Navigation – Plan du site
Enseignements principaux
Signes, formes, représentations

Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne

Giovanni Careri
p. 610-611

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Giovanni Careri, maître de conférences

1Dans la première partie du séminaire nous avons posé la question du fondement commun de figurativité entre poésie et peinture à partir d’un cas d’ekphrasis particulièrement intéressant. À l’analyse des dispositifs figuraux propres au langage nous avons opposé l’analyse des dispositifs figuraux d’un tableau qui déploie l’ekphrasis dans l’espace, multipliant les ambiguïtés et atteignant un considérable degré de densité iconique.

2Nous avons constaté la valeur heuristique de cette notion qui se situe au croisement entre l’herméneutique de l’image et la morphologie. Elle est particulièrement adaptée pour saisir la dimension affective du dialogue entre poésie et peinture dans la mesure où elle rend compte des polarités et des inversions et des phénomènes processuels. Ce modèle général, élaboré par Gottfried Bhoem, a été développé à travers plusieurs exemples. Nous avons montré qu’il devient plus précis et efficace s’il parvient à rendre compte de la valeur anthropologique et historique du dialogue entre l’écrit et le visible.

3L’hypothèse à laquelle nous avons essayé de donner corps est que, à l’époque baroque, l’image et l’affect sont inséparables selon une modalité visuelle analogue à celle qui gouverne l’inséparabilité de l’être et du paraître de l’image peinte. La potentialité affective de la peinture se déploie dans la transposition directe de la visibilité de l’image-affect à la visibilité de l’image peinte. La dimension processuelle propre au tableau est en mesure d’exprimer directement la dimension processuelle de l’image affect parce qu’elle se manifeste, comme elle, selon la forme de l’intensification et de la polarisation. Autrement dit l’instabilité, l’ambiguïté et la polysémie de l’image-affect sont morphologiquement analogues à la polysémie, à l’instabilité et à la polarité de la peinture.

4Un certain nombre d’exposés des membres du séminaire et des invités étrangers ont porté sur ces questions ou sur des questions annexes, notamment celle de la construction du regard du spectateur. Michel Weimans nous a présenté un exposé sur le rapport entre un tableau de Henry Biais, actif aux Pays-Bas au seizième siècle, et les écrits d’Erasme dont le fondement commun de figurativement est le surgissement d’un regard exégétique. Anne Cresseils a présenté son travail sur Ana Mendieta, artiste contemporaine qui a consacré une partie importante de son travail à l’élaboration des figures mythiques du féminin. Mieke Bal, directeur d’études invitée, a proposé une réflexion sur la lecture des images à travers un ensemble de cas contemporains associant l’écrit et l’image. Corrado Bologna, directeur d’études invité, nous a parlé du dispositif du Theatro della memoria de Giulio Camillo qui associe des lieux, des images et des textes.

5La deuxième partie du séminaire a été consacrée à la suite de nos recherches autour des arts de Michel Ange. Nous avons encore une fois constaté que le rapport entre poésie, peinture, sculpture et architecture se noue autour d’une image du rapport/conflit entre le corps et l’âme. À partir d’une lecture critique d’un livre de Leo Steinberg, nous avons étudié La conversion de saint Paul de la chapelle paoline. Le texte de Steinberg nous a permis de constater l’importance du schéma de la conversion dans les arts de Michel Ange ainsi que l’abondance des figures qui se réfèrent à une mutation de l’enveloppe extérieure de l’âme. Nous avons repris un certain nombre de poèmes liés à la figure de la peau, de la dépouille et du vêtement. Nous proposons de poursuivre cette recherche l’année prochaine, à partir des travaux de Paolo Berdini et de Alexander Nagel.

Publications

  • Baroques, Paris, Citadelles et Mazenod, 2003.
  • « Le choix d’Erminie. Pour une théorie du paysage classique », in dans Y voir mieux y regarder de plus près, autour d’Hubert Damisch, sous la dir. de D. Cohn, Paris, Éditions rue d’Ulm, 2003, p. 63-74.
  • « Tancredi e Clorinda, il digiunto tragico », Schifanoia, 2003.
  • « Aby Warburg, rituel, Pathosformel et forme intérmediare », L’Homme, 165, p. 41-76.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2004, 610-611.

Référence électronique

Giovanni Careri, « Histoire et anthropologie de l’affectivité. Affects et représentations dans l’Europe moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2004, mis en ligne le 01 mars 2015, consulté le 23 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/annuaire-ehess/16529

Haut de page

Auteur

Giovanni Careri

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • OpenEdition Journals