones et amazighophones dans laquelle il a présenté les résultats d’une enquête sociolinguistique. Effectuée à partir d’un échantillon de 278 personnes, cette enquête concerne des étudiants marocains issus de divers établissements de l’enseignement supérieur. Dans le questionnaire présenté, il s’est agi principalement de la maîtrise des langues, des usages et attitudes adoptées en mettant en relief le lien entre identité et langue. En ce qui concerne l’arabe et le français, il paraît à l’évidence que les amazighophones utilisent davantage l’arabe tandis que les arabophones le français. Ce qui pourrait s’expliquer, souligne l’exposant, par le fait que les arabophones sont issus des grandes villes (ouest du Maroc) où le français est traditionnellement plus présent que dans les autres villes, alors que les amazighophones vivant dans le monde rural sont davantage attirés par l’arabe : langue de la citadinité et de la religion.

8Mustapha el-Qadery (IRCAM, Rabat), lui, s’interroge sur la place du droit coutumier dans les systèmes juridiques au Maroc sous les protectorats français et espagnol. Après avoir mis en exergue les différents statuts politiques de l’ancien Empire chérifien, il a tenté de replacer la politique du droit dans le cadre général de la gestion des biens culturels et politiques. Si le Protectorat n’avait d’autre objectif que de bien maîtriser la situation en reconnaissant une certaine pratique du droit coutumier, en particulier la coutume privée, le nationalisme en a donné une vision différente. De ce fait, conclut-il, le droit positif marocain, pour ne pas dire coutumier, souffre de cette double manipulation. Il en résulte que, depuis l’indépendance, la question du droit tarde à être posée de manière objective.

9Lahsen Hira (Université de Mohammédia), pour sa part, s’est attaché à décrire comment la chanson berbère marocaine peut constituer un moyen privilégié pour approcher la formation de l’opinion publique et son évolution. Les chanteurs Rways dénommés « chanteurs itinérants » perpétuent une des fonctions que remplit la poésie berbère dans son milieu traditionnel, à savoir la place publique du village, où elle tenait le rôle du journal. Les poètes mettent en vers les différents événements et ne manquent pas de les commenter en donnant leurs propres points de vue, ce qui conduit à un véritable affrontement politique exprimé dans « les joutes orales ».

10L’oralité dominante de la société berbère aidant dans ce sens et permet à la chanson sur cassette audio et vidéo à constituer un relais des mass médias pour façonner l’opinion publique autour d’événements aussi bien nationaux qu’internationaux.

11Dans le domaine des productions symboliques, Frédéric Millereau, dans une contribution dense et riche, a tenté de rendre compte d’une expérience de terrain, effectuée au Maroc en 2003. Après avoir inventorié les différentes formes de magie dans la tradition tant chez les anthropologues que du point de vue des psychologues, il a d’abord présenté le matériel anthropologique recueilli. Puis a évoqué les discours tenus par les protagonistes (les consultants) et professionnels du domaine. Après avoir mis l’accent sur le décalage entre pratiques et discours, Frédéric Millereau a essayé d’analyser (voire d’interpréter) les divergences d’un tel décalage qui semble-t-il obéissent à une nécessité sociale.

12Frédérique Giner, Joauda Guerfali (doctorante en Sorbonne) se sont penchées sur l’importance des rituels et de l’esthétique.

13À partir d’une longue expérience en Algérie et en Tunisie, F. Giner a tenté de mieux comprendre les pratiques culturelles des Maghrébins en France et, plus particulièrement, à Paris. C’est dans la capitale parisienne qu’elle découvre l’existence de plusieurs hammams dotés de statuts différents en fonction de l’histoire, du quartier et du statut des consommateurs. Si le hammam de la mosquée de Paris, construit quelques années (1926) avant le centenaire de la colonisation, va constituer un lieu privilégié de détente pour une clientèle « bourgeoise » parisienne (d’origine maghrébine ou européenne) celui de Barbès, en revanche, est réservé à une clientèle immigrée modeste. Au niveau de certaines pratiques culturelles, il va de soi que c’est le second qui est intéressant en ce qu’il constitue un véritable conservatoire des rites du Maghreb.

14Par son architecture et sa proximité à la mosquée de Paris, cette institution profane a été intégrée à l’univers religieux et sacré comme pour marquer son appartenance au seul monde islamique conçu comme exotique. C’est là un des premiers aspects que soulève la candidate en montrant que la pratique des hammams (lieu ambigu de purification mais aussi esthétique) n’est pas appréciée par le dogme et elle n’est surtout pas d’origine musulmane. Ainsi a-t-elle tenté de montrer l’ancrage méditerranéen ancien de cette pratique.

15C’est précisément l’enracinement culturel qui traverse l’exposé de Jouada Guerfali.

16D’où proviennent les parures, les maquillages des mariées en Tunisie ? Comment expliquer l’acharnement que les Tunisiens mettent à préparer la mariée et la peur qui entoure ce moment très important dans la vie du groupe et du couple ? À travers l’étude des costumes, des rituels Joauda Guerfali a essayé de montrer qu’il y a sans doute là une croyance soufie mais par-delà n’y aurait-il pas toutes les croyances héritées de l’époque carthaginoise et berbère qui confèrent cette dimension sacrée aux noces célébrées collectivement ? Les rituels attestent sans aucun doute de ce rapport sacré qui a tendance à se maintenir grâce aux tenues mais dont le groupe a perdu les fondements de la croyance ancienne.

2. Rapports de genres au Maghreb et au Machrek (avec Sonia Dayan-Herzbrun, professeur à l’Université de Pars-VII)

17Les deux séances assurées par Sonia Dayan-Herzbrun s’inscrivent dans une perspective privilégiée, celle de mettre en évidence les ambivalences, les ruses, les masques, les transgressions dans les rapports de genre. L’approche a été celle d’une théorie anthropologique générale des régions du pourtour méditerranéen. La première étape a été celle de la lecture et de l’analyse des textes transgressifs. Dans la seconde, il a été question de la ruse, des transgressions (à partir de Chacal ou la ruse des dominés de Tassadit Yacine) et de la peur que les hommes ont des femmes, qui apparaît dans les pratiques, les mythes, etc.

18Dans le prolongement de cet axe Tassadit Yacine, a analysé la domination masculine (de Pierre Bourdieu) à partir des travaux de terrain qui ont servi de matériaux de réflexion et de démonstration au sociologue.

19Suheir Azzouani (chercheuse palestinienne) a essayé de rendre compte de l’organisation politique des femmes de Palestine en montrant comment elles ont toujours participé à la lutte nationale au sein d’institutions ou d’organisations qui leur étaient propres. Les modalités de cette participation se sont transformées avec l’évolution du mouvement national. Les organisations de femmes se sont d’abord politisées, dans le cadre de l’OLP et de ses différentes tendances. Elles ont pris un caractère nettement féministe, à partir de la première Intifada, de façon à infléchir la législation du futur État palestinien.

20Isabelle Rigoni décrit deux aspects des violences impliquant les femmes, au Kurdistan. D’une part, le thème des femmes et de la violence dans les zones de conflit ou de guerre, avec les cas de femmes victimes (emploi d’armes bactériologiques et chimiques, violences sexuelles) et de femmes actrices (exemples du Kurdistan, du Sri-Lanka et de la Palestine). D’autre part, le thème des femmes et de la violence en immigration, avec le cas de la violence domestique, et celui de la violence extrême et de son traitement dans la sphère publique.

21Damame Aurélie (doctorante Université d’Orléans/Institut de recherche pour le développement), enfin se penche sur les associations marocaines de développement face à la question des femmes. Les associations marocaines sont analysées dans leur participation au « développement » du Maroc, grand chantier d’actions qui concernent tous les secteurs de la vie économique et sociale. Dans ce contexte, les femmes sont tantôt actrices dans les associations, en tant que membres et initiatrices de projets, tantôt bénéficiaires alors mobilisées pour répondre aux impulsions des projets de développement.

22Une typologie des associations marocaines œuvrant dans ce champ du développement est proposée afin de repérer les origines socio-politiques de ces acteurs divers. Elle éclaire en partie leurs approches sur la question de la place des femmes dans le développement. D’un souci de promotion des droits des femmes défendue par une minorité à la volonté d’intégrer les femmes dans le développement, les référents sous-tendant les approches des associations sont rarement indépendants des oppositions tradition/modernité, ville/campagne, préservation des cultures/perte d’identité.

23L’autoanalyse de leurs actions permet ensuite de dégager le type de difficultés rencontrées et les voies de changements identifiées : à travers l’analyse micro de ces divers ajustements consécutifs à un projet de développement, se font jour les dynamiques de construction/reconstruction des rapports de genre, fortement influencées par les hiérarchies sociales et liées à l’appartenance ethnique et culturelle.

24Elmira Dadvar (Université de Téhéran) a essayé d’étudier la position des femmes dans la société iranienne à Téhéran à partir de productions féminines. Après avoir montré l’importance de l’écriture. Elle a brossé un tableau de la culture traditionnelle iranienne qui avait tendance à imposer aux femmes le silence et la soumission ; les écoles n’étant le plus souvent ouvertes qu’aux garçons. La littérature féminine contemporaine proteste contre les restrictions auxquelles cette existence est soumise. À la recherche de leur dignité le projet des femmes littéraires iraniennes est de renouveler la question d’identité et la sensation d’un malaise qui les accompagne dans un exil intérieur au sein de leur propre famille ou dans un exil extérieur dans leur société ou ailleurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tassadit Yacine, « Anthropologie des sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 512-517.

Référence électronique

Tassadit Yacine, « Anthropologie des sociétés berbères », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16461

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals