Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie du pouvoir et des élites

Monique de Saint Martin
p. 540-542

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Monique de Saint Martin, directrice d’études

Transformations et restructurations des élites et des pouvoirs

1Le séminaire a poursuivi l’étude des processus de reconversion des anciennes élites ou des anciens groupes dirigeants, descendants de la noblesse, bureaucrates et anciens nomenklaturistes en particulier, ainsi que la réflexion sur les processus de désagrégation, et de déclassement ou de déclin des anciennes élites.

2Un effort important a été fait pour tenter d’élaborer un schéma d’analyse et d’interprétation, susceptible d’expliquer des processus de reconversion engagés dans des contextes différents. Les exemples des aristocrates entrés en France dans la fonction publique au XIXe siècle ou dans l’édition au XXe siècle ainsi que ceux des bureaucrates des anciens pays socialistes passés dans le secteur privé ou des architectes russes établis à leur compte ont fourni les principaux supports de ces réflexions. Il est apparu nécessaire, dans les différents cas étudiés, de prendre en compte la configuration socio-historique dans laquelle ces reconversions se déploient, les réactions des autres groupes face à l’arrivée des reconvertis : rejet, méfiance, encouragements, et l’état du marché du travail, l’histoire du groupe engagé dans les reconversions ainsi que les biographies familiales et individuelles, le volume et la diversification des différentes ressources économiques, culturelles, sociales, internationales, détenues par les acteurs concernés, les dispositions personnelles des acteurs engagés, les émotions et les capacités à prendre des risques. Des chercheurs invités au séminaire ont permis d’enrichir les réflexions et les analyses. Michel Bonnin a présenté et analysé les reconversions des princes, enfants de hauts fonctionnaires chinois dans les entreprises privées et Sofia Tchouikina, a étudié le cas des descendants des familles de la noblesse russe, demeurés en Union soviétique ou ayant émigré après la Révolution de 1917, et ayant dû se reconvertir, par exemple dans des entreprises de couture ou dans différentes activités culturelles.

3Mais les anciennes élites ne se reconvertissent pas toujours et le séminaire a aussi engagé une réflexion sur ces situations, où les acteurs sont parfois enfermés dans une forme d’apathie, parfois engagés dans un travail important pour maintenir leurs positions menacées (comme dans l’étude des démocrates chrétiens en Suisse présentée par Ludwig Zurbriggen).

4Parallèlement, les analyses se sont poursuivies sur la construction de nouveaux groupes dirigeants et les fondements de leur plus ou moins grande cohésion. L’étude entreprise par Barbara Bauchat de la « bourgeoisie de passage » à Strasbourg et à Metz, composée notamment de dirigeants d’entreprises privées, de fonctionnaires supérieurs, changeant fréquemment de lieu de résidence, qui se distingue assez clairement de la bourgeoisie « établie », installée de longue date, a permis de s’interroger sur les fondements de l’idée de bourgeoisie et sur les formes anciennes et nouvelles de création de liens entre des individus mobiles. Dans le cas de la constitution d’un groupe d’experts de la politique agraire en Russie dans les années 1990, présenté par Olessia Kirtchik, c’est la question de leurs modes d’action et de leurs formes d’intervention qui est apparue déterminante. Cette question était également soulevée par Boel Englund et Ingrid Heyman qui ont présenté une recherche menée par une équipe de chercheurs de plusieurs universités suédoises sur l’émergence d’un groupe de femmes bourgeoises pionnières, actives dans l’espace public suédois à la fin du XIXe et au début du XXe siècle. Tasse Abye a soulevé la question de la constitution d’une diaspora éthiopienne, organisée aux États-Unis Unis, beaucoup plus dispersée en France, composée pour une large part d’entrepreneurs, de cadres, à partir d’une analyse comparée de trajectoires d’immigrés éthiopiens dans ces deux pays. Et Marcela Ferrari a analysé la constitution de nouvelles élites politiques se professionnalisant avec la montée de l’Union civique radicale en Argentine entre 1916 et 1930.

5Enfin, les questions de méthode dans les recherches sur les groupes dirigeants mais aussi dans d’autres situations ont été largement discutées dans le séminaire. C’est la question de l’observation de type ethnographique qui cette année a retenu l’attention en s’appuyant sur des études de cas précises réalisées pour la plupart par les participants au séminaire : doubles funérailles de Gianni Agnelli, le « prince des patrons » à Turin et organisation de la succession patronale (Bruno Cousin), observation des interactions et des échanges de services et de produits dans plusieurs clubs de troc à Buenos Aires et de l’utilisation des différentes monnaies (Mariana Luzzi), bandes de jeunes faqqmaan vivant dans la rue à Dakar et à Thiès et violence (Astou Fall).

Publications

  • « Coesão e diversificação : os descendentes da nobreza na França no final do século XX », Mana, Estudos de antropologia social, 8 (2), 2002, p. 127-149.
  • Avec Y. Lebeau, Β. Niane, A. Piriou, dir., État et acteurs émergents en Afrique. Démocratie, indocilité et transnationalisation, Paris, Karthala, Ifra-Ibadan, 2003.
  • Avec A.-M. Waser, « Entrepreneurs du développement ou missionnaires ? Quelques projets d’introduction de l’internet en Afrique », dans Y. Lebeau, B. Niane..., op. cit., p. 329-346.
  • « Une inflexible domination ? », dans Travailler avec Bourdieu, sous la dir. de P. Encrevé, R.-M. Lagrave, Paris, Flammarion, 2003, p. 323-332.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 540-542.

Référence électronique

Monique de Saint Martin, « Sociologie du pouvoir et des élites », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16479

Haut de page

Auteur

Monique de Saint Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals