Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Sociologie

Sociologie de la citoyenneté

Dominique Schnapper
p. 573-575

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Dominique Schnapper, directrice d’études

1À la demande des étudiants, j’ai assuré le plus grand nombre des séances du séminaire de cette année. À l’occasion de la remise du prix Balzan, j’avais été amenée à reconsidérer ma carrière scientifique pour en présenter au jury les étapes essentielles. Cela a été pour moi une occasion de la situer dans une analyse plus globale de la recherche sociologique depuis une trentaine d’années. C’est ainsi que j’ai présenté au cours de la première partie du séminaire des analyses sur la naissance et le développement de la recherche sur la nation, la citoyenneté et la démocratie dans les sciences sociales au cours des années 1980-1990. J’ai trouvé là l’occasion de formuler une conception de la sociologie fondée sur la connaissance empirique de la société moderne, mais qui s’inscrit dans la réflexion proprement politique ou philosophique sur la modernité. Le dialogue avec les participants du séminaire m’a conduite, en particulier, à critiquer l’utilisation dans le débat public des termes d’« ethnique », d’ »ethnicité », de « nation », de « citoyenneté » de « république » ou de « démocratie », pour ne citer que les plus galvaudés, et à préciser les manières scientifiques ou, en tout cas, rigoureuses dont on peut les utiliser. Cette démarche s’est appuyée sur les enquêtes mobilisées dans les recherches qui m’ont amenée à élaborer le concept de « démocratie providentielle » et sur les comparaisons avec les autres pays, en particulier anglophones.

2Le séminaire a accueilli, au mois de décembre, Aline Soufflet, docteur en sociologie de l’École, qui a présenté l’enquête qu’elle réalise depuis plusieurs années sur la population dite des « harkis ». Sa contribution a d’abord été une leçon de sociologie empirique. Elle a suscité en même temps des réflexions plus larges sur le poids du passé dans les relations entre les groupes sociaux et sur la pertinence du concept de « collectivité historique » pour désigner des groupes particuliers, infra-nationaux ou supra-nationaux. Pascale Krief, également docteur en sociologie de l’École, qui a collaboré avec moi sur le programme suscité par la Commission européenne, dit EFFNATIS, consacré à l’intégration comparée des enfants de migrants internationaux en Grande-Bretagne, France et Allemagne, est venue ensuite présenter les résultats essentiels de l’enquête. À la suite de son intervention, pendant plusieurs séances, nous avons discuté du sens et de la valeur d’une enquête par questionnaires sur ce sujet, ainsi que des conclusions auxquelles elle nous a permis de parvenir : acculturation massive des enfants de migrants et spécificité des modèles nationaux de l’intégration sociale. On a justifié, en particulier, le remplacement des termes de « seconde génération », de « population issue de l’immigration », de « société d’accueil », classiques dans la sociologie des migrations, par ceux d’ »enfants de migrants » ou de « société d’installation ». Les implications politiques du vocabulaire utilisé ne sauraient être surestimées sur ces sujets. Deux séances ont ensuite été consacrées aux phénomènes de diaspora et aux conditions de l’élaboration de la « diaspora » comme concept scientifique, qui puisse contribuer à comprendre la condition sociale vécue par ceux qui pensent leur destin dans les termes de la diaspora.

3Nous avons accueilli le 14 mars Jackie Assayag, qui nous a présenté quelques-uns des thèmes qu’il a développés dans son livre, L’inde. Désir de nation. Alors que le cas de l’Inde n’est que marginalement mobilisé dans les études théoriques sur les nations et les nationalismes, son exposé a été précieux en ce qu’il nous a permis de poser à nouveaux frais le problème de la diffusion de modèles d’organisation politique élaborés en Europe dans le reste du monde.

4Enfin, la dernière séance a été consacrée, comme l’an dernier, à une interprétation sociologique du rôle et du fonctionnement du Conseil constitutionnel à partir de l’expérience de la directrice d’études.

Publications

  • Au fur et à mesure. Chroniques 2000-2002, Paris, Odile Jacob, 2003, 273 p.
  • « Introduction », « conclusion », dans The integration of immigrants in European societies. National differences and trends of convergence, F. Heckmann, D. Schnapper (éd.), Stuttgart, Lucius & Lucius, 2003, p. 9-14 et 253-258 (avec F. Heckmann).
  • « French integration and integration policy. À complex combination », dans F. Heckmann, D. Schnapper (éd.), op. cit., p. 15-44 (avec P. Krief et E. Peignard).
  • « La sociologie : vocation et engagement intellectuel », Revue européenne des sciences sociales, t. XLI, 2003, 125, p. 153-159.
  • « Making citizens in an increasingly complex society : Jacobinism revisited », dans The Jacobin legacy in modern France. Essays in honour of Vincent Wright, sous la dir. de S. Hazareesingh, Oxford University Press, 2002, p. 196-216.
  • « Des horreurs de la guerre à la fragilité de la paix démocratique », dans La philosophie et la paix, sous la dir. de W. Tega, G. Ferandi, M. Malaguti et G. Volpe, Actes du XXVIIIe Congrès international de l’Association des Sociétés de philosophie de langue française, t. II, Paris, Vrin, 2002, p. 495-506.
  • « L’analyse typologique », dans Les méthodes des sciences sociales, sous la dir. de S. Moscovici et F. Buschini, Paris, PUF (« Fondamental »), 2003, p. 297-314.
  • « Citoyenneté et nationalité à l’épreuve de la construction européenne », dans Nationalité et citoyenneté, nouvelle donne d’un espace européen, Les travaux du Centre d’études et de prévision du ministère de l’Intérieur, 5, mai 2002, p. 175-189.
  • « Qu’est-ce que la citoyenneté ? », dans La confiance en questions, sous la dir. de F. Treffel, Paris, Club Valmy/Chiron, 2002, p. 13-24.
  • « Les médias dans l’école, un atout pour la démocratie », dans Un partenariat exemplaire, L’École et les médias, sous la dir. de P. Frémont, Ministère de la Jeunesse, de l’Éducation nationale et de la Recherche, CLEMI, 2002, p. 61-69.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Schnapper, « Sociologie de la citoyenneté », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 573-575.

Référence électronique

Dominique Schnapper, « Sociologie de la citoyenneté », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16504

Haut de page

Auteur

Dominique Schnapper

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals