Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie et anthropologie des religions afro-américaines

Erwan Dianteill et Bertrand Hell
p. 571-573

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Erwan Dianteill, maître de conférences avec Bertrand Hell, professeur à l’Université de Franche-Comté

Transe, possession, chamanisme : approches anthropologiques et sociologiques

1Nous avons plutôt privilégié cette année l’approche des phénomènes de transe, de possession et de chamanisme sous l’angle de la communication avec les esprits. Le chamanisme et la possession constituent l’un des moyens privilégiés pour marquer la présence parmi les humains de l’invisible, quelle que soit sa nature (esprits, divinités, ancêtres, etc.). Mais la possession, conçue comme l’occupation d’un corps humain par un esprit, et le chamanisme, défini comme le voyage d’un humain dans le monde des esprits, ne sont pas les seuls moyens de communication avec la surnature. On peut comparer ces deux modalités avec profit à la divination par interprétation de signes aléatoires, à la vision, la prophétie, l’oniromancie, qui sont souvent des pratiques connues dans la société du chaman ou du possédé, et qu’ils adoptent parfois aussi eux-mêmes.

2Les premières séances ont été consacrées à la mise en place théorique de l’étude de cette « communication spirituelle ». Pour comprendre l’échange de messages entre les hommes et les esprits, il faut à la fois saisir les caractéristiques sociales des personnes engagées dans l’interaction, qu’il s’agisse du devin, du consultant ou même des esprits qui sont parfois des assassins, des esclaves ou des prostituées, les conditions rituelles d’énonciation des propos divinatoires, leur forme et leur contenu. Cette configuration communicationnelle entretient en outre des rapports avec l’ordre politique, économique, familial. Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille adopter une problématique fonctionnaliste répondant à la question : « A quoi sert la religion ? ». On a aussi pris des distances avec l’approche structuraliste, qui privilégie l’analyse formelle, même si elle a constitué une réaction salutaire face au fonctionnalisme vulgaire. L’idée marxiste que le discours divinatoire, en tant que cas particulier de l’idéologie religieuse, est un voile dissimulant les rapports de force économiques a aussi été critiquée car elle ne rend pas compte des effets réels de la communication spirituelle sur la société. Il faut plutôt étudier le rapport aux esprits à la fois comme un produit social et comme une technologie politique : la communication spirituelle est façonnée par une culture tout en étant un moyen de gestion des rapports sociaux. La lecture du Judaïsme antique de Max Weber, en particulier les pages consacrées au prophétisme, nous a aidés à mettre en place une série de concepts permettant de passer de l’étude du lien avec les esprits dans les religions de la puissance à celle de la relation à Dieu dans les religions sotériologiques.

3Nous avons ensuite alterné des interventions d’invités présentant un dossier particulier dont ils sont spécialistes et l’exposé de nos propres travaux ethnographiques sur le thème. Ainsi, Bertrand Hell a décrit avec précision les caractéristiques des esprits avec lesquels commercent les Gnawa du Maroc. Nous avons d’abord reçu Ismael Pordeus, professeur à l’Université du Ceara, Rita Segato, professeur à l’Université de Brasilia, et Roberto Motta, qui ont exposé leurs recherches sur les religions afro-brésiliennes, qu’il s’agisse du Xangô de Recife ou de l’Umbanda à Fortaleza. Ces conférences nous ont permis de poursuivre la comparaison internationale des religions afro-américaines qui nous occupe depuis plusieurs années. Une séance a été consacrée à la publication en français d’un ouvrage majeur de l’ethnographie du XXe siècle, La Forêt et les Dieux – Religions afro-cubaines et médecine sacrée à Cuba de Lydia Cabrera (1954), où la question de la communication avec les esprits est largement étudiée. J’ai ensuite exposé les premiers résultats d’un travail de terrain de six mois à la Nouvelle-Orléans dans les églises noires américaines où se pratiquent la transe, la possession et la divination. Catherine Benoît, professeur au Connecticut College, nous a montré comment les jardins des gadezafé dans les Antilles françaises peuvent être des lieux habités par les esprits. Nous avons clos cette série de présentations afro-américanistes avec le travail en cours de Thierry Simon sur la société initiatique abakua à Cuba. Puis, grâce à Madalina Vârtejanu-Joubert, docteur en sociologie, nous avons retrouvé certaines problématiques weberiennes portant sur le judaïsme antique. Elle s’est ainsi attachée à dégager certaines caractéristiques communes au chamanisme et au prophétisme juif ancien, mais aussi à montrer ce qui les sépare. L’exposé de Clara Aker, enfin, sur les bacchantes en Grèce ancienne nous a permis d’ébaucher quelques comparaisons intéressantes sur la place des femmes dans les cultes de possession.

Publications

Erwan Dianteill

  • « Topologia religiosa afro-cubana », Revista del Caribe, 39, 2002, p. 13-23.
  • « From hierography to ethnography and back – Lydia Cabrera’s Texts and Afro-Cuban religions », Journal of American Folklore, été 2003, p. 273-292.
  • « Los muertos y los dioses », Revista del Caribe, 40, 2003, p. 14-26.
  • « La selve littéraire de Lydia Cabrera », préface à l’ouvrage de L. Cabrera, La Forêt et les Dieux – Religions afro-cubaines et médecine sacrée à Cuba, Paris, JMPlace, 2003, p. 7-16.
  • « Jean-Marie Le Pen, faux prophète et vrai démagogue – Court essai de sociologie weberienne appliquée », dans Il s’est passé quelque chose... le 21 avril 2002, sous la dir. de C. Prochasson, P. Simon-Nahum, et V. Duclert, Paris, Denoël, 2003, p. 115-127.
  • « De la possession comme objet d’étude », Archive de sciences sociales des religions, 122, avril-juin 2003, p. 39-44.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Erwan Dianteill et Bertrand Hell, « Sociologie et anthropologie des religions afro-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 571-573.

Référence électronique

Erwan Dianteill et Bertrand Hell, « Sociologie et anthropologie des religions afro-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16503

Haut de page

Auteurs

Erwan Dianteill

Articles du même auteur

Bertrand Hell

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals