Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar et Rémy Leveau
p. 551-554

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

La France : l’islam en prison

1Le séminaire a été centré sur les musulmans en prison en France. La problématique a été construite à partir d’un travail de recherche empirique d’un an et demi sur trois prisons en France en liaison avec une équipe de recherche anglaise animée par James Beckford et Danièle Joly, de l’Université de Warwick au centre des recherches ethniques de ladite université, qui a travaillé sur les prisonniers musulmans en Angleterre.

2Les entretiens avec quelque cent cinquante détenus et détenues ont été dépouillés et les premières conséquences sur l’identité des détenus, leur relation à la religion, au politique, à soi, à autrui et en particulier, à « l’arabité » et à « l’islamité » ont été tirées.

3Danièle Joly a fait un exposé sur la situation des musulmans en Angleterre et les premiers jalons d’une comparaison ont été posés.

4La spécificité des prisons, leur histoire, leur environnement social ainsi que la culture sociale de leurs dirigeants ont fait l’objet d’une première analyse. Le travail a consisté à s’interroger sur la pluralité des expressions « islamiques » en prison, sur les modalités d’adhésion ou de conversion à l’islam, sur le recours à la religion comme une tentative de construction de soi en milieu clos et sur le rapport entre l’éthique et l’islam du point de vue des détenus.

5La définition de soi comme musulman pose à son tour problème et doit être socialement définie : présente-t-elle un caractère automatique ou bien c’est surtout en relation avec un contexte particulier (le contexte carcéral) qu’elle est prise en charge ?

6Le rapport entre détenus et l’institution (via les surveillants d’un côté, les diverses institutions comme celles de la santé ou d’éducation ou d’enseignement) a fait l’objet d’une interrogation particulière.

7C’est surtout l’année prochaine, avec la totalité des entretiens disponibles, que le travail de recherche pourra être entièrement construit. L’équipe anglaise y participera, notamment par la publication d’un livre en commun sur la comparaison entre la France et l’Angleterre en relation avec les prisonniers musulmans. Les modèles culturels, la situation globale des musulmans, leur diversité d’origine ainsi que leur statut socio-économique seront intégrés dans l’analyse globale.

L’Iran : la seconde génération post-révolutionnaire

8Depuis l’année dernière, un travail de recherche en coopération avec Amir Nikpey, maître de conférences à l’Université Beheshti de Téhéran, a été mis en place : interview avec quelque trois cents jeunes de vingt à trente ans, dont la moitié des femmes, dans trois villes iraniennes, Téhéran, Qom et Qazvin. Le choix des villes a été dicté pour des raisons financières mais aussi, à cause du caractère religieux de la deuxième et la diversité ethnique au sein de la troisième ville. L’Institut français de recherches en Iran a apporté une contribution financière qui a facilité la tâche de recherche sur place.

9L’ensemble des entretiens a été dépouillé et a fait l’objet d’une première appréciation tout au long du séminaire.

10Le travail de recherche portait sur la subjectivité des jeunes, sur leur différence avec la génération qui avait participé à la révolution ou avait tout simplement assisté à son déroulement.

11La problématique essentielle a consisté à explorer les nouvelles voies de construction d’acteur dans une société désenchantée eu égard à l’idéologie et aux modes de conduites révolutionnaires. Comment se construit l’identité au sein de cette nouvelle génération qui forme désormais la grande majorité numérique en Iran ? Quelles sont les voies ouvertes à la manifestation des nouvelles tendances culturelles et politiques en Iran ?

12Une première réponse a été apportée avec l’analyse des mouvements sociaux, notamment celui des intellectuels, des femmes et des étudiants. On a tenté tout aussi bien d’explorer de nouvelles voies sur l’accès à la citoyenneté à partir de ce que l’on pourrait appeler « l’acteur ethnique », kurde, turc, arabe...

13Un mouvement de fond lié au refus de la révolution et de ses conséquences (intolérance révolutionnaire, manichéisme culturel, refus de légitimité à l’adversaire au nom de la religion) est en cours en Iran dont les entretiens montrent l’étendue et la profondeur. Le rapport à soi et à autrui s’en trouve transformé.

14Un autre domaine exploré est celui des relations familiales et leur transformation depuis la révolution islamique de 1979. La baisse du taux de fécondité des femmes, la réduction de la croissance démographique, le refus de la famille très nombreuse de la part des femmes et d’autres phénomènes de cette nature sont reliés à l’avènement d’une nouvelle subjectivité chez les femmes, et la jeunesse féminine en particulier. La distance entre le père et ses progénitures n’est plus celle qui existait dans le passé. Une trajectoire parallèle à celle de l’Europe au XVIIIe siècle est en branle où l’on perçoit des figures de l’intimisme entre les membres de la famille et la transformation de leur affectivité, les uns vis-à-vis des autres.

15Le séminaire de l’année prochaine poursuivra, à partir du fil directeur des entretiens, les interrogations de l’année dernière.

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études
Rémy Leveau, professeur à l’IEP de Paris

Éclatement et reconstruction du Moyen-Orient après le 11 septembre

16Le 11 septembre 2001 n’a pas constitué au Moyen-Orient une césure comparable à celle de l’année 1979 (accords de Camp David, révolution islamique en Iran, invasion de l’Afghanistan). Il a cependant entraîné une recomposition de l’espace et des sociétés, en incorporant un Afghanistan sous tutelle de l’ONU au système régional dominé par les États-Unis. Les actes terroristes contre le World Trade Center de New York ont aussi justifié, avec la possession supposée d’armées de destruction massive, une intervention militaire américaine en Irak. Ce conflit a bouleversé les rapports entre les États de la région et le système global. Le conflit israélo-palestinien s’en trouve marginalisé. L’hypothèse d’une ouverture démocratique opérée sous la contrainte externe pèse aujourd’hui autant sur les régimes politiques que sur les sociétés et les courants islamistes, ethniques, féministes etc. qui éprouvent autant de difficultés à s’intégrer dans ces perspectives qu’à s’y opposer. Les bouleversements en cours ou projetés ne laissent donc guère d’échappatoire s’ils sont rejetés par les populations et peuvent donner lieu à des conduites sacrificielles.

Publications

  • « Le mouvement des femmes en Iran », Cahiers du genre, 33, 2002, p. 137-154.
  • « La politique étrangère en Iran : de la révolution à “l’axe du Mal”«, Politique étrangère, 1/2003, p. 77-91
  • « L’Irak dans l’imaginaire iranien », dans La société irakienne, communautés, pouvoirs et violences, sous la dir. de H. Dawod et H. Bozarslan, Karthala, 2003.
  • « L’Iran, la démocratie et la nouvelle société civile », Revue des deux mondes, avril 2003, p. 132-153.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar et Rémy Leveau, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 551-554.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar et Rémy Leveau, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 20 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16489

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Rémy Leveau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals