Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie des médias et de l’espace public

Cyril Lemieux
p. 528-530

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Cyril Lemieux, maître de conférences

1. Évolutions du journalisme et des processus de médiatisation

1Ce séminaire, dédoublé à Marseille et à Paris, avait pour but de prolonger la réflexion, entamée l’année précédente, sur les conditions de possibilité et les limites d’une analyse proprement sociologique du travail des journalistes et des phénomènes de médiatisation. À Paris, quatre cycles de séances ont été organisés. Le premier a porté sur les liens et les malentendus entre sociologie et journalisme. Il a été, entre autres, l’occasion de revenir, avec Gilles Bastin, sur l’ambitieux projet d’analyse de la presse que Max Weber développa dans les années 1910 sans pouvoir aboutir. Un second cycle s’est attaché aux rapports entre sociologie du journalisme et socio-histoire. Ont été examinés des cas aussi divers que la querelle du roman-feuilleton telle qu’elle se déploie en France dans les années 1830 (Lise Dumazy), la naissance du journalisme social à la fin du XIXe siècle (Sandrine Levêque) ou encore les transformations stylistiques et organisationnelles du Canard enchaîné depuis sa naissance en 1915 (Laurent Martin). Dans un troisième cycle, nous avons cherché à mettre en valeur et à interroger les apports de la démarche ethnographique appliquée aux univers de production de l’information. Ont été ici discutés nos propres travaux, ceux de Jacques Siracusa sur le travail des reporters à la télévision et ceux d’Éric Lagneau consacrés aux journalistes de l’AFP. Un dernier cycle s’est appliqué à l’étude des processus d’inscription des événements et problèmes publics sur l’agenda médiatique. On s’est efforcé d’y analyser les stratégies de communication et de mobilisation des médias d’acteurs de types différents : les hommes politiques et leur entourage lors des campagnes électorales (Christiane Restier-Melleray), le ministère de l’Intérieur à propos des statistiques sur l’insécurité (Bruno Aubusson de Carvallay) ; les associations de lutte contre le sida (Janine Barbot). Dans la partie marseillaise du séminaire, après avoir dressé un état des lieux de la sociologie du journalisme en France, puis discuté certains outils conceptuels permettant d’analyser les pratiques des journalistes et de leurs sources, nous nous sommes penchés sur les évolutions historiques du journalisme, notamment à travers celles d’un genre particulier : le fait divers (Mariane M’Sili), avant que d’explorer les relations entre médias et « puissances de l’argent », en étudiant les transformations du groupe Hachette de 1945 à nos jours (Jean-Philippe Mazaud) et en revenant, avec Giorgio Blundo, sur la question de la corruption des journalistes, en France et sur le continent africain. Un forum sur Internet a été bâti qui perdure à ce jour, et permet aux participants des séminaires parisien et marseillais de discuter de points de méthode et d’échanger des informations scientifiques relatives au journalisme et aux médias [pour s’y inscrire, nous contacter].

2. Illégitimité et légitimation du secret : approches pluridisciplinaires (avec Jean-Pierre Cavaillé, maître de conférences, Yannick Barthe et Isabelle Rivoal, chargés de recherche au CNRS, Emmanuel Didier, chargé de recherche FTRD, Dominique Linhardt, doctorant à l’École des mines)

2Pour sa seconde et dernière année d’existence, ce séminaire pluridisciplinaire a poursuivi son examen des manières dont les collectifs humains codifient et justifient (mais aussi parfois : transgressent) leurs pratiques de rétention d’information et de dissimulation. Des travaux très différents, quant aux objets, aux ancrages disciplinaires et aux méthodes, ont été confrontés et discutés, en présence de leurs auteurs. Tel fut le cas de l’étude, discutée par Janine Pierret et Luca Pattaroni, qu’Irène Théry a consacrée aux stratégies de révélation de leur maladie que les personnes atteintes du VIH-sida mettent en œuvre vis-à-vis de leurs proches ; des travaux d’Emiliano Grossman, Emilio Luque, Fabian Muniesa, Vincent-Antonin Lépinay et Ellen Hertz Werro, discutés par Eve Chiapello et Dominique Cardon, au sujet de la transparence sur les marchés financiers ; du livre, discuté par Paul Veyne et Jacques Chiffoleau, que Yann Rivière a consacré à la délation dans l’Empire romain ; des analyses sur le secret statistique menées par Gérard Lang, Marie-Ange Schiltz et Benoît Riandey, discutées par Alain Desrosières ; de l’ouvrage consacré par Nicolas Offenstadt au souvenir refoulé des mutineries de 1917, discuté par Frédéric Rousseau et Élisabeth Claverie ; du travail de Florent Brayard sur le secret relatif ayant entouré au sein de l’appareil nazi la « solution finale de la question juive », discuté par Philippe Burrin et Fabien Jobard ; des études, enfin, qu’Andras Zempléni a consacrées au secret initiatique chez les Senoufo Nafara de Côte d’Ivoire, discutées par Christine Demmer et Isabelle Rivoal. Une très large part des contributions au séminaire, tel qu’il a fonctionné depuis 2001, seront en 2004 l’objet d’une ou plusieurs publications.

3. Comment sortir du dualisme individu/société ? Perspectives sociologiques

3Cf. le compte rendu de ce séminaire au nom d’Irène Théry.

Publications

  • « Peut-on fixer des limites à l’action d’informer ? », dans Le journaliste et la morale publique, Actes des rencontres ΙΝΑ/Sorbonne du 20 octobre 2001, sous la dir. de J.-M. Cotteret et M. Dagnaud, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 142-149.
  • Avec Y. Barthe, « Quelle critique après Bourdieu ? », Mouvements, 24, 2002, p. 33-38.
  • « Les médias : liberté critique et exonération de responsabilité », dans « La France et ses démons », sous la dir. de C.-Y. Zarka et al., Cités, n° hors série, Paris, PUF, 2002, p. 281-285.
  • « Critique de la raison journalistique », dans Ars Inveniendi, sous la dir. de J. Damianova, Sofia (Bulgarie), Presses de l’Université de Sofia, 2002, p. 467-503.
  • « De la difficulté des journalistes à respecter leur déontologie : une approche sociologique », dans Journalisme européen, journalisme multimédia, sous la dir. de M. Lits, Département de communication/Chaire RTL de journalisme, Louvain-la-Neuve (Belgique), 2003, p. 19-26.
  • « Faux débats et faux-fuyants. À propos de la responsabilité des journalistes dans l’élection du 21 avril 2002 », dans Il s’est passé quelque chose : le 21 avril 2002, sous la dir. de V. Duclert, C. Prochasson, P. Simon-Nahum Paris, Denoël, 2003, p. 19-41.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyril Lemieux, « Sociologie des médias et de l’espace public », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 528-530.

Référence électronique

Cyril Lemieux, « Sociologie des médias et de l’espace public », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 21 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16471

Haut de page

Auteur

Cyril Lemieux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals