Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la socialisation

Jean-Claude Chamboredon
p. 530-531

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Claude Chamboredon, directeur d’études.

1. Sociologie de la ville comme support de mémoire : topographies, structures spatiales, mémoires, occultations, oublis. L’exemple marseillais

1Les espaces divers de la ville, dans leur tracé urbanistique, leur morphologie architecturale, sont porteurs et traces d’une histoire, diversement présente dans l’appropriation pratique de la ville par les habitants, dans le repérage de l’espace pour les besoins ordinaires de déplacement, de séjour, d’approvisionnement, de fréquentation.

2La sociologie de la ville de Marseille fonctionne largement sur une opposition, devenue cliché, entre le Nord populaire et le Sud bourgeois, opposition elle-même clivée, au moins pour le secteur Nord et celui de l’Est, en une division secondaire entre les « noyaux villageois », cœur ancien des quartiers, et les zones récemment urbanisées (grossièrement, depuis les années 1960), aires des grands ensembles et des cités plus ou moins dégradées.

3On a interrogé la pertinence de cette opposition en analysant la signification des quartiers de Marseille par rapport au sentiment d’identité et d’appartenance (genèse de ces divisions spatiales, fonctionnement comme ressort territorial de l’identité sociale). Cette interrogation conduit à une analyse de la morphologie spatiale de la ville de Marseille (qu’on peut inscrire dans la tradition des travaux d’Halbwachs sur la mémoire collective et sur la topographie) et spécialement des marques religieuses qui la qualifient et l’orientent.

4On a tenté d’analyser les projets de transformation urbaine dans leur rapport avec cette mémoire symbolique inscrite dans les structures spatiales de la ville. Et posé la question de la signification de la valorisation des quartiers comme espace social premier et support d’une identité particulière : faut-il y voir le signe d’une lente unification de Marseille à partir d’unités fortement constituées ou, au contraire, le produit d’un processus de différenciation tardif, concomitant et inverse du procès de création d’une métropole ?

2. Institutions, agents, mécanismes de socialisation – en particulier dans le cas de socialisations « paradoxales » (« infantilisation », « juvéni-sation », pérennisation des statuts pré- ou post-scolaires)

5La sociologie de la socialisation doit faire une place à la diversification des agents pédagogiques (animateurs de divers statuts) qui, dans le système d’enseignement ou à côté, dans la complémentarité ou la concurrence, préparent, prolongent, redoublent, complètent ou monnaient l’action des enseignants. En particulier, ce qu’on peut décrire comme l’avènement d’un « tiers ordre » pédagogique, est à mettre en rapport avec les transformations de la demande d’éducation, de la définition de l’aire de l’éducable, et du système d’enseignement. La thèse d’A. Ndiaye sur les éducateurs, soutenue en 2002, a permis un enrichissement de la réflexion sur ce sujet par les prolongements de la discussion sur ses résultats.

6Deux séances du séminaire ont été consacrées, en hommage à la mémoire de Pierre Bourdieu, à un tableau de la sociologie française des années 1960 aux années 2000 avec l’intention de situer la sociologie de P. Bourdieu dans son contexte institutionnel et intellectuel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Chamboredon, « Sociologie de la socialisation », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 530-531.

Référence électronique

Jean-Claude Chamboredon, « Sociologie de la socialisation », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16472

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Chamboredon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals